Jusqu’à Amphu Lapsa

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | Agence : Allibert Trekking 


Après une journée de détente, descente un peu galère pour cause de Dasein jusqu'à Amphu Lapsa. Avec 5 porteurs de plus, tout aurait été bien plus vite...
Posté le :


J23 vendredi 28 octobre 2011 – Détente au CB – Apprécier le confort

-16° au lever du jour sous la tente ! Décidément ce CB est froid. Hier voulant me laver au lac j’y ai trouvé la glace qui s’installe insidieusement. Pas de doute, on va vers l’hiver.

Au camp de base

On profite avec délice de tout ce qui est absent là haut : bière, vin, douche et steak – frites malgré un soleil trop timide.
On panse les blessures, stigmates de la haute altitude : brûlures du soleil, lèvres gercées, petites gelures, coup de crampon, ça fait un peu retour du front.
Avec une petite pensée pour Bernard Moitessier, je sors le lance pierre népalais (gouléli) pour un petit concours improvisé sur canettes de bière et, pas peu fier, le badgé (grand père, moi quoi) est élu "the best" par les Népalais.

Parenthèse physio : Sat 85 données difficiles à interpréter basées sur la couleur du sang des capillaires du bout du doigt : l’appareil et les doigts doivent être chauds et en l’absence de petites gelures superficielles. Prise à Karma elle est à 85 aussi ce qui confirme que l’emploi de cet appareil est délicat.

J24 samedi 29 octobre 2011 – CB Baruntse – CB Amphu Lapsa – Galère népalaise

Ce qui devait être une étape de la mi-journée a rapidement tourné à la galère népalaise. A midi les porteurs n’étaient toujours pas là, alors que Karma me les avait promis pour la veille. La faute à Dasein la grande fête qui dure tout octobre fête hindouiste.

Enfin arrivés, nous préparons les charges dans une grande confusion et prenons le lunch au camp de base, alors qu’il était prévu au pied du col.

Pureté de des lacs de haute altitude

Le parcours, très beau, mais très accidenté, coupe des moraines enneigées hors sentier. Les porteurs insuffisants en nombre sont surchargés et c’est une arrivée en catastrophe dans le froid et la nuit pieds mouillés sans nos affaires. Classique du Népal qui arrive au moins un fois par trek, que je connais par cœur, mais comment maitriser si je ne maitrise pas les porteurs ? Dommage, c’était un sans faute jusqu’ici. En tout, Karma est devenu beaucoup moins sympathique, il n’est pas a prendre avec des pincettes quand je lui rappelle le contrat (3 porteurs par pax) : il n’y en a que 10, alors qu’ils devraient être 15.

Il a dû faire le maximum et n’est pas forcement responsable de cette situation difficile, mais son attitude vis-à-vis de moi me surprend et me déçoit, je me questionne sur sa sincérité d’avant et ses grands serments d’amitié.

Le soleil se couche sur le Chamlang, le froid arrive...

J’en suis choqué et peiné et vais me coucher dans la tristesse. Daniel, n’oublie pas ta profession de foi : tolérance, compréhension, empathie etc…

Heureusement, les clients prennent la situation de bon cœur ; il faut avouer que malgré cette arrivée en catastrophe, le staff de cuisine a trouvé le moyen de nous mitonner en un temps record un dîner de roi. Chouettes Népalais…

  • Tps :5 h19 avec une longue pose au soleil.
  • M : 314m 170m/h
  • D : 237m 210m/h
  • Fc : 86-108-138 5h18
A propos de l'auteur

Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trouvé un débouché tout naturel à une passion tenace...



http://www.guidexpe.com/

dix-neuf − douze =