Le Poët-Sigillat – Buis les Baronnies

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Baronnies | Activité : Randonnée  | 


Le Poët-Sigillat – Buis les Baronnies - Tour des Baronnies
Posté le :


Carnet : Tour des Baronnies
  • D+ : 625 m
  • D- : 1000 m
  • 19 km
  • Temps de marche 6h30

La Vadrouille sur le bitume

C’est un peu avant midi, sous le cagnard provençal, que nous entamons la randonnée depuis le village du Poët-Sigillat. C’est un joli village perché au dessus d’une forêt. Au cœur du village, nous prenons la petite route qui descend à droite vers la Combe d’Arnaud. Elle se transforme rapidement en un large sentier pédestre qui serpente à travers la garrigue. A l’approche du col de Goudon (650 m), nous longeons une belle chênaie d’arbres pubescents, bien adaptés aux régions sèches.

Au col, nous cassons la croûte. Pique-nique pour ce midi : sandwich, fromage, saucisson, chips, tomate et pomme.
Après le col, nous continuons la descente par une large piste jusqu’au village de Sainte-Jalle (407 m). Village médiéval niché dans la vallée de l’Ennuyé, Sainte-Jalle fut la patrie de Faulque Thollon-de-Sainte-Jalle, une des plus nobles figures des guerres de religion. Ancienne capitale du "Grenier des Baronnies", célèbre pour sa foire de la Saint-Barthélémy réactualisée à nos jours le 3ème samedi d’août, sainte-Jalle vit sur un passé glorieux qu’elle entretient avec délice. Depuis le centre du village, on suit la rivière de Rieufrais vers l’ouest par une petite route de campagne.

Il fait chaud, extrêmement chaud même. Il n’y a pas d’air dans le vallon. La gourde semble se vider à vitesse grand V. Les pieds chauffent sur le bitume. C’est beau mais j’ai hâte d’arriver à Rochebrune. Lorsque nous y arrivons 1h30 plus tard, nous nous jetons presque sur la fontaine pour se désaltérer et se rafraichir. Magnifique village du XIIe siècle perché sur un éperon rocheux aux confins plein ouest de la vallée de l’Ennuye, Rochebrune est un havre de paix que nous apprécions pleinement. Avec Jérôme, nous partons explorer le village jusqu’à l’Eglise Saint-Jean Baptiste et la tour de l’ancien château. Nous oublions la chaleur et repartons sur le sentier.

Nous sommes sur une départementale mais manifestement pas où nous devrions être, c’est-à-dire au virage en épingle du col de la Croix. Nous descendons la route sur 400 m. Je regarde l’altimètre, observe le relief qui nous entoure, pense à ma boussole oubliée sur le bureau, jette un œil au soleil. « Allez, on remonte la route ». Nous repassons devant le chemin où nous sommes sortis et continuons tout droit. Carte en main pour tenter de trouver des signes autour de nous, les minutes paraissent être des heures. Nous tombons sur le col. Soulagés !

La vadrouille continue sur la départementale. Il fait encore chaud. Les pieds baignent dans la transpiration. Bonjour les odeurs et les mycoses ! Le temps passe lentement.
Au col de Milmandre (852 m), un vrai sentier en balcon face à la montagne de Linceuil nous tend les pieds. Nous retrouvons le moral que le bitume nous avait lamentablement balayé.
Nous apercevons Buis-les-Baronnies. Encore quelques encablures avant de nous installer au camping municipal juste après le pont de l‘Ouzève, le seul à être sur le tracé du GRP.

Informations pratiques :

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com