Le Mourre Froid

Destination : Provence Alpes Côte d'Azur » France | Montagne : Alpes ; Queyras | Activité : Ski de Randonnée  | Agence : UCPA 


Aujourd’hui, Benoît, le gardien du gîte de l’Ancolie Bleue, nous accompagne sur la sortie à ski de randonnée à Mourre Froid. La neige est en cours de transformation : pas top pour la glisse mais ça n’entame pas notre bonne humeur !
Posté le :


Carnet : Ski de randonnée dans le Queyras
  • D+ : 800 m
  • D- : 1136 m
  • Temps : 4h45

Application de bougie sur les peaux pour les rendre plus adhérentes

Quatrième journée de ski de randonnée. Jean-Philippe nous emmène en fourgon jusqu’à Prats Hauts (1780 m) sur les hauteurs de Ville-Vieille. Mais avant de démarrer du gîte, petite nouveauté du jour : appliquer de la bougie sur les peaux de phoque pour augmenter leur adhérence.

Il part devant comme une bombe avec Benoit, le gardien du gîte, Pierre et Patrick. Un groupetto se crée à l’arrière. Ça grimpe vite dans le dur à travers les mélèzes du bois de Peyrolal. Savez-vous comment reconnaître facilement le mélèze l’hiver ? C’est le seul conifère qui perd ses feuilles.

Montée à ski à travers les mélèzes

A la sortie du bois, c’est un magnifique paysage de montagne qui s’offre à nous. La météo semble hésiter : les nuages vont et viennent à leur gré modifiant le panorama à chaque instant. Je finis dans le dur, le souffle court quand nous atteignons le sommet du Mourre Froid (2570 m). Derrière le cairn, les corniches n’invitent guère à y déposer les spatules. Depuis Mourre Froid, une belle crête rejoint la croix de la Guardiole de l’Alp (2786 m). Nous n’y allons pas.

En sortie de forêt, le paysage s'ouvre mais la météo est toujours aussi pourrie

Pendant toute la montée, la neige était croûtée : légèrement dure et cassante en surface due au regel, au vent et à la pluie. Rappelons qu’il faut trois conditions pour qu’il neige : de la vapeur d’eau, des températures très basses (jusqu’à -20 °C environ) et la présence d’infimes corpuscules voltigeant dans l’air (sable, fumée, cendres, …).

Au sommet du Mourre-Froid

Sur la descente, avec l’arrivée du soleil, les températures montent et le manteau neigeux change vite, y compris en face nord où nous sommes. Résultat : la neige s’humidifie en surface suite à la fonte et il y a apparition de petits gobelets désolidarisant les différentes couches de neige. Le manteau devient instable et les risques d’avalanche sont alors plus importants à ce moment précis. Les conditions changeant vite, le manteau neigeux aussi ainsi que le niveau des risques d’avalanche. La pente n’étant pas très importante, il y a peu de risques pour nous.

Ce qui est sûr, c’est qu’on se fait les cuisses à descendre dans cette neige toute molle. Instinctivement, chacun se retrouve sur ses gardes, un peu en arrière, et on contrôle tout de suite moins les skis. Nous ne sommes pas mécontents de retrouver la D5 sur les hauteurs de Ville-Vieille.

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com