Oasis du Drâa

Destination : Maroc » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | Agence : Sur les Hauteurs 


Oasis du Drâa - Dunes et Oasis du Drâa - Carnet de trekking dans le désert marocain
Posté le :


Carnet : Dunes et Oasis du Drâa

8h15, nous longeons la barre rocheuse jusqu’à sa pointe et empruntons un plateau semé de gros galets polis. Evelyne y laissera ses chaussures dont la semelle vient de se décoller. Nous entrons dans un champ de dunettes sur lequel les tamaris se sont perchés. Au loin, l’oasis d’el Ghaoulad apparaît. Les premiers enfants viennent à notre rencontre : « Bonjour stylo ». Ce rituel ne quittera pas le circuit. De temps à autre, le stylo sera remplacé par la craie.

Nous croisons des femmes qui récoltent le blé dans les champs. Elles appartiennent pour la plupart à la tribu bédouine des Aarib originaire du Yémen et venue avec les Arabes au milieu du XIe siècle pour établir des échanges commerciaux à travers le Sahara. Fort de 15 OOO membres, principalement dans la vallée du Drâa, la confédération des Aarib se divisent en deux grands groupes : les Gradba et les N’Amna, eux mêmes divisés en quatre tribus chacun.

Mais les changements géo-politiques survenus au XXe siècle ont profondément modifiés la vie et les traditions ancestrales. L’avènement des frontières avec l’Algérie et la Mauritanie, et l’indépendance du Maroc en 1956 ont définitivement mis fin au commerce caravanier et à la transhumance des troupeaux, condamnant les nomades à la sédentarisation. La sécheresse et la construction du barrage en haut de vallée à proximité de Ouarzazate ont contribué à isoler et déshériter un peu plus cette région. Les vestiges naturels et culturels, plus en amont, ne pourront que constater cette vérité.

Les femmes sont vêtues de leur tenue traditionnelle noire colorée par de petits morceaux de laine. Certaines nous font signe de la main, d’autres se recroquevillent derrière leur voile. A l’ombre d’un tamaris, un groupe d’une dizaine de femmes attendent et rient à notre approche. Elles nous observent timidement du coin de l’oeil.

Des filles accompagnent leur troupeau de chèvres, des hommes montent aux palmiers pour récolter les dattes, des garçons traversent la palmeraie à dos d’âne. Ibrahim, 15 ans, mais qui pour nos standards européens en paraît moins, nous suit un instant. Il parle avec assurance et détermination. L’attitude et le charisme d’un leader.

Nous croisons quelques hommes, plus discrets. Ils n’arborent plus le sarouel traditionnel, lui préférant des vêtements plus occidentalisés. Ils sirotent un thé entre voisins, à l’ombre d’une maison de pisé. Versée de très haut dans les verres, la pluie de thé symbolise l’union du ciel et de la terre. Mais ici, on ne compte pas sur la pluie pour cultiver. A peine sur le barrage…

Tous les villageois, enfants et adultes, nous gratifient d’un regard bienveillant, d’un bonjour et le plus souvent d’un sourire. Cette chaleur humaine est touchante.

Pause repas à l’ombre d’un palmier. Quatre jeunes filles et un garçon s’assoient près de nous. Elles ont à la main un livre scolaire et demandent à Marie de revoir quelques règles de français. Rhadija, la plus grande, nous propose de confectionner une rose à partir de l’un de nos mouchoirs en papier. Chacun de nous aura sa rose. Cahiers et crayons seront remis aux enfants.

Le père de Rhadija arrive sur sa mule. Peu de mots seront prononcés mais les enfants prennent la poudre d’escampette. Le père nous salue. Les enfants reviennent. Rhadija traduit. Il nous remercie pour le geste et nous invite chez lui. Il s’agit en fait de son atelier de travail en pisé. Dans une cours, des dattes sèches. Nous nous asseyons pour le thé mais Mohamed décline l’invitation car nous devons bientôt repartir. Dommage !

Nous quittons l’oasis et entrons dans un des bras du Drâa. Un fin filet d’eau coule dans un lit dix fois plus large. Depuis que le barrage de Ouarzazate a été construit en 1973, le niveau d’eau de la vallée du Drâa est soumis à l’ouverture des vannes. Le barrage récolte l’eau de la fonte des neiges et des pluie de l’Atlas et ouvre deux à cinq fois ses vannes chaque année pour laisser l’eau courir jusqu’à Mhamîd et permettre l’irrigation des cultures. Les villageois ont du adapter leur agriculture. Les puits sortent de l’eau salée, ce qui limite la production agricole (pas de fruitiers). De plus la sécheresse fait baisser les nappes chaque année ce qui oblige à recreuser. Depuis les premiers jardins, chaque parcelle de terrain bénéficie d’un temps d’irrigation. Un Responsable (le Hamel) veille au respect de cette loi. Pour augmenter ce temps, les villageois peuvent acheter et vendre le temps d’irrigation.

Nous longeons l’adrar en direction de la palmeraie de Nasserat. Les dunes qui repoussent l’oasis dans ses retranchements sont en vue. Belles et exotiques pour les touristes, elles sont plus insidieuses pour les oasiens.

Un vent d’ouest s’est levé depuis ce midi. Le ciel est chargé de sable. Nous grimpons sur les crêtes balayées par le vent. Le sable fouette les jambes et donne aux paysages un éclat jaunâtre. Au loin, un premier minaret jaillit de l’oasis.

Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales.Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com