Orgiva – Refuge des Albuerques

Destination : Europe » Espagne | Montagne : Sierra Nevada | Activité : Randonnée  | 


Orgiva - Refuge des Albuerques - Alpujarras, les villages blancs de la Sierra Nevada
Posté le :


Apres une nuit difficile sur les cailloux espagnols, je m’approche du Rio où aurait du se trouver un pont. Le sentier en face existe bien mais la riviere en crue est intraversable, son lit est d’ailleurs bizarrement tres large et empiète sur des rares paturages aux abords.


 

Je tente alors de suivre un sentier qui s’apparente plus à un chemin pour les moutons, en surplomb du Rio. Ce sentier mène à une station électrique dont les poteaux ont été arrachés par des éboulements et des arbres. Un sentier censé se trouver derrière la station est aussi inaccessible. Forcé de faire demi tour, je me re-dirige vers Orgiva pour remonter plus haut. En chemin une vieille dame à qui je demande où est passé le pont m’apprends tout en faisant un signe de croix à répétition, que des inondations liées aux pluies torrentielles de février ont créés des glissements de terrain et beaucoup d’éboulements. D’où le torrent de boue, et le pont disparu.
Je prends alors de la hauteur de Orgiva vers Carataunas et Soportujar, puis je longe la vallée abritant Pampaneira, Bubion et Capileira.
 
Pampaneira


 

Pampaneira (1058m) est quasiment déserte, aucun touriste malgré les échoppes déjà ouverte, le froid doit y etre pour quelque chose 🙂 Les maisons sont empilées les unes sur les autres, et le plus simple est d’y naviguer à l’intuition en espérant ne pas tomber sur un cul de sac.
 


 

On peut aussi y trouver un musée du jambon, et quelques km plus loin de la ville se trouve Bubion (1300m).
 


 

Je monte alors pour changer de vallée et en profite pour avoir une meilleure vue sur Bubion, et sur des chamois qui pensaient être tranquilles.
 


 

Arrivé en haut, ou plutot au milieu des nuages, je redescends rapidement et arrive à Capilerilla puis Pitres. En recherchant un endroit où bivouaquer je tombe sur le refuge des Albuerques, tenu par une vieille dame qui dit avoir 80 ans, accompagnée de son chien. Elle tient ce refuge depuis plus de 20 ans, et en consultant le registre du refuge, je vois de toutes les nationalités, de l’Australie au Brésil en passant par la France évidemment :-). Elle fume comme un pompier, n’a pas l’eau chaude, mais insiste pour me parler de physique quantique 🙂
Plus tard dans la soirée un second espagnol nous rejoint et ils m’apprennent tant bien que mal les échecs 🙂
 

 

poulpe
A propos de l'auteur

Passionné de trekking et sports d'extérieur, philosophe et aventurier à mes heures perdues ^^ On a une seule vie, autant en profiter un maximum :-)...