Laponie : Trek sur les hauts plateaux du Finnmark

Destination : Norvège » Europe | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 3 jours | Difficulté : 2 | Dénivelé : +890 m/-890 m | Type d'itinéraire : Boucle | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Bivouac
Trek de 3 jours en Laponie norvégienne sur les hauts plateaux du Finnmark, encore appelés Finnmarksvidda. En autonomie, presque seuls, nous n’avons pas été épargnés par la météo. Une belle expérience wilderness !
Posté le :


Les pages du carnet :

Télécharger la "3 jours de trek sur les hauts plateaux du Finnmark" (Téléchargement :215 fois)
0
(0)

Printemps 2016. Les prochaines vacances sont programmées. Destination le Finnmark, la région lapone de la Norvège. Mon idée : en 15 jours : faire un roadtrip, observer les oiseaux et s’engager sur un trek de 4 jours.

Je dessine un itinéraire sur le fond de carte numérique norvégien avec un départ à proximité d’Alta. Je n’ai trouvé aucune trace GPS ni aucun récit sur cette partie du Finnmark. On m’a promis moustiques et météo capricieuse.

29 juillet. Le sac à dos n’est pas à l’arrivée à l’aéroport d’Alta. Heureusement que nous avions prévu une nuit à l’hôtel. Il n’arrivera que le lendemain soir. Seconde nuit au Thon Hôtel après avoir méticuleusement préparé le sac à dos. Le trek initialement prévu sur 4 jours se fera finalement sur 3. Moi qui avais préparé deux itinéraires, je n’ai plus à hésiter : le plus court est maintenant le seul envisageable.

Bjørnstad – Bivouac sur le plateau du Finnmark

  • D+ : 600 m
  • D- : 198 m
  • Distance : 21,20 km
  • Temps de marche : 6h30

Un taxi nous dépose à la sortie du village de Bjørnstad à quelques kilomètres au sud-est d’Alta. Un peu plus de 50 € la course. Tarif norvégien. C’est salé mais ça l’est moins que si nous avions loué une voiture pendant 4 jours.

Nous remontons une piste qui traverse une forêt assez touffue mélangeant de nombreuses essences différentes : pin et bouleau notamment. Dans le tapis forestier, les champignons poussent de partout. Je n’ai aucune connaissance en champignon, c’est dommage car ça aurait pu agrémenter nos plats lyophilisés. Il se met à pleuvoir. Ici les moustiques sont légions et Johanne leur sert de repas. Elle ne tardera pas à avoir quelques réactions allergiques comme à chaque fois. Je me fais moi aussi piqué mais dans une moindre mesure.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Déstockage en cours. Jusquà -70% sur plus de 4300 produits)
  • Amazon (librairie et bazar)
  • Chamina Voyages (randonnées en France et en Europe)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – opération déstockage : jusqu’à -80% jusqu’au 27 septembre)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – Déstockage d’été. Jusqu’à -70% sur plus de 10 000 produits)
  • Trekkinn (boutique outdoor – Jusqu’à -50% en ce moment)

Le sentier se met à grimper et nous sortons de la forêt pour déboucher sur le Finnmarksvidda littéralement le plateau du Finnmark. Notre premier lac est devant nous. C’est le Tverrfjelltjønna. On pensait y faire une pause mais le vent nous a glacé à l’entrée sur le plateau. Du coup, on continue la marche. Nous n’allons pas explorer tout le Finnmarksvidda. Sa superficie représente quand même 22 000 km², soit environ 35% de la surface de la région du Finnmark.

Trek au Finnmark

On fait une pause repas après avoir passé une intersection entre deux chemins. On a prévu des plats lyophilisés chauds pour le midi comme le soir. L’après-midi, on s’enfonce dans un véritable bourbier. La zone était bien marquée « marécageuse » sur le fond de carte mais je ne m’attendais pas à autant de boue. Il nous faut slalomer entre les marais, la boue, trouver les meilleurs passages pour traverser les rivières sans ôter les chaussures. On passe un hytter au milieu de nulle part. Je dois dire qu’à un moment je me suis bien dit qu’on aurait du frapper à la porte pour s’abbriter de la pluie.

Hytter

On ne rencontre pas grand monde sur le chemin. Deux VTTistes nous dépassent en nous faisant un signe de la main. En fin de journée, nous croisons deux pêcheurs qui nous indiquent un endroit sympa pour poser un bivouac le long d’une rivière. Pas de nom de rivière. Juste un point GPS 34 W 610790E 7750336N. Nous y planterons la tente. J’ai opté pour le modèle Anjan 2 GT, une tente légère avec une grande abside. C’est pratique en cas d’intempérie.

Bivouac sur le plateau du Finnmark

On finit la journée dans la tente à écouter les gouttes de pluie sur la toile, à lire, à discuter, à manger et à se réchauffer dans le sac de couchage. Entre deux averses, on part pisser avant de se blottir dans le sac de couchage qui sert aussi de séchoir à nos chaussettes et semelles trempées.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales. Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com
Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link