Lac de derborence – cabane de Prarochet

Destination : Suisse » Europe | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | 


Récit de mon 3ème jour de randonnée entre le lac de Derborence et la cabane de Prarochet sur mon tour du massif des Diablerets.
Posté le :


Carnet : Tour du massif des Diablerets
  • D+ : 1267 m
  • D- : 220 m
  • Distance : 7,5 km
  • Temps de marche : 5h00

Bon voyage mémé

Il est 8h00 quand nous quittons le refuge de Derborence après avoir pris un bon petit-déjeuner. Il fait grisâtre et un peu frais. Ce matin, je n’y suis pas trop. J’ai peu dormi et très mal. C’est qu’aujourd’hui, on enterre ma mémé. Forcément, beaucoup de souvenirs remontent à mon esprit. Difficile de s’endormir dans des moments comme ceux-là. Et puis ma femme m’a appelé en pleine nuit pour m’annoncer que nous nous étions fait cambrioler. Ça aussi, ça n’aide pas pour s’endormir.

Tour du Massif des Diablerets

Alors, ce matin, j’ai la tête des mauvais jours. Et puis, il fait gris. Le sentier joue au yoyo comme des montagnes russes : un coup on monte, un coup on descend. C’est un jour pour les salamandres noires. Elles aiment l’humidité et elles sont de sortie. Le sentier est ainsi jusqu’au Poteu des Etales. C’est vraiment dommage que le temps ne soit pas avec nous car le panorama est déjà très beau ainsi. Je n’ose pas imaginer avec une belle lumière et un ciel plus dégagé.

Bon voyage mémé !

Tour du Massif des Diablerets

Poteu des Etales

A l’approche du Poteu des Etales (cotation T4), je me demande bien où nous allons passer. A plusieurs reprises en attendant Maud qui fait des photos à l’arrière, j’essaie de deviner le chemin. Je checke aussi les prévisions météos à court terme. La météo est très instable et les prévisions changent d’heure en heure. Je n’ai pas envie de passer le Poteu des Etales sous la pluie avec Maud qui a peu d’expérience en montagne.

Poteu des étales

© Maud / serialpix.com

Je me rends compte que je ne vous ai pas expliqué encore ce qu’est le Poteau des Etales. C’est un passage escarpé pour ne pas dire très très raide et équipé de barreaux, cordes, chaînes et échelles qui permet de sortir du cirque de Derborence pour gagner la cabane de Prarochet. Il est nécessaire de poser les mains. A déconseiller aux personnes sujettes aux vertiges. Sous la pluie et encore plus sous un orage, le Poteu des Etales peut devenir très délicat à passer. Fort heureusement, nous le passons au sec.

Jusqu’à la cabane de Prarochet

Nous cassons la croûte au dessus des échelles et reprenons notre marche. Nous croisons nos premières marmottes et sortons les appareils photos pour immortaliser l’instant. C’est à ce moment que la pluie fait son apparition. Nous n’avons pas le temps de faire la moindre photo. Nous équipons les sacs à dos de housse anti-pluie, nous mettons nos vestes imperméables et repartons.

Tour du Massif des Diablerets

A 2080 m, à une intersection entre deux sentiers sur la carte, nous prenons à gauche. Je le précise car le balisage n’est pas évident surtout en cas de mauvais temps comme nous l’avons eu. Le sentier est assez raide, la pluie s’intensifie et Maud n’avance plus beaucoup. Je pense qu’elle a un peu le moral dans les chaussettes (mouillées). J’ai un peu froid avec ma petite veste de trail imperméable. Le matériel ultra-léger n’a pas que des avantages. Nous faisons de petits arrêts régulièrement pour manger quelques fruits secs. Lorsque nous arrivons sur le lapies de Tsanfleuron, la pluie s’arrête. Nous prenons même le temps pour faire quelques photos puis arrivons à la cabane de Prarochet alors que les nuages envahissent l’horizon. Pour réserver, mieux vaut téléphoner qu’envoyer un email (dixit la gardienne). Alors, voici leurs numéros : 027 395 27 27 et 079 327 61 45. Construite par le ski club de Savièse, la cabane est agréable.

Cabane de Prarochet

Nous ne sommes que 4 à dormir dans la cabane. Il y a eu beaucoup d’annulation à cause des prévisions météorologiques. Nous faisons sécher nos affaires, je prends un thé et une part de tarte à l’abricot (génialissime la tarte). Je vais dehors quelques secondes lorsqu’un brin de lumière arrive sur le refuge et finis par re-rentrer une fois qu’il est parti. Je discute avec les gardiennes de tout et de rien et avec les autres randonneurs qui dorment à la cabane. On nous montre la superbe vue sur les 10 4000 m qui dominent l’horizon par beau temps. La soirée est animée. A ceci près que ma mémé est partie pour un dernier voyage et que son départ envahit mes pensées. Bon voyage mémé.

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com

17 − dix =