Pasando por la Cordillera : 2 mois de marche de la Patagonie à l’Altiplano

Destination : Chili » Bolivie » Argentine » Amérique | Montagne : Andes ; Cordillère Centrale ; Cordillère Occidentale ; Patagonie | Activité : Alpinisme Randonnée  | 
Nombre de jours : 17 jours et + | Dificulté : 4 | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Campagne, Désert, et Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Février, Mars, et Avril
Pasando por la Cordillera est le carnet de route en vidéo d'un voyage de 2 mois passés entre Chili, Argentine et Bolivie à la découverte des paysages environnant la Cordillère des Andes, de la Patagonie à l'Altiplano.
Posté le :


De la Patagonie à l’Altiplano, l’Amérique du Sud recèle bon nombre de paysages à couper le souffle. Partis en quête d’aventure, nous avons parcouru les quelques 6000 kilomètres séparant Punta Arenas et le Lac Titicaca, nous emmenant de la Patagonie chilienne, à l’Altiplano bolivien. Avec une météo parfois capricieuse, certains paysages et bouts de chemins occupant nos rêves depuis de longues semaines nous seront restés inaccessibles, ne faisant que renforcer l’envie de revenir arpenter ces terres sauvages lors d’un prochain voyage.

 D’une haute terre, nous saluâmes dans la joie les sommets enneigés de la Cordillera, qui apparaissaient parfois pris dans une sombre enveloppe de nuages. […] Mais nous regardions avec regret ces impressionnantes montagnes car nous étions obligés de ne plus qu’imaginer leur nature et leur végétation au lieu de nous hisser, comme nous l’avions espéré, jusqu’à leurs sommets.
Charles Darwin, extrait du Voyage du Beagle, 1834.

Chili

Le Chili, dont le territoire filiforme s’étire sur près de 4000km depuis les tropiques jusqu’aux confins de la Terre de Feu, offre l’une des palettes de paysages les plus extraordinaires du globe. Au nord de ce long ruban de terre, enserré entre mer et montagne, se dressent les paysages fascinants de l’Altiplano. Flamants roses, salars et volcans dessinent des tableaux dont on a du mal à détacher les yeux. C’est plus au sud, en Patagonie, que s’ouvre le domaine des randonneurs. Malgré une météo parfois éreintante, la splendeur des sommets, les landes et les forêts vierges de toute trace humaine, les glaciers et les lacs forment un décor dans lequel on a envie de se fondre.
Notre itinéraire nous mena tout d’abord  dans la cordillera Paine, dont font partie les célèbres Torres del Paine, qui s’élèvent comme un chateau dentelé au beau milieu des steppes de Patagonie. Avec une météo dificile nous asseyant de vent et pluie tout au long du parcours, nous avons réalisé le W jusqu’à être bloqués par des chuttes de neige importantes au niveau du col Paso John Gardner. Ce fut avec regret mais de belles images plein la tête que nous avons dû nous résoudre à arrêter la marche à ce niveau.  Après un passage par l’Argentine, nous avons retrouvé le Chili en passant par Pucon, avec notamment l’ascension du volcan Villarica, cône parfait au sommet enneigé et donnant sur un cratère laissant s’échapper de légères fumeroles.

Argentine

Sur près de 3700km du nord au sud, l’Argentine décline les somptueux paysages du versant oriental de la Cordillère des Andes, depuis les salars et les cactus de la région de Salta jusqu’aux monts désolé de la Terre de Feu. C’est le sud, tout comme au Chili, qui est la région la plus propice à la grande randonnée, avec la Patagonie, où s’étirent les derniers 1500km de chaîne andine. Moins Aride que le nord, la région déploie des montagnes découpées qui offrent toute la panoplie des paysages alpestres: pics acérés, glaciers, zones de forêts et lande sauvage parsemée d’une myriade de lacs.
Ici, nous avons marché en direction du Cerro Chaltén, aussi connu sous le nom de Fitz Roy,l’une des montagnes les plus emblématiques du monde avec ses aiguilles de granite qui s’élancent à plus de 3000m au dessus du niveau de la mer. L’itinéraire se situe dans la partie nord du célèbre Parque National Los Glaciares, à quelques kilomètres de la frontière chilienne et de l’immense Campo de Hielo Sur, troisième plus grande calotte glacière au monde après celles de l’Antartique et du Groenland. Ce parc nous offrira également une vue sur le glacier  Perito Moreno, un des rares glaciers au monde qui continue d’avancer, permettant aux visiteurs d’apprécier les impressionnantes chutes de bloc de glace qui s’en séparent avant de venir s’écraser dans le Lago Argentino. Enfin, nous avons pu découvrir une faune et une flore moins dépaysantes dans les alentours de El Bolson, un peu plus au Nord.

Bolivie

Dotée de la capitale la plus haute du monde, la Bolivie est l’un des pays où l’acclimatation à l’altitude est la plus délicate. A des hauteurs habituellement réservées aux sommets escarpés, la Bolivie déploie l’immense lac Titicaca et les grands espaces de son Altiplano. Ici, randonner s’apparente parfois à un voyage dans le ciel. Le royaume des marcheurs se situe au sud-ouest du pays, dans la partie andine. Au programme, des paysages parmi les plus beaux de toute la cordillère et des ciels d’une pureté cristalline.
Nous sommes entrés en Bolivie par le Salar d’Uyuni, offrant des vues uniques, et dont la fine couche d’eau présente à cette époque de l’année crée un miroir et transforme la ligne d’horizion en axe de symetrie, doublant chaque silhouette, chacun des reliefs et les nuages. Notre route nous mena ensuite vers La Paz, d’où nous avons tenté l’ascencion du Huayna Potosi, dont le sommet culmine à 6088m. Nous avons été forcés aux alentours de 5600m de rebrousser chemin à cause de symptomes évidents de mal aigu des montagnes, persistant depuis trop longtemps. La dernière étape importante du voyage aura eu lieu sur le Lac Titicaca, en faisant le tour de l’Isla del Sol, suivant les traces des Incas. Des sommets de plus de 4000m aux allures de collines en terrasses, un itinéraire pour prendre la pleine mesure de cette mer intérieure et de la vie quotidienne sur l’Altiplano bolivien tout en profitant de la visite de vestiges précolombiens.
A propos de l'auteur

Etudiant, je suis toujours à l'affut d'une possibilité de m'échapper des révisions, examens et autres stages pour pouvoir randonner. Plus que l'exploit sportif, je recherche avant tout l'évasion, le dépaysement, et la communion avec la nature. Rien ne vaut la découverte d'un endroit parfait pour y planter sa tente et passer une fin de journ...



http://vimeo.com/thomasbonnin