Montejaque – Ronda

Destination : Europe » Espagne | Activité : Randonnée  | 


7ème journée de marche en Andalousie entre Montejaque et Ronda (Espagne) et puis patatra, c'est l'accident...
Posté le :


Carnet : Randonnée andalouse

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

GPX SANS NOM   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Télécharger la "" (Téléchargement :33 fois)
  • 12,7 km
  • D+: 475
  • D-: 435
  • 3h20

La nuit n’a pas été très calme car des noctambules ont parlé fort sur la place du village jusque tard dans la nuit. Après ces longues journées nous ne sommes pas trop pressés par le temps car l’étape est courte. Nous prenons donc le temps pour nous préparer et déguster un copieux petit déjeuner. Le ciel est d’un bleu très pur mais la température plutôt fraîche quand nous parcourons les rues du village. Pas très attentifs nous arrivons dans une impasse avant de retrouver la route principale qui doit nous conduire au départ du chemin. Comme dans tous les villages de la région les maisons sont repeintes de blanc et, peu avant la sortie, nous découvrons un ancien lavoir restauré tandis que quelques constructions abandonnées troublent l’harmonie générale.

 

Peu après la sortie, un chemin se détache à gauche et rejoint un ancien sentier dallé qui escalade la pente par des lacets réguliers. La vue générale sur le village lové au pied de falaises éblouissantes de lumière est magnifique.

 

La montée est rapidement avalée et sur l’autre versant nous découvrons une petite chapelle. Le chemin traverse ensuite un replat cultivé puis descend sur le versant dominant une large vallée au milieu des cultures d’oliviers et de céréales. De l’autre côté de la vallée apparaît la ville de Ronda perchée sur son abrupt impressionnant.

 

Après avoir traversé la voie ferré puis le petit rio Guadiaro il faut remonter l’autre versant qui rejoint un col d’où les falaises supportant la ville apparaissent dans leur ensemble. Des panneaux indiquent la ville à 30 minutes de marche mais il nous faudra près d’une heure pour y arriver par cet itinéraire qui contourne toute la base des falaises avant de remonter vers la porte de la ville. Au passage la vue sur les ponts enjambant de plus de 100m la gorge est spectaculaire.

 

En ce dimanche la ville est très animée et parcourue par de nombreux visiteurs tant espagnols qu’étrangers. Ronda mérite qu’on s’y attarde. Nous commençons par les arènes considérées comme les plus grandes d’Espagne. La visite permet de découvrir brièvement les règles de la tauromachie avec le corral des taureaux ainsi que le manège et les stalles des chevaux. Les gradins circulaires et les arcades entourant les arènes composent un ensemble architectural élégant.

 

Nous découvrons ensuite la promenade parcourant le bord de l’abrupt, lieu de promenade très fréquenté puis les ruelles étroites de la vieille ville où quelques belles demeures montrent des façades ornées de grilles ouvragées.

 

Ronda – Arriate

Le ciel est gris, la température de 5 degrés mais le vent s’est fait discret. C’est avec joie que nous reprenons nos sacs à dos et traversons la ville, croisant les écoliers qui vont à l’école. Passées assez rapidement quelques zones commerciales périphériques notre cheminement suit une petite route au milieu de zones de pavillons sans charme. Il faut descendre au fond d’une vallée avant de remonter les tranquilles ondulations menant à Arriate, petit village assez animé avec de nombreux commerces.

Des rues étroites avec de raides escaliers permettent de couper les virages de la route et, en haut du village, nous trouvons la petite route qui doit nous conduire à Partiche. Mais le sort en décide autrement. En franchissant un petit muret de pierres un fâcheux roulé boulé provoque un atterrissage brutal sur le poignet. Malgré la douleur vive, après un peu de repos nous décidons de continuer car, évidemment, nous n’avons aucune envie de faire demi tour. Mais, au bout de quelques minutes l’évidence s’impose : il faut faire examiner le poignet avant que nous ne soyons plus loin où le retour deviendrait problématique. La mort dans l’âme nous faisons demi tour et faisons signe à quelques voitures. Un conducteur s’arrête et nous conduit directement aux urgences de l’hôpital de Ronda. Après une radiographie le médecin constate une fracture et les espoirs que nous essayions de garder s’effondrent. Il faut se rendre à l’évidence, notre périple va s’arrêter là alors que nous nous sentions bien en forme avec plus que jamais l’envie de poursuivre. C’est un grand moment de désarroi mais nous reviendrons…l’année prochaine.

Jean Pierre
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr