Le trek des 3 vallées béarnaises

Destination : Nouvelle-Aquitaine » France | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 5 jours | Difficulté : 4 | Dénivelé : +6706 m/-5782 m | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Gite d'étape et Refuge
Meilleures Périodes : Juin, Juillet, Août, et Septembre
Récit, vidéo & trace GPS du trek des 3 vallées dans les Pyrénées (Béarn). Une randonnée sportive de 5 jours au cœur des vallées d'Ossau, Aspe et Barétous.
Posté le :



Télécharger la "Trace GPS du Trek des 3 vallées" (Téléchargement :1901 fois)
5
(14)

Les Pyrénées, beaucoup de randonneurs les traversent de part et d’autre, en entier ou en partie par le GR10 ou la HRP ou se cantonnent à découvrir le centre de la chaîne. Dans les montagnes du Béarn, Gilles Bergeras, accompagnateur en montagne en vallée d’Aspe, a voulu initier un nouvel itinéraire plus intimiste et plus proche des villages tout en restant une vraie randonnée sportive avec un dénivelé total de plus de 6 000 mètres sur près de 100 km dans sa totalité. Son nom de code : le Trek des 3 vallées. 3 vallées pour l’Ossau, l’Aspe et le Barétous.
Le Trek des 3 vallées, c’est 5 jours de marche au départ de Laruns jusqu’au sommet du Pic d’Anie sur des sentiers pastoraux, oubliés de nombreux randonneurs, peu empruntés, souvent mal marqués mais ô combien intéressants.

La vidéo du trek des 3 vallées

Je vous invite à regarder la vidéo pour vous en rendre compte. Parfois, des images valent mieux que des mots.

Plus d’infos sur son site Rando-Bike mais aussi auprès des offices de tourisme de Laruns/Artouste et d’Aspe.

Berger de la vallée d'Ossau

Cartographie pour le trek des 3 vallées

L’intégralité du trek est couvert par 2 cartes au 1/25 000 :

Laruns – Eaux Chaudes

+ 1389 m / – : 1309 m  15,6 km  5h00

Nous quittons le village de Laruns dans la vallée d’Ossau par le bois des Taillades un peu après le camping du Pont Laugère, à hauteur d’une croix sur la route. Le chemin est bien raide, le ciel est bouché. Gilles Bergeras, accompagnateur en montagne et instigateur de ce trek des 3 vallées donne le rythme.

La forêt semble imprégnée de mystères. Que cache t-elle ? Nous avançons à un rythme soutenu et n’avons pas le temps d’en percer ses secrets.

A la sortie du bois des Taillades

Nous sortons des nuages en arrivant sur la cabane d’Arlioutort. Quel magnifique cirque face à nous ! Pic Monteaud, Mardas, Montagnon d’ IIseye le composent. Nous pique-niquons à la cabane. Roland le berger nous y rejoint et commence alors la discussion. Les bergers ne sont jamais avares de paroles ou alors c’est complètement l’inverse. Ce matin, avant de démarrer le trek, nous sommes d’ailleurs allés rencontrer Régis qui montait ses brebis en montagne. Pour lui, c’est le moment de la dernière traite et début de la transhumance jusqu’à la fin de l’été ou le début de l’automne selon l’état des pâturages. Avec d’autres bergers de l’Ossau, il produit un fromage de brebis tout simplement exquis.

Dans le secteur de la cabane d'Arioutort

Plutôt que de suivre le chemin de la carte IGN, nous prenons la direction du col de la Taillandère, passons devant une cascade, remontons de petits mamelons et mettons le cap sur le Montagnon de Besse. Sur l’autre versant, c’est la claque. Le panorama des Hautes-Pyrénées au Pic Montaud en passant par le seigneur des lieux, le Pic du Midi d’Ossau est magistral. On l’admire un peu pataud. Que c’est beau !

Nous redescendons en hors-piste pour rejoindre le chemin et filons jusqu’au village de Ghoust. Eaux Chaudes n’est plus très loin.

