L’Adrar à pied de l’erg Amatlich au Banc d’Arguin

Destination : Mauritanie | Activité : Randonnée  | Agence : Atalante 
Nombre de jours : 7 jours | Difficulté : 1 | Dénivelé : +//-/ | Type d'itinéraire : Etoile | 
Transport : Avion | Ecosystème : Désert et Littoral | Hébergement : Bivouac et Camping
Meilleures Périodes : Janvier, Février, Mars, et Décembre
Récit de mon voyage à pied dans L’Adrar en Mauritanie. De l’erg Amatlich au Banc d’Arguin, balades entre grand erg, petites dunes, palmeraies, oasis et océan.
Posté le :




Pendant une semaine, j’ai exploré l’Adrar à pied en Mauritanie, de l’erg Amatlich au Banc d’Arguin, avec l’agence Atalante. Pas un grand trek mais de petites balades à pied pour découvrir de splendides paysages de dunes et de palmeraies, sans oublier la partie côtière avec le parc national du Banc d’Arguin et ses 2 millions d’oiseaux.

Depuis Nouakchott, nous remontons la route asphaltée en direction d’Atar. De part et d’autre de la route, le désert s’égraine à perte de vue. Dès qu’il y a un peu de végétation, nous croisons des chèvres et des habitations sommaires.

Le vent s’est levé, chaud et puissant. Nous nous arrêtons dans une auberge en cours de route pour déjeuner à l’abri du vent. Poursuite en 4×4 par la route. Nous passons la ville minière d’Akjoujt dont les habitants exploités autrefois le cuivre. Aujourd’hui, elle abrite davantage de chercheurs d’or. Je ne l’aurais pas pensé si on ne me l’avait pas dit.

Quelques kilomètres plus loin, on quitte l’asphalte pour une piste qui alterne des zones sablonneuses et des regs caillouteux. Nous passons la palmeraie de Tadressa et son village éponyme avec ses huttes en pierre situé en bordure de l’erg Amatlich.

Dune d’Azoueiga et erg Amatlich

Nous gravissons à pied la grande dune d’Azoueiga, localement nommé Tenweghejert. Vu d’en haut, superbe panorama sur l’erg Amatlich, l’oued et la palmeraie malgré le vent de sable. Je retrouve les mêmes sensations d’ivresse qui m’avaient envahi lorsque j’étais venu il y a 18 ans. Nous redescendons au campement situé au pied de la dune.

Après le coucher de soleil, le vent baisse en intensité. Ce soir, c’est dorade grillée au dîner. Merci Aminata. C’est la première fois sur l’un de mes voyages au Sahara que le poste de cuisinier est occupé par une femme. Il devrait y en avoir plus. Offrir un emploi aux femmes participe à leur émancipation et à leur indépendance.

Nous nous couchons en regardant les constellations. El Bekaye les connaît comme sa poche. Je révise un peu et en apprend un peu plus. C’est l’occasion de rêver et de faire un vœu. Mon bagage n’est pas arrivé à l’aéroport de Nouakchott. Je croise les doigts pour qu’il arrive dans la semaine. El Bekaye s’est gentiment chargé de m’équiper pour la semaine du nécessaire (sac de couchage, t-shirt de rechange, brosse à dents, chèche, sandalette…). Merci à lui, sinon j’aurais été dans la mouise.

Le lendemain matin, nous marchons en bordure de l’erg Amatlich pour rejoindre la guelta d’Azoueiga où nous accueille un traquet rieur. Le vent souffle toujours et le sable vole à foison.

Nous reprenons le 4×4 un peu plus loin en direction de l’oued d’Eirech où nous nous arrêtons pour le déjeuner. Une pie-grièche grise vient nous rendre visite. J’entends une fauvette. Laquelle, je n’en suis pas sûr. C’est à peine le second jour de notre voyage dans l’Adrar et j’ai l’impression de boire mon 100ème thé. Avec délectation car j’adore le thé à la menthe, surtout celui du désert. D’ailleurs, El Bekaye nous dit qu’un bon thé réunit toujours les 3 J : Jer, Jeema et eJmar. Soit, savoir prendre son temps, être entre amis et les braises. Sans ces trois éléments, le thé paraît bien fade. Je trouve qu’il a parfaitement raison.

Poursuite en 4×4. Arrêt au puits de N’dernaye Pour se ravitailler en eau. Quelques bidons jaunes à l’extérieur du puits le signalent.

