Randonnée sur le GR®53 dans les Vosges

Destination : Grand Est » France » Europe | Montagne : Vosges | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 5 jours | Difficulté : 3 | Dénivelé : +3 373 m/-3 344 m | Distance : 104 km | Type d'itinéraire : Ligne | 
Transport : Train | Ecosystème : Campagne, Forêt, et Montagne | Hébergement : Camping, Chambre d hôtes, et Hôtel
Meilleures Périodes : Mai, Juin, Juillet, Août, Septembre, et Octobre
Pendant 5 jours, j'ai marché sur le GR®53 dans les Vosges entre Wissembourg et Saverne. Au menu: châteaux, belles forêts et de superbes paysages.
Posté le :



Télécharger la "Trace GPS du GR®53 entre Wissembourg et Saverne" (Téléchargement :192 fois)

Le massif des Vosges est mon terrain de jeu favori et je ne m’en lasse pas : j’habite l’Alsace. Pendant 5 jours j’ai marché sur le GR®53 du nord au sud, entre Wissembourg et Saverne. Un itinéraire idyllique dans le parc naturel des Vosges du nord, réserve de biosphère Unesco. Le GR®53 m’a fait traverser de grandes forêts, visiter d’imposantes ruines de châteaux forts en pierre de grès rose. J’en connaissais déjà une partie et j’en ai découvert d’autres. Avec un égal plaisir : les Vosges sont si belles !

Le GR®53 dans les Vosges

Le GR®53 est un sentier de Grande Randonnée de 167 km qui se situe dans les Vosges à cheval sur les départements du Bas-Rhin et de la Moselle. Il démarre à Wissembourg et s’achève à Schirmeck. Pour ma part, j’irai jusque Saverne.

Drôle d’idée, vas-tu me dire, que d’aller marcher une semaine entière dans les Vosges alors que j’habite tout près, à Strasbourg, que je peux y aller dès que ça me chante ! Justement. Depuis des années, les Vosges, se dévoilent à moi par touches successives, en pointillés pour ainsi dire. J’ai envie de relier tous ces points, de vivre les Vosges dans leur plénitude. Et pas seulement quelques heures par-ci, par-là. Alors, par quel bout les prendre, les Vosges ? Il n’est pas un secteur où je n’ai pas encore mis les pieds. Autant faire les choses dans l’ordre, en commençant par le commencement. Le départ officiel du GR®53, qui rejoint le GR®5 pour traverser les Vosges sur 432 km, se trouve à Wissembourg, dans le nord de l’Alsace. Je pars donc de là.

Wissembourg
Wissembourg – Vue sur l’abbatiale depuis le Schlupf ©OTI de l’Alsace Verte

Wissembourg est d’ailleurs une adorable petite ville. Arrivé la veille de ma rando d’une semaine sur le GR®53, j’en profite pour me livrer à une visite approfondie. L’office de tourisme propose un parcours vraiment bien fait à travers le centre historique : les quais de la Lauter avec leurs maisons à colombages dans le pittoresque quartier du Bruch, les remparts qui surplombent la vieille ville, la maison du sel avec son impressionnante et haute toiture, la magnifique église abbatiale. Ainsi, j’aime beaucoup le Schlupf, un petit passage entre les vieux immeubles historiques. Là, une passerelle qui enjambe la Lauter offre une ambiance particulièrement romantique, avec vue sur le remarquable clocher roman de l’abbatiale.

J1 : Wissembourg – Obersteinbach

+ 1282 m / – 1199 m 32,98 km Auberge Alsace Village

Sacrée journée ! Je le sais d’avance parce que le topoguide -que je respecte à la lettre- annonce 30 km. Ça ne m’effraie pas. Mais, trop sûr de moi, je n’ai pas pris la peine d’examiner le détail. Grossière erreur. Car le GR®53 passe par toute une série d’endroits particulièrement intéressants, la liste est longue comme le bras. En fait, j’aurais dû scinder cette étape en deux. Et ainsi profiter pleinement de tous les châteaux aux allures toujours altières malgré le poids des siècles, taillés dans cette pierre aux couleurs chaudes qu’est le grès rose. M’attarder devant les rochers aux formes énigmatiques que les vents et les éléments ont façonnés. Au lieu de quoi, j’avance au pas de charge, scrutant ma montre à chaque instant à chaque arrêt. Trop dommage, vraiment : ne fais pas la même erreur.

