Les grandes vallées du Désert Blanc

Destination : Moyen-Orient » Egypte | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | Agence : Allibert Trekking 


Découverte des grandes vallées de l'ouest du Désert Blanc - Carnet d'une randonnée dans le Désert Blanc en Egypte.
Posté le :


Carnet : Désert Blanc

La journée démarre par des wadis de calcaire et de sable parsemés d’inselbergs en forme de boule. Nous traversons la route qui relie les oasis de Bahariya  et Farafra. Elle coupe le Désert Blanc en deux : à l’est les meringues et champignons et à l’ouest les vastes wadis dominés par les hauts plateaux.

Nous rejoignons les doigt de Dieu, monolithe orienté vers le ciel pour une meilleure communication avec les anges. A moins que cela ne soit El Khabour, la verge, pour son aspect massif et tendu.

Ascension d’un dôme pour profiter du panorama sur les mesas blancs à la Monument Valley. D’ici, nous constatons que nous avons définitivement quitté la zone des champignons.

Continuation vers El Marsa (le théâtre) face à un vent d’ouest brutal provenant de la Grande Mer de Sable. Balayé par le sable, les bourrasques de vent viennent violemment gifler nos corps. De petits grains s’infiltrent dans les yeux. Les collyres serviront… Les paysages changent en un clin d’oeil en fonction du degré de particule qui lévite dans l’air.

Le soir, à El Marsa, le théâtre, appelé ainsi pour la grande diversité de ses formations rocheuses, le sable reste suspendu dans le ciel entourant le soleil d’un halo de couleur beige.

Plus tard, à la nuit tombée, un renard de Rupel est venu rendre visite au campement. Il passe à chaque passage des groupes pour y trouver de la nourriture. Il apprécie particulièrement les dates qu’il récupère près du feu ou dans les mains des oasiens.

Au crépuscule, le sable est encore en suspension dans le ciel lui conférant un aspect des plus singuliers. Nous traversons une zone de petites roches meringuées et escaladons un large monolithe (Ghard Walid). Belle vue sur le wadi ceinturé par les falaises qui marque la fin de la dépression.

A la descente, progression au milieu des mesas. Passage au coeur d’el Makhroum, véritable fenêtre ouverte sur le ciel, avant de faire une halte pour le déjeuner.

C’est la fin de la randonnée, la route est en vue. Ce soir, nous posons le dernier bivouac à Ghard Bara (dune extérieure) à une demi-heure de marche du bitume. Demain, nous rentrons au Caire. Après demain, c’est la France.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com