Passe de Tifoujar et vallée Blanche

Nous passons la Palmeraie de Legleitat et arrivons dans l’après-midi à la passe de Tifoujar. Avant d’arriver au bivouac au pied de la passe, nous descendons du 4×4 et partons rejoindre le bord de l’escarpement rocheux qui offre une vue splendide sur la vallée blanche. Hélas, le vent est encore plus fort que la veille, nous voyons à peine les dunes de la vallée blanche. C’est vraiment dommage. Je connais les lieux et je sais ce que nous ratons. Cela confère néanmoins aux paysages un caractère à part. On dirait le Mordor version Sahara. Le soleil ressemble plus à la lune tellement son éclat est atténué par le sable qui vole. Je me demande si tout ceci n’a pas un lien avec la nouvelle lune.

Nous retournons au campement. Des allemands en camping-car 4×4 se sont installés non loin de nous. Nous faisons connaissance. Ce soir là, le ciel est particulièrement splendide et je m’endors avec la constellation de Pégase sous les yeux.

La nuit a été merveilleuse. Plusieurs fois, j’ai été réveillé par ce que je pense être le chant du grand-duc ascalaphe. Même si je ne l’ai pas vu, il a fait mon bonheur. Le matin, nous partons à pied en direction de la vallée blanche à travers le cirque de Tijouar. Nous accédons à l’oued El Abiod qui signifie vallée blanche en raison de son sable clair. De petites dunes se sont formées le long des barres rocheuses et autour des plantations. Des panneaux solaires actionnent même des pompes pour alimenter les champs en eau.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comment soutenir I-Trekkings ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin et pensez à accepter les cookies de nos partenaires dès l’arrivée sur leur site). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top de nos partenaires pour vous équiper :

  • Alltricks : Déstrockage sur plus de 8 300 produits. -10% supplémentaire avec le code DESTOK10.
  • Cimalp : Déstockage Montagne jusqu’à-60% jusqu’au 4 mars
  • Ekosport : Déstockage jusqu’à-70% jusqu’au 3 mars. -10% supplémentaire avec le code EKO10.
  • I-Run : Winter Deals jusqu’à -50%
  • Lyophilise.fr : les bons plans du bivouac
  • Snowleader, The Reblochon Company : Winter Deals jusqu’à -60%
  • Trekkinn  : 10 000 bons plans

Le top de nos partenaires pour partir en rando et en trekking :

  • Allibert Trekking (Agence de voyage basée dans les Alpes, spécialiste rando, trekking et voyages d’aventure)
  • Atalante (Spécialiste du voyage d’aventure, de la randonnée et du trek)
  • Chilowé (le spécialiste de la micro-aventure en France)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (Randonnées dans les Pyrénées et rien que les Pyrénées)
  • Travelbase (Agence de voyage pour des aventures à vivre en groupe ou en solo, et avec l’esprit Travelbase)

Palmeraie de Toungad et Oasis de Terjit

Nous reprenons le 4×4 en direction de la palmeraie de Toungad. J’y étais passé deux ans plus tôt lors de ma randonnée à travers les oasis de l’Adrar. Nous nous y arrêtons pour nous balader. Toungad est l’une des plus grandes palmeraies de Mauritanie. L’hiver, elle est déserte car ça n’est pas l’époque de la récolte des dattes. Par contre, entre juin et septembre, elle grouille de monde et la vie y bat son plein. C’est le meilleur moment pour s’y rendre même s’il y fait très chaud.

Nous reprenons le 4×4 vers l’oasis de Terjit. En chemin, nous nous arrêtons dans une petite épicerie à Tentemdej dans l’Oasis de Lemeileh. On nous propose le thé. C’est ça l’accueil mauritanien. Nous nous installons donc sous la khaima face à Tikeber et des enfants à elle et à sa soeur. Nous la regardons préparer le thé. Après des dizaines de voyage au Sahara, je suis toujours autant fasciné par le cérémonial du thé. Il y a sans doute une part de tradition à respecter mais c’est aussi la recherche du goût, du bon dosage de thé, de menthe et de sucre. L’arrêt qui ne devait prendre que 3 mn en prendra bien plus. C’est aussi ça le voyage et je suis toujours ravi de faire des rencontres impromptues.

Poursuite en 4×4 jusqu’à l’oasis de Terjit. C’est un quasi passage obligé pour tous les voyageurs visitant l’Adrar Mauritanien. Cet oasis est un petit paradis insoupçonné. Au fin fond du village, on marche dans un canyon qui débouche sur une source qui coule toute l’année. Des flancs rocailleurs coulent une eau pure en goutte à goutte. Les baigneurs sont attirés par les vasques d’eau claire, tandis que les khaïmas sous les palmiers invitent à la sieste et à déguster du thé à la menthe. Dans ce lieu unique en Mauritanie se mêle à la fois les voyageurs et les locaux si vous n’y allez pas à la fin de votre circuit (à ce moment précis, les locaux n’y sont pas).

El Bekaye m’apprend aussi que mon bagage est arrivé à Nouakchott. Je pourrai ainsi le récupérer avant de rentrer en France. D’ici là, le voyage n’est pas terminé.