Bon, les choses commencent gentiment au sortir de Wissembourg. Je me retrouve vite au milieu des vergers qui ceinturent la ville de ce côté-là. Puis en forêt, avec d’agréables senteurs de sève fraîche. En milieu de matinée, le GR®53 m’offre une belle montée, très jolie, sur un étroit sentier parsemé de racines vers le col du Pigeonnier. Altitude : 432 m ; pas de quoi faire trembler les mollets. J’arrive au refuge du Club Vosgien. Qui est fermé aujourd’hui. Donc, pas de café pour moi.

De gauche à droite : Chateau de Hohenbourg ©OTI de l’Alsace Verte – Chateau de Hohenbourg ©OTI de l’Alsace Verte

Peu de temps après, tir groupé : trois beaux châteaux, situés à un jet de pierre l’un de l’autre, de part et d’autre de la frontière franco-allemande, un peu à l’écart du GR®53. Si l’approche se fait par de larges chemins forestiers, c’est une autre histoire pour y accéder. À chaque fois, la grimpette est bien rude, car les ruines se trouvent au sommet de collines escarpées. Mais, elles en valent la peine. Celles du Hohenbourg tout particulièrement, dont j’aime la disposition, les volées de marche arrondies par l’usure, la grande tour. Et, d’en haut, le regard porte loin, embrasse un océan de verdure.

Fleckenstein
Fleckenstein © OTI de l’Alsace Verte

Puis direction le Fleckenstein, très proche. Elle est la plus grande ruine médiévale d’Alsace. L’entrée est d’ailleurs payante. En tout cas, elle m’impressionne toujours par ses dimensions. J’imagine la prouesse que devait représenter la construction de ce château, au XIIe s, sur son haut et long promontoire rocheux. Il me fait l’effet d’un immense vaisseau de pierre suspendu dans les airs.
Qui dit site exceptionnel dit aussi affluence : après l’agitation autour du « Fleck », je suis bien content de retrouver la sérénité et le calme de la forêt. Celle-ci m’engloutit en un clin d’œil, sitôt passé le coin de la courtine, et je me retrouve seul comme par enchantement sur le GR®53.

Nouveau château, celui du Froensbourg où je parviens par un sentier particulièrement agréable. Lui aussi est perché, à cheval sur deux énormes rochers très hauts, une bonne quarantaine de m. Les escaliers, et il y en a sur deux flancs, sont taillés dans le roc, ainsi que les portes. Comme il n’y a pas de route à proximité, les lieux me sont tout entiers dévolus, enfin ceux qui restent accessibles à cause de travaux. Le soleil étincelle encore, mais les ombres commencent à s’allonger, les lumières se font douces. Je passe un bon moment ici.

Détour par le rocher des Bohémiens, le Zigeunerfelfs, où se seraient déroulés de bien tragiques événements au XVIIIe s. En fait de rocher, c’est presque un bastion naturel assez spectaculaire où ont été aménagés toute une série d’accès. Puis, au menu du GR®53, j’ai encore le château de Wasigenstein… qui sont deux, assis sur deux éperons rocheux et séparés par une profonde faille. Eux aussi me donnent l’occasion de grimper de belles volées de marche taillées dans le grès. Ce château a inspiré nombre de poètes et autres romantiques. Assis contre un mur encore chaud des rayons de soleil, je comprends pourquoi, me laissant envahir par une douce torpeur. Avant de me remettre en route pour gagner Obersteinbach, un village tout en longueur, jalonné par de belles fontaines.

