Premier contact avec l’Atakor

Destination : Algérie » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | Agence : Terres d'Aventure 


Premier contact avec l'Atakor - Randonnée dans l'Atakor
Posté le :


Carnet : Randonnée dans l'Atakor

Premier contact avec l’Atakor

D+ : 200 m
D- : 80 m

4h30. Les formalités douanières commencent. En fin de nuit, Borha, notre guide Touareg, et les chauffeurs nous conduisent au campement qu’ils ont installé près de l’aéroport au milieu du désert. Quelques heures de sommeil avant de prendre la route vers le Hoggar.

Les 4×4 roulent vers les contreforts rocailleux qui s’étirent à l’horizon. Nous dépassons le poste de Tagmart Fougani du parc national du Hoggar. Le paysage défile sans être ennuyeux. Après le village de Terhenânet, pique-nique sous un abser (acacia en Tamahaq) dans l’oued Outoul. Le voyage débute à peine et les paysages arides nous semblent déjà fabuleux.

L’après-midi, c’est le premier contact à pied avec l’Atakor. Nous progressons dans un extraordinaire chaos géologique. Des boules de billards géantes semblent s’être déposées ici et là, plus loin, c’est une tête et un oiseau qu’a formé l’érosion.

L’équipe chamelière nous accueille chaleureusement au campement qui s’est installé au pied d’Ilâmane, une des plus hautes montagnes du plateau de l’Atakor.

Ascension du Mont Tahat

D+ : 950 m
D- : 670 m

Nous quittons le campement par l’oued d’Ilâmane ; les chameliers n’ont pas encore chargé les dromadaires. Après quelques heures de marche, nous nous dirigeons vers le Mont Tahat, point culminant de l’Algérie avec ses 2918 mètres. Certains autres relevés le situent à plus de 3000 mètres. Peu importe, le désert n’est pas un lieu de record.

Nous troquons le fond sablonneux de l’oued pour un terrain de caillasse caractéristique du plateau de l’Atakor. A mi-parcours, un pique-nique s’organise près d’un gros rocher. L’après-midi, la fin de la progression se déroule sur une pente raide rocailleuse dont le sentier est à peine tracé. Le vent balaie une brise fraîche qui nous évite de trop souffrir de la chaleur. Le groupe s’étire, chacun monte à son rythme. A l’arrière du peloton, je rumine dans mes dents car le diaphragme de mon objectif s’est bloqué ; impossible de faire la moindre photo ! Les jambes deviennent plus lourdes et le sac pèse davantage sur les épaules. Je porte mon fardeau. Errance psychologique du photographe.

L’effort est réel mais la vue depuis le sommet sur le massif du Hoggar en vaut la chandelle. Entre deux rochers, je nettoie les contacts de mon objectif. Comme par miracle, la bécane rugit à nouveau. Quelques clichés pourront solder cette fin de journée.

Nous descendons vers le campement qui s’est installé dans l’oued Titourtourine. L’immense plateau de l’Assekrem est face à nous. Demain, nous y serons. Inch Allah !


« Mieux vaut marcher sans savoir où aller que rester assis sans rien faire ». (Proverbe Touareg)


Randonnée chamelière organisée par Terres d’Aventure, spécialiste du voyage à pied dans le monde.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com