Montée au camp de base avancé

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Alpinisme  | 


Montée au camp de base avancé - Ascension du Makalu
Posté le :


Vendredi 23 avril : montée au camp de base avancé

notre position GPS : N27°53m39s E87°02m51s

Dernier petit déjeuner pris sur le terrain par nos compagnons trekkeurs américains qui font chemin arrière (Leslie, Jim et Anna). Nous les quittons ce matin. Moments d’émotions…
Notre programme du jour consiste à rallier le camp de base avancé (ABC) qui sera notre lieu de vie pour l’expédition proprement dite. Après être passés devant la stelle de Jean-Christophe Lafaille, disparu sur les pentes du Makalu en 2006, nous abordons un sentier qui longe la moraine du glacier en quittant le camp de base sud. Très vite nous prenons pied sur la moraine du glacier du Barun, un dédale de pierres de granit. Cette moraine est interminable, et l’altitude nous oblige à ralentir notre rythme. Il faut faire très attention aux chutes de pierres et de séracs qui menacent de s’écrouler à tout moment lorsque nous passons sous les pentes de la face ouest du Makalu. Le spectacle est de plus en plus saisissant, des montagnes tout autour de nous, cette fois, et en particulier le Baruntse qui culmine à 7168m.

Nous faisons quelques pauses pour nous délecter du pack lunch que l’équipe de Chhiring nous a préparé, mais aussi pour nous reposer.
Nous croisons régulièrement des sherpas népalais qui redescendent de l’ABC ou des camps supérieurs des autres expéditions. Nous sommes au total sept expéditions à tenter le Makalu en ce printemps, dont quatre sur la voie normale. Les trois autres tentent des ouvertures de voies dans la face sud ou par l’arête sud-est.

Six à sept heures d’efforts nous sont nécessaires pour rejoindre l’ABC où nos tentes sont déjà montées. Nous sommes quasiment tous bien fatigués pour ne pas dire cuits, et bien contents de retrouver uns tasse de thé ou encore un jus de fruits à notre arrivée. Quelques maux de têtes plus prononcés, cette fois, sont de mise à cette haute altitude de 5600 mètres environ, car notre acclimatation ne fait que commencer. Nous nous retrouvons tous dans la tente mess, confortablement aménagée avec panneaux solaires pour l’électricité et la lumière, mais aussi un chauffage au gaz pour les soirées que nous y passerons en commun. Nous retrouvons aussi toutes nos affaires d’expédition, qui ont voyage jusque là à dos de porteurs, et qui contribuerons également à notre confort pendant les nuits glaciales et ventées que nous allons passer pendant les semaines à venir, que ce soit ici à l’ABC ou dans les camps d’altitude.
L’ABC se trouve au pied du glacier Chago que nous emprunterons pour grimper sur la Makalu, et le premier spectacle que l’on peut observer depuis le camp est une gigantesque mer de pénitents de glace qui se dressent au-dessus de nous. On aperçoit également le col du Makalu (Makalu La, à 7400), qui sera à notre menu lorsque nous irons établir le camp 3.

Samedi 24 avril : journée de repos au camp de base avancé

notre position GPS : N27°53m39s E87°02m51s

Grasse matinée aujourd’hui pour cette journée d’acclimatation à l’ABC. Nous avons plus ou moins dormi durant cette nuit à 5580m. Les maux de têtes sont nombreux mais c’est un peu le prix à payer dans cet environnement de haute altitude. La règle est de ne pas faire trop d’effort aujourd’hui et de se reposer un maximum pour récupérer.

Nous nous installons confortablement et déballons nos affaires d’alpinisme pour vérifier que tout est en bon état après les séjours dans les bidons étanches.
Le soir, Alexia, notre leader, est inviter à participer à une réunions avec les leaders des autres expéditions se trouvant sur le campement pour décider de la stratégie à adopter pour la suite de l’expédition, et notamment pour définir les responsabilités partagées de la pose des cordes fixes sur la montagne. En effet, notre itinéraire pour aller au sommet du Makalu comporte des sections raides et dangereuses, et l’utilisation des cordes fixes est très recommandé. Ainsi, ce sont les sherpas de chaque expédition qui se partageront la pose de ces cordes. On apprend qu’il est prévu plus de 2000 mètres de cordes (fixes et dynamiques ; les fixes sont utilisées à la montée et à la descente, les dynamiques pour des descentes plus rapides en rappel et là où ça risque de coincer avec ceux qui pourraient monter).

Nous commençons à parler également de stratégie d’ascension avec Chhiring, mais nous en saurons plus demain à ce sujet.

Dimanche 25 avril : journée de repos et puja au camp de base avancé

Cette deuxième journée de repos commence par la traditionnelle cérémonie de la puja, servant à nous porter chance pour la réussite de l’expédition. Nous faisons des offrandes aux dieux de la montagne et sommes ainsi protégés pour notre ascension. Les chocards qui rôdent là autour ont su en profiter eux aussi !
Ensuite, chacun s’affaire à préparer son matériel pour la première ascension de demain, car les choses sérieuses commencent : nous partons pour le camp 1 (C1) qui a été fixé par Chhiring à une altitude de 6400 mètres. Nous ne savons pas encore si nous allons y passer une première nuit, ou si nous allons redescendre à l’ABC.

Une chose est sûre, nous devrons porter tout notre matériel d’altitude dans un gros sac à dos, et ce sera physiquement éprouvant pour parcourir ces 800 mètres de dénivelées sans être encore totalement acclimatés.

neuf − un =