En ce qui concerne cette première étape, décidément beaucoup trop longue, pourquoi ne pas la couper en deux ? À l’instar de la jeune agence de rando Traces qui a ce circuit à son catalogue, je propose le jour 1 d’aller de Wissembourg à Lembach (15 km) pour rejoindre Obersteinbach (19 km) le jour 2, en faisant étape à l’hôtel Au Heimbach.

Château du Wasigenstein
Château du Wasigenstein ©OTI de l’Alsace Verte

J2 : Obersteinbach – Niederbronn-les-Bains

+ 752 m / – 801 m 19,92 km Camping Domaine du Heidenkopf

Obersteinbach se trouve en lisière de forêt, il ne me faut pas longtemps pour la gagner. Le GR®53 me fait marcher sur une ligne de crête entre les arbres. Aujourd’hui encore, et comme chaque jour en fait, je vais avoir ma dose de vieilles ruines. La première se présente bientôt, le Wittschloessel, un joli petit fortin où je ne m’attarde guère cependant. Je me réserve pour les deux châteaux suivants, le Vieux et le Nouveau Windstein, qui se trouvent à quelques centaines de m l’un de l’autre. L’un et l’autre sont semi-troglodytes, avec un tas de galeries, sont tous deux passionnants à découvrir : un vrai jeu de piste, où je monte, descend, sans trop savoir où je me trouve.

Château du Nouveau Winstein
Château du Nouveau Winstein ©OTI de l’Alsace Verte

Dans l’après-midi, mauvaise surprise sur le GR®53 : un mur infranchissable de branchages que les forestiers ont laissé. Pas d’autres choix que le hors-piste, entre de hauts buissons. Il me faut le GPS pour retrouver le sentier ! La forêt est maintenant faite de jeunes arbres plantés très serrés, où le soleil peine à percer, mais j’avance vite. Non loin du chalet du Wintersberg, un refuge du Club vosgien très, très fréquenté, se dresse une haute tour. Édifiée en 1889 par ce même Club vosgien, c’est le point culminant des Vosges du nord. Une colonne étroite, pas très gracieuse il est vrai. Bien sûr, j’y grimpe : les marches sont étroites, usées. D’en haut, quelle vue !

Château du Nouveau Winstein
Château du Nouveau Winstein ©OTI de l’Alsace Verte

Direction Niederbronn, maintenant. Après une longue descente en lacets qui met les genoux à rude épreuve, le GR®53 me propose une petite extension vers l’emplacement d’un camp celtique. En fait, pas grand-chose à voir si ce n’est un alignement de pierres sur une butte, face à la plaine qui s’ouvre en dessous. Des historiens pensent que des cultes, peut-être des sacrifices rituels, se seraient déroulés ici. Voilà qui me fait une curieuse impression. Pas longtemps après, le GR®53 arrive à l’entrée de la petite ville de cure. Pile devant une source minérale que je connais bien pour en boire l’eau -en bouteille- de temps en temps, la Celtic.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comment soutenir I-Trekkings ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin et pensez à accepter les cookies de nos partenaires dès l’arrivée sur leur site). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top de nos partenaires pour vous équiper :

  • Alltricks : Déstrockage sur plus de 4 300 produits.
  • Cimalp : Jusqu’à-50% jusqu’au 25 mars sur une sélection d’articles de Trail.
  • Ekosport : -20% supplémentaire sur les nouveautés Trail & Running avec le code NEW20.
  • I-Run : Race’s Days – Réduction jusqu’à -50% sur la Randonnée, le Trail, le Running.
  • Les petits Baroudeurs : La Boutique Outdoor pour équiper vos enfants et petits enfants.
  • Lyophilise & Co : La boutique spécialiste des plats lyophilisés & du bivouac (-10% sur les lyophilisés avec le code LYO10).
  • Snowleader, The Reblochon Company : -10% sur tout l’univers Ski de Rando avec le code TOURING10.
  • Trekkinn  : 10 000 bons plans

Le top de nos partenaires pour partir en rando et en trekking :

