Porté-Puymorens – rivière du Béna

Destination : Occitanie » France | Montagne : Pyrénées | Activité : Randonnée  | 


Porté-Puymorens – rivière du Béna - Tour du Carlit
Posté le :


Carnet : Tour du Carlit
  • D+ : 740 m
  • D- : 695 m
  • Temps de marche : 4h15
  • Trace GPS

13h30. La voiture est garée face au gîte d’étape d’En Garcie de Porté-Puymorens (1630 m). Nous sortons les plats lyophilisés et mangeons notre repas sur une des tables en granit.
Il est possible d’arriver directement en train à la gare de Porté-Puymorens. C’est cette option que j’aurais choisi si Jérôme n’habitait pas dans l’Aude à environ 2h00 de voiture d’ici.

Porté-Puymorens est un petit village cerdan fait de bâtisses de pierres typiques. Nous ne pouvons pas nous y attarder et partons avec nos sacs à dos. Météo France annonce une semaine radieuse. La première depuis bien des lustres.

Nous longeons le cimetière, traversons un ruisseau et grimpons dans la forêt. Le sentier est détrempé. Nous sommes le 21 juin et la neige, récemment tombée, fond à grande vitesse.
A travers les arbres, nous avons de beaux points de vue sur le Pic de Font Freda (2738 m). A ses pieds, le village de Porta et les gorges de la Fou.

Le sentier monte progressivement, contourne el Punxo (2581 m) et passe le col de l’Home mort à un peu plus de 2300 mètres d’altitude. Les conifères ont laissé place à une belle prairie d’altitude. Notre progression sous les bois nous protégeait jusque là du soleil. Ça tape fort mais le vent balaie l’impression de chaleur.

La descente par le Ras du Salit demande plus d’attention, non pas que le terrain soit difficile mais le balisage se fait plus distant. Nous croisons une horde de six mouflons à une centaine de mètres de nous. Nous prendrons tout le loisir de les observer en mangeant une barre énergétique.

A deux reprises, nous traversons le ruisseau de Salit, croisons quelques vaches au Serrat del Freser. Mais à part elles, personne sur le sentier. Au début des années 1990, le métier de berger a été remis au goût du jour dans les Pyrénées Orientales grâce à une valorisation d’un veau de qualité pour le consommateur. La rosée des Pyrénées est un veau femelle nourri uniquement au lait maternel et de l’herbe des montagnes catalanes. Un élevage en accord avec la nature.

Nous empruntons la variante du GRP du Carlit par le nord pour trouver un bel emplacement de bivouac à environ 100 mètres de la rivière Béna.

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com