Dans la descente vers Ghoust

Nuit à l’Auberge la Caverne : Des patrons gentils comme tout, une cuisine d’un très bon rapport qualité/quantité/prix et des chambres très agréables le long du Gave.

Eaux-Chaudes – Accous

+ 1215 m / – : 1510 m  20 km  6h00

Gorges du Bitet

L’itinéraire commence par une portion de 2,5 km de route le long de la D934 que Gilles nous propose de zapper puisqu’il ne la réalise pas avec ses clients. Nous voilà donc entrain de remonter les gorges du Bitet. C’est un spot réputé pour le canyoning. Il y a deux jours, c’est sur un autre canyon que je me suis exercé, celui de Soussouéou. Je le conseille vivement.

Pic de la Ténèbre à droite et Pic d'Isabe à gauche

Les gorges sont magnifiques et sauvages. Je prends plaisir à découvrir cette portion de forêt recouverte de mousse. L’ambiance est complètement différente de celle d’hier, on dirait une forêt enchantée.

Ruisseau du Coig d'Aras

A la sortie du Bois de Sesques, nous entrons dans une clairière dans laquelle la cabane de Gujalate nous invite à une pause. Les Pyrénées possèdent un dense réseau de cabanes qui trouve son origine dans le pastoralisme. Par tradition, et même si certaines ne sont plus utilisées par les bergers, elles continuent souvent à être entretenues par les communes. Beau panorama sur le Pic de la Ténèbre (2344 m) et le pic d’Isabe (2407 m).

La grimpette se poursuit à travers le joli bois de Métoura jusqu’au col de l’Iseye qui marque la frontière naturelle entre la vallée d’Ossau et celle de l’Aspe. En chemin, nous casserons la croute à la cabane de Laiterine (1680 m). Chevaux et vaches paissent dans les alentours en toute tranquillité.

Quelques vaches près de la cabane de Laiterine

Le col de l’Iseye (1829 m) n’est plus très loin. Lorsque nous le passons, des vautours nous survolent. Nous auraient-ils pris pour des proies ? Sur ce sujet, lire l’article sur la prédation des vautours vaufes sur le bétail. Dans la descente, nous croisons le couple de bergers de la cabane de Lapassa qui monte leur troupeau à l’estive.

Le temps se couvre de plus en plus, il ne faut pas traîner. Nous rejoignons Accous où je réaliserai mon premier saut en parapente.

Le mauvais temps arrive

Nuit au gîte d’étape de la maison Despourrins : Une belle salle à manger et de bons petits plats. Petits dortoirs simples mais largement suffisants pour se reposer. Ici on amène ses draps et son linge de toilette (possibilité aussi de les louer).

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Déstockage en cours. Jusquà -70% sur plus de 4300 produits)
  • Amazon (librairie et bazar)
  • Chamina Voyages (randonnées en France et en Europe)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – opération déstockage : jusqu’à -80% jusqu’au 27 septembre)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – Déstockage d’été. Jusqu’à -70% sur plus de 10 000 produits)
  • Trekkinn (boutique outdoor – Jusqu’à -50% en ce moment)

Accous – Plateau de Lhers

+ 1113 m / – : 539 m  17,4 km  5h00

Dans la montée à la crête de Pausaté

Aujourd’hui est une étape de transition entre ce qui sera les deux grands types de paysage : des montagnes plutôt pastorales des deux premières journées de marche et des montagnes karstiques des deux dernières journées.

Quittons Accous tranquillement car ça ne va pas durer. La montée sur les crêtes de Pausaté est rude. Les muscles n’ont pas eu le temps de se réveiller qu’ils doivent déjà s’activer. Le ciel est bouché ce matin. Heureusement, une grande partie de la randonnée est en sous-bois. Ici encore la forêt est magnifique. Je me surprends à l’aimer autant, moi qui préfère les paysages plus désertiques. C’est qu’il y a ici une énergie tout à fait spéciale.