  • Allibert Trekking (Agence de voyage basée dans les Alpes, spécialiste rando, trekking et voyages d’aventure)
  • Atalante (Spécialiste du voyage d’aventure, de la randonnée et du trek)
  • Chilowé (le spécialiste de la micro-aventure en France)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (Randonnées dans les Pyrénées et rien que les Pyrénées)
  • Travelbase (Agence de voyage pour des aventures à vivre en groupe ou en solo, et avec l’esprit Travelbase)

J3 : Niederbronn-les-Bains – Lichtenberg

+ 727 m / – 587 m 19,2 km Le petit double W

A peine une heure après le départ, me voici devant la ruine du château de la Wasenbourg. Pas immensément grande, elle me séduit pourtant avec ses belles proportions. D’ailleurs, elle a aussi plu au célèbre poète Goethe ! Elle est dotée d’un imposant mur-bouclier de 19 m de haut et 4 d’épaisseur, le plus imposant d’Alsace. A quelques mètres, surprenants, des vestiges de temple romain, recomposés dans la veine romantique du début du siècle dernier, qui s’appuient contre un gros rocher.

De gauche à droite : Oberbronn ©OTI de l’Alsace Verte – Château du Wasenbourg ©OTI de l’Alsace Verte

A nouveau sur le GR 53, autre sujet d’étonnement, les cupules taillées dans la roche que je trouve sur mon chemin plus loin. Je m’interroge : phénomène naturel ou pierres « magiques », influant la fertilité féminine, comme le prétend la légende ? Mystère.
Dans une épaisse forêt où se mêlent épicéas, pins sylvestres et hêtres, je descends vers Oberbronn, que le GR 53 ne met pas à son menu. Mais le village est vraiment charmant, avec nombre de belles maisons du XVe et XVIIe s, de grandes demeures, un couvent historique… Tellement que je me promet de revenir ! Je remonte dans mes forêts par une pente assez rude, avec pas mal de volées de marche dans les premiers temps, mais plaisante tout de même. En haut, au Wasenkoepfel, une belle tour aux proportions harmonieuses. Surmontée de créneaux, celle-ci aussi été construite par le Club Vosgien, en 1887. Ensuite, le GR 53 descend en pente douce sur d’agréables chemins forestiers. Après la jolie ruine du château du Grand Arnsbourg, je change de vallée. Le tracé passe sur la pelouse -on croirait un golf tellement elle est bien entretenue- d’un restaurant étoilé. Je trouve l’épisode assez rigolo. Les sentiers sont ensuite très « roulants ». Je surprend même un chevreuil !

Château de Lichtenberg
Château de Lichtenberg © Eric Wilhelmy-CCHLPP

En fin d’après-midi, le GR 53 m’amène au pied de Lichtenberg. Dominant le village du haut de sa colline, une imposante forteresse. Je ne suis encore jamais venu, elle m’impressionne réellement par sa taille. Le château s’étale sur une large surface et sur plusieurs niveaux. Depuis la terrasse d’artillerie, qui est d’ailleurs ouverte à tous sans droit d’entrée, on voit, certains jours, la flèche de la cathédrale de Strasbourg ! Il y a pas mal d’endroits à découvrir. Notamment la chapelle castrale de cette ancienne demeure de la famillle des Hanau-Lichtenberg, avec son bel autel, un mausolée de marbre. Et j’aime bien ce pari audacieux qui gouverne aujourd’hui l’ensemble: mêler aux pierres séculaires des ajouts très contemporains, faits de verre et de métal. La forteresse est en effet aussi Centre d’interprétation avec salles d’exposition, lieu d’animation. C’est réussi.

DES « ÜTE » ET UN 1er SITE DE BIVOUAC

Conçues comme une invitation à s’arrêter et à découvrir des paysages emblématiques des Vosges du nord, des « üte » -un nom qui vient de l’alsacien hütte, cabane- jalonnent le GR®53 depuis Rott jusqu’à La-Petite-Pierre. Avec des lignes très contemporaines, soulignées de rouge, elles rappellent le balisage du GR. Leur emplacement a été choisi avec soin par le Parc naturel régional des Vosges du Nord. Elles dispensent de nombreuses informations. Il ne faut donc pas les manquer.

