Kibo Hut – Uhuru Peak – Horombo Hut

Destination : Tanzanie » Afrique | Activité : Randonnée  | Agence : Atalante 


Kibo Hut - Uhuru Peak - Horombo Hut - Ascension du Kilimandjaro par la voie Rongaï
Posté le :


Carnet : Ascension du Kilimandjaro (voie Rongaï)
  • Altitude départ : 4700 m
  • Altitude arrivée : 3720 m
  • Altitude maximum : 5895 m
  • D+ : 1400 mètres
  • D- : 2400 mètres
  • Temps : 8h15

23h30. Réveil. J’ai peu dormi. Le camp est bruyant. Toujours pas de mal de tête. Je superpose les couches : collants, surpantalon en Goretex, plusieurs épaisseurs pour le buste, etc.

23h45. Thé et biscuits pour démarrer la journée (nuit !?).

00h10. Départ pour l’ascension de l’Uhuru Peak (5895 mètres). Espoirs et craintes se lisent sur les visages.

Le fin filet de lampes frontales nous indique que plusieurs groupes nous précèdent. Nous emboîtons leurs pas. Joachim marche à vive allure compte tenu de l’altitude (environ 350 mètres à l’heure). Nous dépassons tous les groupes, la plupart avant Hans Meyer Cave, du nom du premier ascensionniste du Kilimandjaro, que nous atteignons en 1h30.

L’ascension se poursuit sur les éboulis poussiéreux. Montée rébarbative qui n’a le mérite que de conduire au sommet. La progression devient plus délicate : la pente s’accentue. Petite pause. Ma pipette est gelée malgré la protection qui l’entoure. La tête cogne, le souffle est court et les jambes vacillent. Philippe évoque un arrêt à Gillman’s Point. Nous continuons dans un état second, enivrés par l’altitude et l’envie d’aller au bout.

Gillman's PointUhuru Peak (5895 m) - On est au sommet !

Nouveau départ. La poussière laisse place à un raidillon rocheux qui annonce Gillman’s point. Nous sommes à 5685 mètres. Le gros du dénivelé a été fait mais nous souffrons tous de l’altitude. Il faut dire que le taux d’oxygène est ici deux fois moins importants qu’au niveau de la mer.

Poussé par un élan irrésistible, chacun reprend le sentier. Nous zigzaguons entre les gros rochers de pierre volcanique avant de déboucher sur une pente de neige facile mais glissante. Attention à la chute qui serait désastreuse. Au pied de la pente sommitale, les bourrasques de vent viennent fouetter nos visages cachés derrière nos bonnets ou nos cagoules.

Nous passons Stella Point à 5756 mètres d’altitude, qui marque le croisement avec la voie Machame. Quelques trekkeurs ne sont pas loin de nous rejoindre. Nous longeons le glacier Rebman qui porte le nom du missionnaire allemand ayant découvert le Kilimandjaro en 1848. Je vacille. Avancer coûte que coûte…

Gacier Rebmann avant le lever du soleilGlacier nord

5h30. Le grand panneau de bois "Congratulations, you are now at Uhuru Peak, Tanzania, 5895 m" est face à moi. Je marque un temps d’arrêt et comprend que je suis au sommet. Il fait encore nuit noire. Si nous sommes les premiers à être arrivés ce jour à Uhuru Peak, ce mini record me laisse un goût amer. Nous sommes montés trop vite, nous ne verrons pas le lever de soleil à Uhuru Peak. Quelle déception !

Photo souvenir devant le panneau. Poignées de mains, sourires, félicitations et sentiment d’autosatisfaction. Un certain nombre de montagnards considèrent le Kilimandjaro comme un simple tas de cailloux sous prétexte que c’est un sommet techniquement facile. Ils en oublient que la pratique de la montagne est avant tout un rapport étroit avec soi et la nature. Non ?

Gillman's Point à la descenteKibo Hut

Il fait trop froid pour avoir envie de rester et profiter du paysage, nous devons redescendre pour Kibo Hut. Sur le chemin de la descente Vincent et moi vomissons, exactement comme sur notre précédente ascension du Mont Kenya. Nous sommes vidés, plus de force. Nous retournons à Kibo Hut à pas d’escargots.

Petite sieste salvatrice, repas et nouveau départ pour Horombo Hut à 3600 mètres d’altitude.

SaddleKilimandjaro sur la voie Marangu

Nous traversons le Saddle, zone désertique coincée entre le Mawenzi et le Kibo.

Nous serpentons dans une descente qui semble sans fin entre des zones rocailleuses et d’autres verdoyantes. Je me retourne régulièrement pour le regarder. Fier de cette ascension, un petit pincement me picote le coeur. Je prends la pleine mesure de ce que nous avons fait et partagé ensemble. Ce n’est pas un exploit mais quand même…

Plus bas, la végétation reprend ses droits : fleurs, arbustes, puis forêts de Séneçons recouvrent la terre volcanique.

Lorsque nous rejoignons Horombo Hut, le Kilimandjaro n’est déjà plus visible. Obed fait une démonstation du caisson hyperbare. Nous n’avons pas eu à l’utiliser. Tant mieux…

Horombo HutDémonstration du caisson hyperbare

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com