J’ai mal

Destination : Islande » Europe | Activité : Randonnée  | 


J'ai mal - Traversée de l'Islande à pied
Posté le :


8 ème jour: J’ai mal

MERCREDI 23
7h15. Bien dormi mais j’ai eu chaud! C’était sympa hier soir d’écrire à la lampe à pétrole. Je me lève très difficilement pour aller pisser: j’ai mal aux pieds. Impossible de marcher normalement. Les toilettes sont dehors, il fait gris mais ça va (il a plu toute la nuit). Je remonte me soigner et au lit, après avoir mangé deux boulettes froides. Debout 9h30 dehors il bruine. Génial… Dedans il fait chaud, on est pas motivés, on traîne. Départ 12h10. 48 km jusqu’à une intersection où est dessiné une pompe à essence sur la carte. On peut y être dans 2 jours . On marche, il bruine, j’ai mal aux pieds, c’est terrible aujourd’hui. Je suis à la traîne. D’habitude la douleur disparaît quand les pieds sont chauds, mais là non. On continue, il bruine encore, le chemin est chiant, on voit rien.
C’est dur. Mes bâtons sont devenus des béquilles, j’ai l’impression que j’irai plus vite avec des vraies. A Nico de m’attendre maintenant. On n’a même pas fait la moitié de la traversée…

On devrai passer des gués mais ils sont secs. C’est bien et c’est pas bien, on comptait dessus pour faire de l’eau. Il s’arrête de bruiner. Le glacier sur notre droite est magnifique mais c’est tout ce qu’il y a à voir. Le reste c’est la lune, sans les cratères. Il passe pas mal de véhicules. On marche quand même 22.8km (en progression) jusqu’à 19h. On devait arriver à une grande rivière, elle est sèche. Merde. Ouf on trouve une flaque ou deux. Vive le filtre. On plante la tente, on fait un petit mur de pierre . On mange, on discute, on écoute le silence. Le petit vent qu’on avait de face aujourd’hui a disparu. Les nuages arrivent, on se couche, il bruine, encore et toujours il nous semble. On est dans le lit de la rivière, j’espère qu’il n’y aura pas de crue…
A froid Nico est complètement paralysé des genoux. Il gémit en se mettant dans son sac! Alors je fais pareil, il surenchérit, etc .. On se marre de nos souffrances: ça les soulage.