Gokyo – Gokyo Ri – Dole

Destination : Népal » Asie | Montagne : Everest ; Himalaya | Activité : Randonnée  | 


Gokyo - Gokyo Ri - Dole : sixième étape du trekking "la Vallée de Gokyo" dans le Khumbu, pays de l'Everest (Népal)
Posté le :


Carnet : Khumbu, pays de l'Everest

Vue depuis le Gokyo RiGokyo – Gokyo Ri – Dole

Départ : 4360 m
Arrivée : 4110 m
Dénivelé + : 570
Dénivelé – : 1250 m
Temps de marche : 5h30 (pauses comprises)

Lever à 6h00 après une nuit mi-figue mi-raisin en raison du mal d’altitude. Ce matin, il fait -3°C dans la chambre et -15°C à l’extérieur quand nous partons pour l’ascension du Gokyo Ri (5360 m). C’est une butte de terre sans charme mais elle a l’avantage d’offrir un superbe panorama à 360°.

Cho Oyu depuis le Gokyo Ri (5360 m)Everest et Lhotse depuis le Gokyo Ri

Une cinquantaine de trekkers sont partis avant nous. Nous observons leurs frontales dans le noir. Le chemin est bien tracé, parfois raide. Plus que le terrain, c’est l’altitude qui influe sur l’effort. 1h30 plus tard, je suis au sommet. Eric m’a attendu une bonne partie de l’ascension et a monté à son rythme sur la fin.

Moi devant l'Everest et le Lhotse

Vue depuis le Gokyo Ri

La vue est spectaculaire. Tout autour de nous défilent des sommets de plus de 6000 mètres dont quatre des quatorze 8000 mètres du monde (Everest, Lhotse, Cho Oyu et Makalu en toile de fond). En bas, le lac de Gokyo et la moraine du glacier Ngozumpa paraissent si près. Nous restons près d’une heure à admirer sommets, glaciers, arrêtes, séracs, lacs et autres éléments de la montagne himalayenne.

En descendant, j’ai la sensation d’avoir vécu un moment fort. Quarante cinq minutes plus tard, nous sommes au lodge. Un énorme mal de tête survent. Les médicaments calmeront le tout. Merci encore une fois à Eric pour m’avoir fourni l’aspirine car j’avais laissé la mienne à Namche Bazaar.

Cho Oyu

Nous dégustons un plat de frites puis c’est le moment de quitter Eric. Lui est encore ici pour plusieurs semaines pour gravir quelques sommets. Moi, je dois rentrer sur la France. Peu de paroles pour se dire au revoir : une poignée de main, quelques banalités mais au fond il doit bien sentir toute la gratitude que je lui accorde pour m’avoir fait découvrir de nombreuses facettes du Népal.

C’est donc seul que je redescend la vallée que nous avons monté il y a quelques jours ensemble. Je sens que la fin de mon périple au Népal est proche. Je suis heureux des moments vécus et content de retrouver ma compagne restée en France. Cela fait plus d’un mois que je suis parti et la descente s’effectue le coeur léger.

YaksYeti Inn

A hauteur de Phang (4480 m), le brouillard apparaît. Il prendra même du volume jusqu’à Dole où je passe la nuit au Yeti Inn. un couple d’américains arrivent un peu plus tard. Elle est écologiste et mènent des programmes de conservation au Népal où elle a vécu il y a quelques temps pendant quatre ans. Elle parle d’ailleurs très bien népali. Après le repas, la discussion tourne autour de la fonte des glaciers et des avalanches. Pour le propriétaire du lodge, ancien guide, le phénomène est lié au changement climatique. L’écologiste lui explique alors que c’est l’effet de la diminution de la couche d’Ozone.

Excellente nuit sans effets du mam.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com