Montée au Refuge Coaz

Destination : Suisse » Europe | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | Agence : Allibert Trekking 


La montée au refuge de Coaz, au cœur du vallon de Roseg, transcende le randonneur dans un état de béatitude. C’est dire si c’est beau…
Posté le :


Carnet : Randonnée en Engadine
  • Dénivelé + : 810 m
  • Dénivelé – : /
  • Temps de marche : 6h00

Pontresina, 1800 mètres. La petite station thermale de la Haute-Engadine en territoire Romanche est le point de départ de cette randonnée de deux jours.

Le sentier remonte le vallon presque plat de Roseg. De part et d’autre, la pinède, territoire du cerf, accompagne nos pas. Quelques vaches en alpage ont investi les zones sans mélèze et épicéa. La rivière, fruit des glaciers, indique le chemin à suivre…

Roseg, 1999 mètres. Un restaurant légendaire pour son buffet de desserts: des montagnes de tourtes alléchantes, des crèmes délicieuses et des petits fruits sucrés attirent irrésistiblement les gourmands. Les plus courageux y viennent à pied, les autres prennent la calèche.

Difficile de reprendre le sentier avec l’estomac si plein. Différentes possibilités permettent de rejoindre le refuge de Coaz. Christine, notre accompagnatrice moyenne montagne, optera pour le passage en pente douce à travers la pinède de Samedan. La pente herbeuse est envahie de fleurs des Alpes : aster, linaigrettes, gentianes… Le chemin surplombe le lac des glaciers d’un vert opaque.

Le massif de la Bernina est face à nous : Le panorama est impressionnant. Au début, le regard est attiré par les sommets couverts de glaciers du massif de la Bernina. Puis, on admire la pyramide de glace du Piz Roseg et on suit les glaciers et les moraines qui serpentent dans la vallée.

Jusqu’à l’arrivée à la cabane de Coaz, ce cirque glaciaire sera notre point de mire, offrant, à chaque instant, des angles de vue différents et des exclamations courtes qui en disent long : « Putain qu’c’est beau ».

De moelleuses couvertures et un copieux repas arrosé d’un vin Suisse nous attentent au refuge.

Refuge Coaz, 2610 mètres. Construit en 1926 et rénové en 1982, c’est est un hébergement de montagne première classe. Cela tient d’abord à Alois Kunfermann, son sympathique gardien. Et que dire de son emplacement au pied du glacier de la Sella et du massif de la Bernina : divin ! Une cuisine copieuse, de bons vins, un groupe d’amis. Autant d’atouts pour passer une bonne soirée.
Mais pourquoi Coaz ? Le 13 septembre 1850, le topographe Johann Coaz, âgé de 28 ans, et ses assistants gravissent le plus haut sommet de la région suisse de l’Engadine et de la Valteline italienne. Point culminant du canton des Grisons, dont l’altitude est aujourd’hui officiellement de 4048,6 m, n’a pas encore de nom, Coaz lui donne celui de Piz Bernina.

"A 6 heures du soir, nous nous tenions debout sur ce noble sommet dont nous avions tant rêvé, sur un sol qu’aucun humain n’avait foulé jusque-là, sur le point culminant du canton à 4052 m d’altitude." Johann Coaz

Peu de temps avant sa mort, Coaz se souvient: "Le surlendemain de l’ascension, je me suis rendu au casino de Samedan et j’ai annoncé à mes connaissances que j’étais parvenu au sommet de la Bernina. Je n’ai toutefois récolté que des sourires dubitatifs, car la Bernina passe pour être impossible à gravir. Ce n’est qu’à l’extérieur du village, là où se trouve actuellement l’hôtel Bernina, que je suis parvenu à convaincre ces messieurs en leur montrant, à travers la longue-vue, le drapeau qui flottait au sommet."

Aujourd’hui, les alpinistes grimpent le piz Bernina après avoir emprunté la télécabine de Diavolezza : une autre époque…


Randonnée organisée par Allibert Trekking, spécialiste du trekking et des voyages d’aventure dans le monde

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com