Manganu – Castellu di Verghju

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


Manganu - Castellu di Verghju - GR20 Nord
Posté le :


Étape 4 – Mercredi 13 septembre : Manganu – Castellu di Verghju.

L’étape du jour me mènera au Castellu di Verghju. Étape ô combien attendue car après une étape longue en kilomètres, mais accessible en termes de dénivelés et de difficulté, je devrais retrouver une douche chaude, un lit, du courant, un vrai repas et peut être même de quoi faire la lessive.

L’étape proposée me propose de passer par le lac de Ninu, où je suis passé il y a quelques années. Je pars donc seul de bonne heure et de bonne humeur, en saluant la famille André une dernière fois car eux ne continuent pas le GR mais bifurquent vers Corte.

Après quelques centaines de mètres de marche à peine, le paysage s’ouvre et un immense plateau apparaît. Des vaches et des chevaux y paissent en toute tranquillité, ils doivent être parmi les plus heureux du monde. Une petite ascension mène aux bergeries de Vaccaghja et m’offre un vrai sentier jusqu’à la fin de l’étape, en passant par le lac de Ninu, que j’atteins par le bas. Je suis en train de vivre un grand moment dans ma vie et je le ressens fort.

Cette randonnée me plaît énormément et le fait d’arriver aux abords de ce lac, qui évoque pour moi des souvenirs pas évidents à gérer, me donne un sentiment de force encore plus fort. Le lac n’a pas changé, toujours aussi beau et calme. Une vache prend son bain et un poulain veille sa mère, ce lac est un véritable enchantement, j’y reviendrai certainement encore un jour. La randonnée se poursuit et passe par le col San Petru et ses arbres couchés par le vent puis la splendide forêt de Valdu Niellu, qui abrite quelques espèces de champignons curieux.

Au terme de cette très agréable étape, j’arrive (accompagné par des cochons sauvages) à la station de ski, convertie en gîte pendant l’été, de Verghju où je trouve tout ce dont je rêvais en terme de confort (ce n’est pas non plus un quatre étoile mais une douche chaude ça change la vie). Sieste, farniente et lessive me mènent au délicieux repas du soir (raviolis au brocciu et viande en sauce). Après le repas, grande classe: du foot à la télé ! Lyon joue contre le Real et ce sera l’occasion pour moi de faire connaissance avec le serveur du bar, fan de foot et du Sporting, qui évidemment ne soutient pas les français de Lyon mais leurs adversaires. Une rencontre sympa (de plus) donc malgré une victoire Lyonnaise. La nuit qui s’annonce devrait être toute bonne dans un vrai lit, avant une étape tampon qui doit me mener aux portes du cirque de la solitude…


Les animaux de Corse, les plus heureux du monde !
Ils ont une réputation qui travers la Méditerranée. Les touristes qui reviennent de Corse ont toujours une anecdote à raconter à leurs proches en rentrant. Charge de cochons mi-sauvages ou brusque coup de frein pour éviter un bovin maigrichon à la sortie d’un virage, les animaux en Corse se font remarquer sur l’île. Ils sont aussi à la une de l’actualité et sujet au débat quand on parle d’allocations européennes par tête de bétail… Mais eux ils s’en foutent ! A l’image des vaches et des chevaux qui paissent tranquillement aux abords du Lavu di Ninu, ils sont libres dans un cadre merveilleux, sans prédateurs (pas de loups, d’ours ni de lions ou de léopards en Corse). Leur tranquillité fait plaisir à voir et leur maigreur ne traduit peut être pas une carence alimentaire mais peut être l’absence d’un engraissement systématique et intensif pour la consommation humaine. La charcuterie Corse serait-elle si réputée si les Porcs ne mangeaient pas tout ce qu’ils trouvaient en toute liberté ?

dix + quinze =