Les jours sombres

Destination : Occitanie » Nouvelle-Aquitaine » France | Montagne : Pyrénées | Activité : Alpinisme Randonnée  | 


Le milieu de la traversée est marquée par des ennuis de toutes sortes : coup de froid suivi de jours de pluie ininterrompus, mauvais virus que je contracte dans le Néouvielle accompagné de douleurs aux genous de plus en plus virulentes. Le souvenir de ces différents épisodes m'est pénible. A la patience, nous rallierons le Luchonnais où se jouera la phase suivante de ce voyage.
Posté le :


Le Néouvielle est une destination surprenante pour qui traverse les Pyrénées. Excentré au nord de la frontière, il occasionne un détour que d’aucun jugeront inutile. Nous ne pouvions cependant pas prétendre effectuer cette marche sans y faire une incursion. Et ce d’autant qu’il recèle quelques uns des plus beaux sommets du massif : Campbieil, Néouvielle et Pic Long. C’est d’ailleurs par le Campbieil et la scabreuse arête de Lentilla que nous y faisons notre entrée. Le petit massif, très atypique, est une bonne occasion d’enchaîner quelques sommets de plus de 3000 mètres. Au deuxième jour, nous ajoutons donc le Badet et le Pic Long à notre collection, sous la menace de l’orage. C’est précisément ce jour-là que je commence à couver une méchante crève qui va me miner sur les étapes à venir. Je rallie Orédon et son refuge dans un état second. Nous y retrouvons Christophe, son gardien, un ange parmi les anges. La situation ne s’améliore pas et nous devons renoncer au Pic de Néouvielle pour tirer rapidement vers Saint-Lary.

Le 14 juillet, des flocons tombent sur les Pyrénées, me rendant la santé encore plus difficile. Je suis l’ombre de moi-même pour accueillir mon ami Philippe venu nous rendre une petite visite le temps d’une journée de marche. La brume et le froid en rajoutent à un décor déjà lugubre. Descendus à Saint-Lary dans un brouillard à couper au couteau, nous filons m’emmener voir un médecin. La météo semble annoncer une persistance du mauvais temps. Il va falloir improviser un plan de secours. L’Espagne semble être l’issue idéale. La configuration de la chaîne pyrénéenne a cette particularité que le mauvais temps s’arrête souvent net à la frontière. Quand il fait mauvais d’un côté, il fait souvent beau de l’autre. De toute façon, nous n’avons rien à perdre. Aussi filons-nous à toute vitesse vers le port d’Ourdissetou. Une étape marathonienne et chargée en dénivelé qui nous fait basculer en territoire espagnol jusqu’aux bergeries d’Anglos. Et là le miracle s’accomplit dans la seconde. Nous retrouvons le soleil qui nous accompagnera pour l’ascension du Pic des Posets, ajouté du coup à notre liste. Impossible de se priver du second sommet des Pyrénées alors qu’il est juste à côté de nous. Mes genoux commencent à faiblir dans les descentes, m’occasionnant des piques douloureuses. Une véritable torture dans les raides pierriers dégringolant le lendemain sous les flancs du Pic Schrader. Nous avons dû en effet en descendre hors-sentier pour rejoindre en vitesse Pont-du-Prat où attend la mère de Jean-Marie. Nous sommes à la mi-juillet et mon camarade doit s’absenter pour participer à un événement familial. J’ai rendez-vous avec lui dans quatre jours au Trou du Toro. Me voici donc seul, livré à moi-même sur les sommets tout proche du Luchonnais.


Pyrénées : l’éclat sauvage d’une traversée de David Génestal – 424 pages. 20 € (22 € avec 1 CD-ROM de photos)

Cet ouvrage est davantage que le simple récit du périple hors norme que lui et son acolyte, Jean-Marie Meuret, ont effectué pendant 60 jours entre Hendaye et Banyuls : c’est aussi un magnifique témoignage sur les vertus de l’itinérance qui emmène le lecteur pour 900 kilomètres de marche entre la France et l’Espagne à la rencontre de la beauté authentique et abrupte des Pyrénées. Au fil d’un itinéraire tantôt classique, tantôt insolite, c’est par ailleurs un vibrant plaidoyer en faveur du rêve, un encouragement à aller jusqu’au bout de nos envies, qui se lit et se vit comme un ébouriffant roman d’aventures.

A propos de l'auteur

A force de voir gamin des grands avec des gros sacs, le moment est forcément arrivé où j'ai eu envie de faire comme eux. De randos à la journée en trek de plusieurs jours, je finis par tenter l'expérience des treks au long cours : traversée des Pyrénées (2002), GR5 français (2004...



http://www.carnetsderando.net

13 + 17 =