Ortu di u Piobbu – Calenzana

Destination : France » Corse | Activité : Randonnée  | 


Ortu di u Piobbu - Calenzana - GR20 Nord
Posté le :


Étape 9 – Jeudi 21 septembre : Ortu di u Piobbu – Calenzana.

Et voilà ! La dernière nuit est passée. Aujourd’hui je me suis levé le dernier, le dortoir était désert quand je suis allé déjeuner. Je me suis surpris à perdre du temps, à traîner pour profiter de mes derniers moments de randonneur émérite. Je partage mon petit déjeuner avec le saisonnier avec qui j’ai passé la soirée d’hier. Il m’a offert un grand bol de thé tandis qu’en ma qualité de sudiste, j’ai passé de longs moments à conseiller les nordistes qui commençaient… c’est si gratifiant de passer pour un baroudeur ! Et puis toutes dernières chiottes turques, dernières barres de céréale, dernier effervescent de vitamines,… une bonne poignée de main et mes remerciements à Robert.

La toute dernière étape a commencé, avec au menu 50m de dénivelé à grimper et 1200 à descendre, les genoux vont morfler ! Rien à signaler sur cette étape, si ce n’est la traversée délicate d’une barre rocheuse. Le paysage, depuis le premier kilomètre jusqu’à l’arrivée, est le même : la mer, qui s’approche toujours un peu plus. Le temps de faire le point, de se rappeler déjà les moments difficiles, et de se moucher ! Le mal de gorge est maintenant accompagné d’un état grippal et la fin arrive à point nommé. Et puis le retour à la civilisation se fait sentir, progressif mais inéluctable. D’abord, au loin, une piste. Puis un fil barbelé. Un muret. Une voiture, très loin. Un klaxon presque inaudible et puis… Calenzana et Moncale, les deux villages qui indiquent la fin de l’aventure. Le sentier est de plus en plus large, le pas de plus en plus rapide. La dernière grosse émotion du trek sera provoquée par une couleuvre qui traverse le sentier juste devant mon pied (on a beau savoir que la bête est presque inoffensive, ça fout quand même la trousse). Et puis l’entrée à Calenzana, un petit coup de fil à Bruxelles pour signaler que tout est fini, que je suis hors de danger et direction Calvi pour rejoindre Bastia au plus tôt car un après GR de feu m’attend dès ce soir…

6 + douze =