Erg Malichigdane et dunes de Benichab

Après l’oasis de Terjit, une longue route nous conduit jusqu’au petites dunes de l’erg Malichigdane en bordure de l’axe Nouakchott Atar. Avant de poser le bivouac, nous croisons un Courvite Isabelle, un limicole qui vit dans les déserts ou les espaces semi-désertiques. Petite balade dans les dunes après avoir monté le campement. Le soleil se voile assez vite, caché par les vents de sable. Ce soir encore Aminata fait des miracles en cuisine. Aminata, c’est notre mère nourricière. Elle apporte une attention toute particulière à ce que nous mangions bien. « Il faut bien manger » nous a t-elle souvent dit.

La nuit n’a été que peu venteuse mais toujours aussi chaude avec un ciel légèrement couvert. Contrairement aux nuits précédentes, les étoiles ont été moins visibles. Après un excellent petit-déjeuner d’Aminata à base de crêpes, nous quittons les dunettes pour deux heures de marche en direction de la nationale qui relie Nouakchott à Atar. Le désert est vivant : pommiers de sodome, tleihe (plante rase avec une jolie fleur violette) ou encore jujube et son fruit comestible et suave. En cette matinée, les oiseaux sont assez nombreux : les moineaux blancs ont fait un passage rapide au camp ce matin ainsi qu’une fauvette dont j’ai entendu le chant mais sans distinguer l’espèce avec certitude. Sûr le chemin, traquet du désert, pie-grièche grise et sirli du désert ont été observés.

Route ensuite pour Benichab. La ville est connue en Mauritanie pour son eau minérale. Les réserves totales de la nappe sont de l’ordre de 1125 millions m³ pour une réserve exploitable de 450 millions m³. Dans l’un des puits en périphérie de la ville, nous faisons le plein d’eau. Peu de temps après, une centaine de dromadaires viendra s’abreuver à son tour. Nous installons le campement au pied de petites dunes. Ce soir, Ibrahim prépare la kesra, le pain du désert cuit dans les braises et le sable. Quel délice de le déguster lorsqu’il est encore chaud. Comme les nuits précédentes, nous observons les étoiles en tentant de percer leurs mystères. El Bekaye est un fin connaisseur des constellations, c’est aussi un voyageur. Il est venu plusieurs fois en France et a aussi visité l’Indonésie.

Parc national du Banc d’Arguin

Route pour le parc national du Banc d’Arguin en passant par Chami, une ville construite il y a environ 10 ans et qui compte un nombre important d’orpailleurs. D’ailleurs, la ville a un vrai coté far-west. Nous arrivons au camping d’Arkeiss face à l’océan Atlantique avant le déjeuner. Il fait chaud malgré le vent. Pour la première fois, nous voyons vraiment des ombres se dessinaient sur le sable.

Les deux jours qui suivent sont consacrés à l’observation des oiseaux du parc national du Banc d’Arguin, à l’occasion de balades à pied, de déplacements en 4×4 et lors d’une croisière en lanche, ce bateau à voile utilisé par les pêcheurs Imraguens qui ne vivent qu’ici en Mauritanie. Si vous aimez observer les oiseaux, le parc national du Banc d’Arguin est une étape obligatoire en Mauritanie. Avec plus de 2 millions d’oiseaux, c’est le paradis des limicoles et des échassiers. La journée en lanche est l’un des vrais points fort du voyage. Au delà des oiseaux observés, on se laisse bercer par le rythme lent de la navigation à la voile, comme si le temps s’écouler plus lentement. Je vous invite à lire mon article sur mon blog My-Wildlife pour plus de détails sur le parc national du Banc d’Arguin.

Un GRAND merci à l’équipe locale pour son hospitalité et son professionnalisme. Le groupe de voyageurs était aussi bien sympa. J’ai passé une superbe semaine. Merci Aminata, Ibrahim et El Bekaye.

Informations pratiques

Avec qui randonner en Mauritanie ?

Ce voyage intitulé “Du désert à l’océan : de Malichigdane au Banc d’Arguin” a été réalisé avec Atalante qui a à son catalogue 7 autres circuits pour découvrir la Mauritanie à pied (balades, randonnées chamelières). Organisation irréprochable et équipe locale au top.

Quel niveau de marche pour ce circuit ?

Ce circuit est d’un niveau très facile. Les temps de marche n’excèdent pas 3 heures par jour.

Comment s’y rendre ?

Vol international jusque Nouakchott.

Recherchez votre billet d'avion

Testez également le comparateur de billets d'avion de Kayak !

Ouvrages sur la Mauritanie et le Sahara

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques, observer la faune sauvage et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou local...



https://www.gregoryrohart.com

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
Copy link
×