Randonnée chamelière dans l’adrar Ahnet

Destination : Algérie » Afrique | Montagne : Sahara | Activité : Randonnée  | 


Récit d'une randonnée de 11 jours dans l’adrar Ahnet dans le Sahara en Algérie. Vastes étendues de sable et de roche, l'Ahnet est une région au nord du Hoggar et de Tamanrasset légèrement plus grande que la Suisse. Une goutte de sable dans l'étendue du Sahara mais une immersion profonde au cœur du désert.
Posté le :


Carnet : Randonnée chamelière dans l'adrar Ahnet

L’Adrar Ahnet, 50 000 km2 (légèrement supérieure à la suisse) et pourtant si petite au cœur de l’immensité Algérienne. L’Ahnet aux vastes étendues sablonneuses côtoyant des zones tassiliennes entaillées de gorges profondes, où les précipitations dépassent difficilement les 50 mm pour certaines années. L’Ahnet secrète, loin des grands classiques des zones touristiques algérienne. L’Ahnet, que Monod explora durant son service militaire pendant plus de 10 mois en 1929-30 alors qu’il était chamelier de seconde classe dans la compagnie du Tidikelt-Hoggar.

Notre objectif est plus modeste : 11 jours de trek au cœur de l’Ahnet, à raison d’une vingtaine de Km par jour, en compagnie d’une équipe chamelière et de 10 chameaux (camelus dromaderius), chargés de transporter bagages, nourriture, et bien sûr l’eau. 11 jours d’immersion au coeur de l’espace saharien.

Cette randonnée de 11 jours dans l’adrar Ahnet en Algérie a été réalisée avec l’agence Ahnet Voyages.

Jour 1

Nous arrivons enfin au puit d’Amassine, lieu de rendez-vous avec notre équipe chamelière. Nos 4X4 stoppent devant le puit, et chacun se penchent pour apercevoir cette eau si précieuse. Hier soir nous avons bivouaqué près de la source de Tin Senasset, source qui a donnée son nom à la carte IGN de ce secteur de l’Adrar Ahnet, carte malheureusement aujourd’hui introuvable; nous devons nous contenter de la carte d’In salah (1/1000 000ième !) et des photos satellite.

De l’eau il y a mais de chameau point. Nous remontons dans les 4X4 afin de partir à la recherche de l’équipe chamelière qui doit nous accompagner pendant notre périple de 11 jours dans l’Ahnet ; Nous remontons l’oued Taghit. Derrière la moindre touffe d’Aressou, il nous semble apercevoir une silhouette humaine, ou cameline. Mais nous nous rendons à l’évidence et retournons bredouille au puit, où nous nous installons pour le Pique nique à l’ombre d’un Tabrekat (Tamaris). « La bouffe est plrrête ! » lance Abdelkader à l’assemblée surprise d’un tel vocabulaire de la part de notre chauffeur tout juste francophone.

Toujours pas de chameau en vue, nous partons dans l’oued pour une balade d’exploration . soudain, 3 silhouettes à la démarche souple et onduleuse se découpent au loin. Nous allons au devant d’eux. Est-ce notre équipe tant attendue, ou de simples bergers ? Rencontre irréelle au milieu de nulle part. « salam aalécum, labès, ma Toulid… » Après les salutations d’usage qui nous laissent le temps de nous observer mutuellement ainsi qu’à à la grande époque des caravanes, nous entamons une discussion. Un mélange franco-arabo-tamahak confirme nos espoirs : il s’agit bien de nos futurs compagnons de voyages, sans qui notre périple ne serait pas possible. L’aventure peut commencer !

5 + 11 =