Naeroyfjord

Destination : Norvège » Europe | Activité : Randonnée  | 


Naeroyfjord - Randonnée sur le plateau d'Hardangervidda
Posté le :


Jeudi 20

Repos au soleil et étude de la suite du parcours. C’est dingue, nous sommes redescendus au niveau de la mer et nous retrouvons un temps estival. Nous lézardons au soleil et dévorons les pages de nos passionnants romans policiers.

Vendredi 21 | +930/-110m

Ce matin RDV à 9h au Ferry pour voir le Naeroyfjord, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. O surprise, un bus, que dis-je, des bus vomissent une ribambelle d’asiatiques excités et gigotant dans tous les sens pour se prendre en photo devant tout et rien. En plus du spectacle que nous offre cette mini croisière, pour une fois, le soleil est aussi de la partie. D’innombrables chutes d’eau dévalent les falaises abruptes du fjord. On croise aussi de petits hameaux nichés au pied des parois qui ne semblent pas être accessibles par la route. A midi, nous nous retrouvons à Gudvangen, où la pluie nous rejoint. Nous y cherchons désespérément un départ vers les hauteurs, sans résultat. Après renseignements auprès de locaux, on nous fait comprendre que c’est même une mauvaise idée. Finalement, nous remontons en bus les 15 km de la vallée pour nous rendre au départ du chemin DNT qui nous permettra de revenir à Flam en 2 jours de marche.

Nous commençons l’ascension dans une forêt principalement d’épineux, typiquement scandinave. Au fil de la montée, la végétation change, les arbres se raréfient pour devenir vers les 1000m, de nouveau, un paysage de mousse et de cailloux avec de nombreux rus roulant sous les pierres. Après 5h de marche, nous posons notre bivouac sur un terrain pas trop humide et presque droit, nous avons le temps pour trouver une place adéquate. Ce soir, nous profitons de notre dernier bivouac en altitude et pour la peine, nous allons finir la bouteille de whisky dans un air à 9°C.

Samedi 22 | +440/-1600m

La nuit a été mouvementée avec beaucoup de pluie et de vent. Heureusement, ce matin nous plions le campement au sec. On descend vers le refuge DNT, où nous faisons une très brève halte et poursuivons la montée vers un col et laissons derrière nous l’immense plateau lacustre. Le fond de l’air est très frais et nous enlèverons nos vestes qu’aux environs de 700m d’altitude, soit en fin d’après-midi. Après un second col à 1350m, le paysage minéral fait place à plus de vert, on retrouve les bouleaux et les herbes hautes au fil de la descente. Nous pouvons enfin relever un peu la tête pour apprécier l’environnement. Le chemin est plus facile, moins de pierres et moins d’eau, et demande donc moins d’attention. La longue descente vers Flam (environ 800m à pic) avec la fatigue cumulée fait souffrir nos genoux. De temps en temps Marina picore dans les framboisiers qui jalonnent le chemin. Il fait beau et chaud et nous avons une très belle vue sur le fjord avec l’activité de ses ferrys. Un bus nous dépose au camping d’Aurland, située au bord de la rivière, à l’entrée de l’Aurlandsdalen et entouré de hautes parois. Nous décidons de nous y poser 4 jours et de profiter des environs.

onze − 8 =