Langtang, Gosainkund et Helambu

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya ; Langtang | Activité : Randonnée  | 


Carnet d'un trekking de deux semaines dans les régions du Langtang et d'Helambu que nous joignons par les lacs sacrés de Gosainkund, lieu de pèlerinage hindou. Situé au nord de Katmandou le long de la frontière tibétaine, il suffit d'une journée de bus pour débuter le trek.
Posté le :


Carnet : Langtang, Gosainkund et Helambu

Au départ, une féroce envie de retourner au Népal (cf mon précédent carnet de voyage : http://pageperso.aol.fr/lethieu) mais l’idée d’un séjour en altitude un peu plus court et des paysages plus variés … D’où le LANGTANG : une marche progressive pour atteindre une altitude raisonnable (4.000 m) et, de là, de petites ascensions « belvédères » sur le massif et une vallée élevée à priori sympathique. Pour compléter, retour par les lacs de GOSAINKUND et l’HELAMBU. Comme en 2004, nous nous organisons à quelques copains et nous partons sur le même type d’organisation qu’en 2004 : quelques mois à l’avance (le plus possible pour avoir des tarifs corrects ..) le billet PARIS-KATHMANDOU , un échange de mails avec NEPAL ECOLOGY TREK pour le reste du trek depuis KTM … Le reste est simple, l’expérience de 2004 sert : liste exhaustive des bagages, répartition par sacs (porteurs pour 10 kgs, à dos personnels et bagage “avion”).

Quelques semaines avant le départ, modification des horaires avion : l’escale à BARHEIN durera la nuit entière et notre première journée à KTM sera amputée de la matinée …. Pour moi, ce n’est pas très grave : cette journée népalaise, celle des premiers achats est toujours éprouvante avec les heures passées dans les innombrables boutiques de THAMEL.

MARDI 9 OCTOBRE 2007

Départ TGV direct pour ROISSY, petite course d’orientation gratuite offerte par la compagnie gestionnaire de l’aéroport et finalement, nous nous retrouvons, sac en mains, à l’embarquement – attente (l’avion est le moyen de transport où l’on a le plus de temps pour s’ennuyer …) – embarquement – attente – tour de piste – attente (un passager a été « oublié » …) nouveau tour de piste et décollage (enfin …) Le voyage commence avec son lot d’exotisme : déjà le plateau-repas … c’est le moment où je rêve aux compagnies low-coast qui n’imposent pas pareil supplice à leurs passagers … Mais il est tard déjà et je mange quand même en scrutant sur un écran minuscule un film indien parlant anglais et sous-titré en arabe littéraire… 5 heures de vol pour une arrivée sans problèmes à BARHEIN – Transit : la compagnie délivre un « billet de logement » et un transfert vers un hôtel – Bonne chose : je connaitrai enfin l’extérieur de l’aéroport, parcours en navette dans une ville futuriste, parmi des voitures toutes également grosses et japonaises et arrivée à la « tour-hôtel » où nous attends notre chambre et un dîner plus digeste que le plateau aéroporté . Le lendemain, parcours inverse : parmi les tours aperçues la veille, un mur et des « vraies maisons » : la vraie ville, au milieu des tours commerciales ou hôtelières …. Réembarquement, re-plateau repas et enfin débarquement à KATHMANDOU où le soir tombe.

Dans l’aéroport, après les formalités (prévoir un stylo bille) : imprimé de renseignements divers, demande de visa, passage de police visa en poche, nous apercevons le guide de notre agence : c’est le même que celui qui nous avait fait visiter la ville il y a trois ans : accueil chaleureux et congratulations et enfin transfert vers notre hôtel. Nous reprenons contact avec la ville et les mystères de KTM : comment font-ils pour circuler sans anicroches au milieu de tant de véhicules, comment vivre dans une telle pollution, sans eau véritablement potable, sans ….

A l’hôtel, boisson, visite du responsable de l’agence (qui parle français, c’est bien …) et nous sortons nos euros pour régler le trek.

Organisation interne : Définition du programme du lendemain – Nous optons pour un programme léger : quelques courses le matin et départ vers 11 heures pour BAKTAPUR.