Forêt d'Anitch

Ce matin, je n’ai pas pris le téléobjectif. Grave erreur. Le long de la Crête d’Ourtasse, les vautours fauves n’ont fait que passer. J’étais dépité. Dans les Pyrénées, c’est le rapace qui a la plus grande population. On dit que la plus grande colonie est dans la Réserve Naturelle d’Ossau à quelques kilomètres à peine à vol d’oiseau d’où nous sommes alors qu’on peut le retrouver à 150 km de son nid lors de ses prospections journalières. En réalité, dans le secteur, on peut le voir partout.

Panorama sur Lescun

Le cirque de Lescun est en contrebas mais avec le ciel bouché, nous ne voyons que le pied des montagnes. « C’est bien dommage, le panorama est magnifique par grand beau » nous dit Gilles. Et il a raison, le lendemain matin nous en prendrons plein les yeux.
Nous traversons Lescun et poursuivons jusqu’au plateau de Lhers où nous terminons notre journée de marche. Ce n’est pas la plus jolie du trek mais la météo n’a pas été avec nous non plus, il faut le dire.

Parapente à Accous

Nuit au Gîte-camping de Lhers : un gîte d’étape de 17 places, un petit camping pour tentes et camping-cars. Marie-Pierre gère son établissement dans la bonne humeur. Très bonne cuisine. Une adresse que je recommande chaudement.

ACCUEIL COVID-19 DANS LES REFUGES

En raison de la crise du Covid-19, des mesures sanitaires spécifiques ont été mises en place pour accueillir les randonneurs dans les refuges.

La première mesure est la distanciation sociale. Des randonneurs de groupe différents ne dormiront pas côte à côte, idem pour dîner. Couvertures et couettes ne sont plus mises à la disposition des randonneurs. Il faudra donc venir avec son sac de couchage. Du gel hydroalcoolique est mis à la disposition des randonneurs dans les refuges. Le port du masque est aussi demandé. Dans les faits, je n’ai vu aucun randonneur le portait, y compris en refuge. Il est aussi conseillé de transporter vos crocs. Certains refuges en mettent à disposition en les désinfectant mais c’est loin d’être le cas partout.

Vous devrait aussi signer la charte d’engagement individuelle et la montrer lorsqu’on vous la demande.

Plateau de Lhers – La Pierre Saint-Martin

+ 1240 m / – : 680 m  16 km  5h00

Cirque de Lescun

Belle étape de randonnée, la plus variée de notre trek des 3 vallées. Pour ne pas reprendre l’itinéraire de la veille, Gilles organise un transfert jusqu’à Sanchèse qui nous raccourci l’étape de 9,4 km quand même et 350 mètres de dénivelé positif en moins. Il organisera le même transfert avec ces clients ainsi que sur demande le jour où le circuit se montera en liberté (ce qui est prévu).

Pic de la Brècque

Nous attaquons un peu tard la journée après avoir découvert le cirque de Lescun à VTT ce matin. Au moment où j’écris ces lignes, mon corps porte encore les stigmates de mes deux chutes. Un genou écorché et un énorme hématome à la cuisse droite. Le Pic de la Brècque est face à nous. Nous contournons l’imposant monolithe en longeant le ruisseau d’Anaye. Dans la montée, je sens la fringale venir. A l’ombre de la forêt, nous pique-niquons. Je reprends quelques forces mais je ne suis pas au mieux physiquement.
Nous nous approchons du Pic d’Anie (2504 m) que nous ne gravirons pas aujourd’hui. L’ascension est prévue pour demain. Nous passons sous le Cailloux de Lagne. Beau panorama sur la vallée de Lescun. Face à nous les orgues de Camplong ont aussi de la gueule. Le GR10 les longe par le pied. Notre itinéraire est franchement bien plus esthétique.

