Premiers pas dans les Cévennes ardéchoises

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Massif Central | Activité : Randonnée  | Agence : Chamina Voyages 


Premiers pas dans les Cévennes ardéchoises - Monts d'Ardèche : randonnée sur le massif du Tanargue
Posté le :


Carnet : Monts d'Ardèche : randonnée sur le massif du Tanargue

16h00. Après bien des difficultés pour relier Aubenas pour de nombreux randonneurs en raison des grèves SNCF, nous sommes arrivés au hameau du Gua le long de la rivière de la Beaume, limpide et propre si on en atteste par ses occupants, la truite, le castor et la loutre.

C’est notre point de départ pour la randonnée au cœur des Monts d’Ardèche, plus précisément dans le Vivarais cévenol qui s’étend des garrigues ardéchoises jusqu’aux contreforts du Mont Lozère.

Nous passons la rivière par le pont du Gua classé depuis 1984. Pendant le premier tiers du XXe siècle, une usine utilisant la force de l’eau, produisait ici de l’électricité nécessaire au réseau de la ville de Largentière.

Nous montons sur l’autre versant par un sentier ancestral jusqu’au Font de la Roche. 11 personnes y vivent à l’année. Et le hameau est fier d’avoir son école. Un pari qu’il faut sans cesse remiser dans notre système pédagogique fondé sur la notion de rentabilité.

Les faïsses, les cultures en terrasse, envahissent le paysage. Mais la forêt a repris le dessus dès lors qu’on s’éloigne des hameaux ou des villages. Parmi les arbres, ce sont les châtaigniers centenaires les plus présents. La légende voudrait que Dieu, ayant octroyé différents arbres fruitiers à chaque région de France, ait oublié le Vivarais. Pour se pardonner, il leur accorda un arbre à tout faire, peu exigeant en soins, généreux en fruits et nourrissants. Depuis ses temps lointains, le châtaignier fait partie du paysage ardéchois.
Au milieu des châtaigneraies, la clède semble veiller sur son troupeau béni. C’est un petit bâtiment en pierre sèche où on sèche les châtaignes. Presque chaque hameau en a une, on les voit aussi dispersées dans le paysage aménagé, proches des châtaigneraies.

On peut aussi croiser des pins, de la vigne, des micocouliers ou des cerisiers. Un peu plus loin, nous traversons Peytot (470 m), un autre hameau de Beaumont dont dépend aussi le Gua, avant de redescendre sur le gîte des eaux Marèches non loin du hameau de Pied de Bœuf.

Fin de journée : Champussac est accroché aux flancs du massif de la Tanargue. Superbe. Dans quelques jours, nous foulerons les crêtes qui nous font fasse.

Situé en bord de la rivière de La Beaume, le gîte des Eaux Marèches est une ancienne scierie ayant appartenu aux aïeuls de Fred Pinna, notre accompagnateur. Baignade possible dans la rivière. Bon, au printemps, c’est un peu frais. L’été, ça doit être génial. Il reste le jacuzzi pour ceux qui veulent vraiment faire trempette.

Le Gua – Eaux Marèches


Randonnée en Ardèche réalisée avec Chamina Voyages, spécialiste de la randonnée liberté et accompagnée en France et dans le monde.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com