Jimena de la Frontera – Ubrique

Destination : Europe » Espagne | Activité : Randonnée  | 


Grosse étape entre Jimena de la Frontera et Ubrique en Andalousie
Posté le :


Carnet : Randonnée andalouse

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

GPX SANS NOM   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Télécharger la "" (Téléchargement :28 fois)
  • 37,5 km
  • D+ : 1105
  • D- : 875
  • 9h15

Cette étape qui s’annonce très longue nous inquiète évidemment mais il n’est pas possible de faire autrement car il n’y a aucun village ou hébergement sur le parcours. Nous nous levons de bonne heure et préparons notre sac et notre petit déjeuner de manière particulièrement efficace… à 8h nous sommes en route. Méfiants nous marchons à l’économie en traversant le village encore endormi. Après avoir dépassé le camping l’itinéraire emprunte un sentier qui remonte les pentes assez soutenues qui dominent le village.

Rapidement, nous prenons de l’altitude et nous retournons fréquemment pour observer le village qui s’éclaire sous les rayons matinaux du soleil. Le ciel est clair, sans brume, nettoyé par une petite brise fraîche et, loin derrière, nous observons clairement les sommets du Maroc et le rocher de Gibraltar.

Les pentes sont couvertes de pins parasol denses qui, sous l’éclairage rasant du soleil, ressemblent à de gigantesques brocolis. L’air est vif et pur et d’immenses espaces boisés nous entourent. C’est ensuite une large piste qui guide nos pas. Il n’y a pas âme qui vive autour de nous et une grande sensation de calme et d’harmonie règne. À tel point que nous abandonnons un peu de notre vigilance sur l’itinéraire et que nous nous laissons emporter par notre allure décidée et oublions un changement de direction. Heureusement, nous réalisons rapidement l’erreur et n’avons ajouté que quelques centaines de mètres à cette longue journée. Retrouvant le bon itinéraire nous grimpons sur un raide sentier caillouteux au milieu de blocs rocheux en suivant un ancien muret de pierres.

Nous débouchons ainsi à une maisonnette vraisemblablement utilisée comme vigie qui bénéficie d’un large panorama sur la région. Une piste suit ensuite pendant plusieurs kilomètres une ligne de crête sinueuse d’où la vue porte très loin : derniers aperçus du Maroc mais nous découvrons vers l’ouest les plaines andalouses. Après avoir traversé un pâturage verdoyant où paissent quelques vaches le GR 7 s’insinue au fond d’un étroit vallon humide que nous allons remonter sur plusieurs kilomètres. L’atmosphère change complètement avec une végétation dense, un petit ruisseau que nous traversons à plusieurs reprises.

Durant cette remontée je sens que la forme physique est bonne et j’ai parfois l’impression d’ un état de quasi euphorie et de grand bien être. Les kilomètres passent et l’inquiétude matinale sur la longueur de la journée se dissipe. Le vallon s’ouvre sur un col aux prairies vertes avec de nouveaux grands espaces autour de nous. Peu après des ruines montrent qu’autrefois ces lieux isolés étaient habités et exploités.

Depuis ce matin nous trouvons régulièrement des panneaux et des bornes indiquant le cheminement du GR, pas toujours posés aux endroits stratégiques, mais nous suivons ainsi mieux notre progression. Nous nous arrêtons pour le pique-nique près du panneau matérialisant le milieu de la journée : Ubrique n’est plus qu’à 5h de marche… Dans l’après-midi la fatigue commence à se faire sentir d’autant plus que le cheminement à bonne allure sur ces pistes au revêtement dur échauffe nos pieds et provoque quelques douleurs dans les genoux. La piste débouche sur une petite route et nous croisons les premiers promeneurs de la journée. Suivant cette route sur environ 2 kms nous accélérons le pas car une certaine lassitude pointe. Heureusement le paysage change encore d’aspect et les crêtes montagneuses arides de la sierra de Grazalema font leur apparition.

Au détour d’un virage la ville d’Ubrique apparaît avec ces maisons blanches adossées à la montagne. Mais nous sentons bien qu’il faudra encore du temps avant de poser notre sac, de fait encore environ 2 heures.

Heureusement, l’itinéraire abandonne le goudron et un petit chemin coupe les virages de la route et épargne un peu nos muscles qui commencent à réclamer du repos. Pour terminer, une courte remontée nous conduit aux premières maisons de la ville où, curieusement, des bruits variés de basse-cour et un troupeau de moutons qui traverse au milieu des rues donnent une note agreste à un environnement peu chaleureux. Il nous faudra encore parcourir 2 kms sur les trottoirs de cette ville toute en longueur avant de trouver un hôtel en plein centre ville.

jpg
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr