Jusqu’à Shingo

Destination : Asie | Montagne : Himalaya ; Ladakh | Activité : Randonnée  | 


Jusqu'à Shingo - Hemis - Stok
Posté le :


  • D+ : 480
  • D- : 580
  • Temps de marche : 7h

Ce jour sera celui de la traversée à gué des rivières : 3-4 fois dans la journée. Cela tombe bien car il fait très chaud. Il faut parfois réinventer le chemin en passant dans le lit de la rivière. Globalement, c’est une étape sans grande surprise comme toutes les étapes avec peu de dénivelé le long des rivières. Nous rencontrons 2 ou 3 petits groupes de touristes. Au cours de la randonnée, nous voyons 4 ou 5 ladakhis édifier un mur dans le lit majeur de la rivière. Nous comprenons progressivement qu’ils veulent clore un futur verger (peut-être d’abricotiers). C’est un travail qui demande beaucoup d’efforts et de temps mais qui donne un résultat superbe. Un mur artisanal incroyablement régulier (ils tapent sur les pierres qui dépassent pour que tout soit bien régulier). Espérons que ce mur résistera aux crues. Il présente des vides où l’eau peut circuler surtout au niveau des points bas de la construction. Pour solidifier les murs, les ladakhis les entourent généralement d’un grillage métallique de mailles d’environ 10 cm.

Au hameau de Skyu, en voulant visiter ce qui nous semble être un monastère (nous entendons les tambours, cornes et chants d’une prière bouddhique), nous devenons subitement les invités d’une cérémonie religieuse : le « Pasad », qui a lieu une semaine après la mort d’une personne. Il s’agit en l’occurence d’un membre du village. Stensin, un jeune de 25 ans, nous explique que c’est le père d’un de ses compagnons de bataillon (beaucoup de jeunes travaillent pour l’armée, Stensin est militaire depuis qu’il a 16 ans) qui est mort la semaine dernière. Un Lama de Hemis a été convié pour l’occasion et un gâteau a été confectionné. On nous sert du tchaï, du dal-bat et du gâteau. Les gens mangent puis il nous semble qu’ils offrent un peu de nourriture en offrande aux dieux. Beaucoup de villageois gardent aussi de la nourriture pour plus tard. Nous trouvons d’ailleurs celle-ci excellente, nous n’en demandions pas tant. Nous discutons un long moment avec Stensin en compagnie d’autres hommes autrour de nombreuses tasses de « chang », bière artisanale tibétaine, acre et faiblement alcoolisée, à base d’orge cuit et fermenté. Nous parlons surtout des différences de niveau de vie et dans le monde du travail, entre l’Inde et les pays occidentaux. C’est une rencontre très agréable où l’hospitalité ladakhi fait chaud au cœur.

Cependant, nous devons continuer notre route. Stensin nous accompagne jusqu’à la sortie du hameau, puis nous poursuivons le trek en montant vers Shingo. Vers 3700m, la nuit arrivant, nous montons la tente.

A propos de l'auteur

Sportif, contemplatif et amoureux des voyages, a la recherche de paysages inedits et de rencontres d'autres cultures...



http://nroirand.free.fr/

15 + 5 =