Monêtiers les Bains – Vallouise – refuge du Pré de la Chaumette

Destination : Auvergne-Rhône-Alpes » France » Provence Alpes Côte d'Azur | Montagne : Alpes ; Ecrins | Activité : Randonnée  | 

Etape 3 et 4 de notre tour des Ecrins entre Monêtiers les Bains et Vallouise puis le refuge du Pré de la Chaumette


Monêtiers les Bains – Vallouise

Avant d’entrer dans de croustillants détails sur la beauté des paysages, de vous assurer que les superlatifs employés sur les Ecrins ne sont qu’une pudeur envers des mots que l’on qualifierait « d’hyperlatif », revenons un cours instant sur notre réveil au camping de Monêtiers…

7h15 le thé boue, notre ration de Prince est prête (oui désolé pour les BN mais du mistral de chocolat entre deux brises de biscuits c’est un peu trop light…) au moment où notre voisin de camping vient nous solliciter pour un service … A cette heure matinale le doute s’installe, la chasse au marsouin dans le parc est interdite et la culture de la connerie ne nécessitant pas une main d’œuvre importante ( du moment où le terrain est fertile bien entendu !). Nous nous regardons un quart de seconde avec Rudi, et finalement on apprend que c’est juste pour pousser sa voiture qui n’a plus de batterie … En effet la veille il a utilisé ses électrodes de récuparation musculaires sur son allume cigare … Voici donc le secret de la fertilité …

Il nous propose de nous mettre au volant, nous refusons poliment en expliquant que nous sommes plus zèbre que léopard en ce qui concerne la fourrure du volant… Nos doutes se confirment quand l’artiste se met derrière son poste de pilotage animalier et que nous ne distingons même plus ses yeux tellement la buée est épaisse… Je vous passe les détails du moment où nos tentes on failli se retrouver écrasées par sa Seat, de l’intense moment où il a failli s’encastrer dans le California un peu plus bas, tout simplement parce qu’il roulait la porte grande ouverte… Bref au bout de 3 poussages notre voisin italien a pris la main et la voiture a enfin redémarré.

C’est bouillant que nous attaquons l’ascencion du col de l’Eychauda. Bien que la première partie soit en sous bois nous débouchons sur le haut de la station, et les aménagements de sport d’hiver dénature quelque peu le paysage de part et d’autres du col. Mais une fois arrivé dans le Vallon de Chambran le paysage est tout de suite plus sauvage et c’est avec plaisir que nous nous installons à l’ombre, près d’un torrent, pour pique-niquer.

Nous parlons de cette année passée riche en expériences (plus ou moins bonne… ) pour l’un comme pour l’autre mais en revenant toujours au constat que nos escapades estivales sont indispensables pour nous « laver » le corps et l’esprit, faire le point et continuer à avancer.

Après ce petit intermède philosophique nous rejoignons Vallouise pour la nuit. Autant dire tout de suite que l’arrivée et le départ de Vallouise ne sont pas passionnant et pour cause ils empruntent en en grande partie la route.

Vallouise – refuge du Pré de la Chaumette

Il y a également eu des modifications sur le GR54 au départ de Vallouise. En effet d’après ma carte (datant de 1979…) il faut prendre tout de suite à droite après le pont de Gerendoine et longer le torrent de l’Onde. Sur place le balisage a disparu et en cherchant en peu le GR passe maintenant par Puy St Vincent en empruntant anciennement le GR 544. Nous nous demandons si il n’y a pas eu un intérêt économique/touristique notamment afin d’inciter à passer par la station de Puy St Vincent.

Nous avons la fâcheuse habitude d’en faire un peu trop qu’à notre tête, nous optons donc pour la version made in 1979. Surement un signe nous croisons des ânes…

Comment dire simplement… ça passe … mais il y a un mais … c’est un parfait échauffement pour l’ascension du col de l’Aup Martin. Il y a un peu de passage mais c’est du vrai sentier pas entretenu, mais ça reste à nos yeux, toujours mieux que de passer par la route.
La pluie qui menaçait depuis le matin fait son apparition à notre arrivée à Entre les Aygues (on y trouve une aire de bivouac gratuite contrairement au Pont des Places où la zone de bivouac est devenue une partie du camping Indigo du centre de Vallouise). La pluie écourte quelque peu notre discussion avec une fille qui est également sur le GR.

L’ascension est régulière et pour une fois la météo est avec nous !! Le ciel se dégage et c’est sous un beau soleil que nous passons près de la cabane du Jas de la Croix. Nous décidons de continuer encore un peu avant de nous arrêter manger.

Nous nous installons à 11h59, et à 12h00 il se remet à pleuvoir sous d’impressionnantes rafales de vent… Le point positif est que nous retrouvons enfin nos marques avec cette météo qui nous ressemble tant … On se blottit le dos contre un rocher et une fois que le corps est froid (cette fois 12 min 45 secondes on s’améliore !!) Nous repartons sous un vent à décorner les marsouins… (ouais c’est une partie des Ecrins assez spéciale…).

La descente est longue et harassante jusqu’au refuge du Pré de la Chaumette où nous trouvons un emplacement pour nos tentes juste au dessus du refuge. Sans nous en apercevoir nous sommes depuis une paire d’heures au cœur du Parc national des Ecrins. La vallée est sauvage , très encaissée, en comparaison aux autres paysages que nous avons traversés les premiers jours. Peu de signe de présence humaine, hormis une cabane de berger ici ou là. C’est magique, on se sent hors du temps dans cette vallée où le mur de notre chambre est, pour ce soir, une cascade ruisselante qui émerge de la roche et se détache de la verdure environnante.

A propos de l'auteur

C'est toujours difficile de se présenter... Grand brun, yeux bleux... Bon ok moyen brun futur chauve ça me correspond mieux !!! ^^ Sinon je pratique pas mal de sport en général. Course à pied, rando, vtt... Et surtout une passion pôur les randonnées au long cours depuis 2007 avec une première expérience autour du Mont Blanc. Depuis j'ai ...



http://www.viaterra.fr