Ordesa – Carriata

Destination : Occitanie » France » Europe » Espagne | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | 


Ordesa - Carriata - De Gavarnie au Mont Perdu
Posté le :


Quatrième jour : Ordesa – Carriata

On plonge dans le canyon d’Ordesa, véritable chef d’oeuvre naturel, pour en ressortir par l’invraisemblable sentier du cirque de Carriata.

Aaah j’avais hâte à cette journée. Il fait grand beau temps, c’est pas trop tôt ! Le refuge Goritz, comme d’habitude ressemble plutôt à un véritable camping, on s’arrête juste regarder dedans, il faut reconnaître que c’est assez joliment fait.
Le canyon d’Ordesa se dévoile, bientôt nous sommes au début du sentier qui longe tout le canyon en restant perché à flanc de falaise. On le suit jusqu’à arriver à un belvédère aménagé avant l’infernale descente de 600m qui permet de redescendre sur Terre, au bas du canyon.

Ce n’est pas fini pour nous une fois arrivés en bas, puisqu’il nous reste plus de 1000m de montée par le cirque de Carriata: on descend d’un côté pour remonter aussi sec de l’autre !
Il faut suivre un peu la route (1km?), jusqu’à arriver près d’un batiment, prendre le sentier qui part à droite (des panneaux décrivent l’itinéraire et les réglementations du parc).
Fait chaud en bas (on prend le temps de cueillir des fraises des bois), heureusement peu après être sorti de la forêt le sentier traverse un torrent près duquel il fait plus frais.
Lorsqu’on regarde vers le haut, ce n’est que parois, avec le Tozal del Mallo qui nous domine sur la gauche. On se demande bien par où exactement va passer le sentier.

Un peu de grimpette et quelques grandes marches plus haut, on est fixé. Le sentier exploite chaque faiblesse, chaque vire de la paroi très intelligemment.

Certains passages sont vertigineux. Il y a en gros deux possibilités: soit par les vires, soit en faisant les passages d’escalades.
Les passages d’escalades sont munis de "clavijas": ce sont des tiges métalliques enfoncées dans le rocher pour aider à grimper. En s’en servant, le niveau ne dépasse pas le II en escalade, à mon avis. Une corde peut être utile pour assurer les moins aguerris (se servir d’une des clavijas).
En passant par les vires, on en franchit une première (celle de la photo) assez impressionnante pour les non-initiés après laquelle on peut bifurquer pour rejoindre les passages d’escalade (ce que nous avons fait). Ceux qui ne veulent pas grimper peuvent alors emprunter la seconde vire, mais elle est encore plus étroite que la première et équipée d’un cable auquel il est plus que recommandé de s’assurer. Après cette seconde vire, le sentier monte en laçets raides mais pas trop techniques.

Prendre bien le temps de savourer chaque moment de cette "ascension" car c’est un vrai régal !
Une fois en haut on continue à être béat d’admiration devant les paysages.
Cette fois, je prends le temps d’aller au sommet du Tozal del Mallo, Domi m’accompagne et c’est vraiment la cerise sur le gateau.

Comme suspendus en plein ciel. Nous ne sommes plus maintenant dans le creux du cirque, mais détachés de la paroi et quasiment dans l’axe du canyon d’Ordesa… En plein bonheur, j’ai du mal à quitter cet endroit, je me console en me disant que j’y reviendrais encore ! En continuant vers le nord, des prairies paradisiaques nous accueillent: de l’herbe bien grasse, des troupeaux d’isards et un curieux petit ruisseau en forme de cercle qui se faufile entre les linaigrettes, avant de disparaître dans un goufre. On s’installe là pour la nuit.