Orgues de Camplong

Courte halte à la cabane de Lacure qui a été joliment remise en état. L’intérieur est un vrai petit nid montagnard. Nous récupérons le GR10 un peu plus loin à la cabane du Cap de la Baitch (1689 m) où nous mangeons un fruit, histoire de prendre un peu de force avant d’attaquer la montée au Pas du val d’Azuns (1873 m).

En surplomb du cirque de Lescun

Deux options pour rejoindre la Pierre Saint-Martin : rester sur le GR10 en passant par le Pas de l’Osque ou descendre jusqu’à la cabane de Camplong et suivre le balisage jaune d’un PR. Gilles n’aime pas les autoroutes. Le GR10 est laissé de côté.
Nous remontons donc un vallon karstique qui baigne dans un tapis forestier. L’endroit est réellement inspirant mais je suis mort et ne prends finalement pas de photos.

Un air de Vercors

Nous traversons la station de la Pierre Saint-Martin, ses pistes de ski, son centre-ville désert et finissons l’étape au refuge Jeandel où le brouillard nous cueille. Le refuge est agréable, les chambres sont confortables et les gardiens qui partent à la retraite à la fin août 2015 sont charmants. C’est le fils qui va prendre la relève avec sa compagne. Un héritage qu’il va falloir rondement mener. Bon courage à vous !

Coucher de soleil sur le Pic d'Anie

Après le dîner, le coucher sur le Pic d’Anie est une main tendue pour la journée de demain.

Ascension du Pic d’Anie

+ 950 m / – : 950 m  14,20 km  5h00

Mer de nuages sur le Béarn

Ce matin au réveil, une mer de nuages a envahi les vallées en contrebas. Les yeux ne savent plus où regarder. C’est beau, partout.

Pic d'Anie et les arres d'Anie face à nous

Le Pic d’Anie, l’objectif de la journée sera presque toujours face à nous en phase d’ascension. Pour commencer, nous rejoignons la cabane de Pescamou sous le pic d’Arlas (2044 m). Le berger fait sortir les brebis de leur enclos.

Nous pénétrons dans le secteur des Arres de Soum Couy et d’Anie. Ces immenses plateaux calcaires sont des lapiaz gigantesques datant du Crétacé. On dirait des glaciers tout en roche tellement ils en imposent. Si nous les traversons par le haut, c’est bien par le bas que les spéléologues avertis les découvrent. Le réseau est immense : près de 2000 gouffres, 380 km de réseaux souterrains traversés par 13 rivières. Ce secteur est un vrai gruyère géant.

Le long de la frontière avec l'Espagne

Nous longeons la frontière espagnole et d’ailleurs tous les randonneurs que nous croisons sont espagnols. Les français montent plutôt par la voie normale qui passe au pied du Pic de soum Couy ou via le refuge de l’Abérouat. L’ascension ne pose pas de difficultés techniques. La randonnée n’est physiquement pas très dure mais je suis épuisé. Un coup de pompe physique et musculaire sans précédent pour moi. J’avance à la volonté, un pas après l’autre. Je suis pourtant en harmonie avec ce lieu aride, ce désert d’altitude. C’est sans doute le type de paysage qui m’émeut le plus.

Le Pic d'Arlas en arrière plan

Au sommet d’Anie, le panorama à 360° vaut bien l’effort fourni. Au loin, le pic du Midi d’Ossau, la citadelle du Béarn. Depuis son pied, on voit très bien l’itinéraire du trek des 3 vallées. Mais le regard se pose aussi vers les vallées béarnaises, le Pays Basque et les Hautes-Pyrénées. C’est que le Pic d’Anie est la première véritable montagne rocheuse des Pyrénées en venant de l’Atlantique.

Au sommet du Pic d'Anie

Pour le retour, nous empruntons la voie normale. Une magnifique ascension qui vient clôturer 5 jours de trek de toute beauté. Un itinéraire que je recommande chaudement. Les photos ne parlent-elles pas d’elle-même ?

Descente par l'arre de Soum Couy

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 14

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales. Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com
6 Responses

J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link