Ngorongoro : safari et randonnée Masaï

Destination : Tanzanie » Afrique | Activité : Randonnée  | Agence : Terres d'Aventure 
Nombre de jours : 4 jours | Dificulté : 1 | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Campagne | Hébergement : Bivouac et Hôtel
Meilleures Périodes : Janvier, Février, Mars, Avril, Mai, Juin, Juillet, Août, Septembre, Octobre, Novembre, et Décembre
Pour beaucoup de voyageurs, la visite de Ngorongoro en Tanzanie se limite à faire un safari dans le cratère. Dans les Gol Mountains, l’expérience peut encore être plus fabuleuse en réalisant une randonnée guidée par un Masaï.
Posté le :


La Zone de conservation du Ngorongoro, inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco, couvre 8300 km², presque la taille de la Corse. Mondialement connue pour son cratère, repère des fameux « big five », éléphant, lion, léopard, rhinocéros et buffle, elle offre des écosystèmes variés. Aux différents volcans et cratères se succèdent de grandes étendues de plaine, de brousse et des forêts d’acacias. Plus qu’une réserve pour la faune sauvage, elle concilie la présence des animaux et des pasteurs Masaï. On s’y rend avec Terres d’Aventure.

Olduvaï

Les Australopithecus de Laetoli

Deux rifts majeurs traversent l’Aire de conservation du Ngorongoro. Pendant des millénaires, les neuf volcans de la zone ont fertilisé les sols. Pas étonnant qu’on trouve dans les gorges d’Olduvai l’un des plus importants sites paléontologiques du monde. C’est ici en 1959 que Louis et Mary Leakey ont découvert une mâchoire repoussant les origines de l’homme au delà d’1,8 millions d’année.

Mais c’est à Laetoli que le plus ancien vestige de la zone de conservation a été mis à jour. Des empreintes vieilles de 3,6 millions d’année, figées dans la roche volcanique ont révélé l’existence de l’Australopithecus afarensis, un hominidé bipède à petit cerveau. Une copie des empreintes est exposée au musée d’Olduvai.

Safari dans le cratère Ngorongoro

Safari dans le cratère

Le cratère du Ngorongoro est une vaste caldeira circulaire de plus de 20 km de diamètre. Au cœur des parois volcaniques, un théâtre naturel à ciel ouvert attend les visiteurs en 4×4.

Dans ce sanctuaire, on peut observer quasiment toute la faune sauvage de la Tanzanie. 400 espèces d’oiseaux y sont récencés, 90 lions y vivent à l’année, ce qui en fait la plus forte concentration mondiale, 400 hyènes tachetées chassent dans le cratère les quelques 25 000 herbivores (buffles, gnous, zèbres, gazelle de Grant, élan…), sans oublier les vieux éléphants mâles qui viennent y prendre leur retraite et les derniers rhinocéros noirs du nord de la Tanzanie.

Ce milan noir survole le site de Ngotokikok springs dans le cratère de Ngorongoro pour tenter de voler le pique-nique des voyageurs imprudents.

A forte raison, le cratère du Ngorongoro est l’une des destinations les plus courues de Tanzanie et bien qu’il ne s’agisse pas de randonnée, il serait dommage de passer à côté.

Randonnée sur les terres pastorales Masaï

Terre pré-historique, l’Aire de conservation du Ngorongoro est restée une région pastorale malgré la protection des animaux sauvages. Depuis sa création en 1959, elle a voulu concilier l’existence d’une faune sauvage protégée et la présence des pasteurs Masaïs.

A l’extérieur du cratère Ngorongoro, au cœur des Gol Mountains, nous partons marcher deux jours dans la steppe aride en suivant notre guide Masaï Terres d’Aventure vêtu de sa tunique écossaise à carreaux. Direction les contreforts du lac Natron.
Au détour d’un rocher, zèbres et girafes s’ébattent en toute quiétude. Les prédateurs sont quasiment absents de cette zone du Ngorongoro.

 Petro, Maasaï Moran du village d'Engalezero près du lac Natron, fait face à l'Ol Doinyo Lengaï, la montagne des Dieux.

La randonnée est agrémentée de rencontres avec les pasteurs masaïs. Divisés en clans patrilinéaires et en classes d’âge, les hommes Masaïs passent successivement par différentes classes d’âge : enkayeni (naissance), inkera (enfance), olayeni (adolesence), Ilbartak (circoncis), morane (jeunes guerriers), Esiangiki (mariés), Ilpayiani (aînés) et Enkitiana (mort). Le passage d’une classe à l’autre est accompagné de rites initiatiques. Largement évoqué dans Le Lion de Joseph Kessel mais très éloigné de la réalité, le rite du lion à tuer après la circoncision est sans aucun doute le plus évoqué.

A plusieurs reprises, nous sommes invités à entrer dans d’authentiques villages Masaïs, pas comme ceux qui jouxtent l’entrée du parc du Serengeti. Construits par les femmes, un village comprend quelques huttes souvent très sommaires et sombres ainsi que des enclos pour le bétail. Le plan interne de la hutte dépend du nombre d’enfants et des besoins des femmes.

Les femmes portent des tatouages et des parures de toute beauté. Dans les lieux touristiques comme au lac Natron à la fin de notre périple, elles savent d’ailleurs les vendre auprès des touristes de passage.

 Village Masaï près du lac Natron. Paradoxalement, il n'est pas entouré d'une palissade (enkiko) comme le veut la tradition.

Informations pratiques

Comment y aller ?

Le plus rapide consiste à prendre un vol pour Arusha. Le plus économique est d’arriver à Nairobi et de prendre un bus pour Arusha. Mais il vous faudra alors deux visas (kenyans et tanzaniens). Pour trouver votre vol au meilleur prix, utilisez notre comparateur de billets d’avion.

Avec qui partir ?

Terres d’Aventure organise une vingtaine de circuits accompagnés ou en individuel en Tanzanie. Ce voyage correspond au circuit Parcs et vallée du Rift.

Livres

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com