Depuis juillet 2022, une aire expérimentale de bivouac fonctionne près du village de Climbach sur le tracé du GR®53, avec toilettes sèches. Pour en connaître l’emplacement ainsi que les conditions d’utilisation, s’adresser à l’office de tourisme de l’Alsace Verte. Réservation indispensable. Dans un avenir très proche, d’autres aires similaires vont être mises en service.

Üte Jardin des Poètes
Üte Jardin des Poètes La Petite Pierre © CCHLPP

J4 : Lichtenberg – La-Petite-Pierre

+ 323 m / – 289 m 16,9 km Centre de vacances Ulvf

Le GR 53 est plutôt d’humeur forestière, ce matin, surtout au sortir du village de Wimmenau. Il emprunte de larges sentiers, assez souvent sablonneux. De belles fougères tapissent le sous-bois, où les pins se mélangent en nombre avec les feuillus. Dans une clairière, sous un gros rocher de grès, apparaissent des grottes au nom imagé : Ochsentstall, l’étable à bœufs. En fait, elles sont trop petites pour abriter des bœufs. Peut-être les vachers ? Peu importe, en fait, l’endroit est sympa et je m’installe à proximité pour le pique-nique.

La petite pierre
La petite pierre – © CCHLPP

Je traverse encore un long village, Erckartswiller, tellement long que je me demande quand cela va finir. Mais, après, le GR®53 me fait découvrir une superbe ligne de crête. Elle me fait marcher tantôt dans une vallée, tantôt dans l’autre, dans une ambiance lénifiante. Cette fois, je voudrais que cela ne finisse jamais. Puis, les premiers signes du retour progressif au monde des hommes. En l’occurrence, des enclos à chevaux, des potagers. Au sommet de la colline du Kirchberg, je m’octroie une séance de balancelle géante : c’est l’une des installations artistiques qui jalonnent le tracé du GR®53. Ceci dit, l’étape est un peu plus courte aujourd’hui, le village de La-Petite-Pierre est proche. Tant mieux, voilà qui me donne du temps pour visiter cette petite cité au riche patrimoine architectural. Le château -qui abrite l’administration du parc naturel des Vosges du nord- est très photogénique. Il ne se visite pas, mais qu’importe : ses abords et les remparts me suffisent amplement. Tout à côté, l’église, du XVe, est décorée de belles fresques. De belles et grandes demeures historiques jalonnent La-Petite-Pierre et c’est plaisant de s’y attarder.

J5 : La Petite-Pierre – Saverne

+ 597 m / – 778 m 23,29 km

La sortie de la Petite-Pierre est vraiment sympa. D’abord, je trouve sur le GR®53 encore une de ces fameuses « üte ». Elle me permet de jeter un dernier coup d’oeil sur la citadelle, qui a décidément beaucoup d’allure. Ensuite, il emprunte un « chemin des insectes » qui m’en apprend tant et plus sur les papillons, comme le paon du jour, ou les scarabées, à commencer par le géotrupe des bois plus communément appelé le bousier. Un peu plus loin, le GR®53 m’emmène au rocher du Corbeau où une plateforme dégagée m’offre un superbe point de vue sur cette partie des Vosges du nord.

La matinée est déjà bien avancée lorsque j’arrive à Graufthal. Là, faut que je tire les oreilles de celui qui a tracé le GR®53 ici : non seulement l’itinéraire ne fait pas le crochet mais n’indique même pas les fameuses maisons des rochers ! Le site est unique en Alsace, pittoresque au possible. Au cœur de la vallée de la Zinsel, ce sont des habitations troglodytes, enfoncées dans la falaise de grès. Ces maisons aux couleurs pimpantes, dont l’une abritait aussi une fabrique d’allumettes, étaient encore occupées il n’y a pas si longtemps. La dernière habitante y a vécu jusqu’à son décès, à l’âge de 82 ans, en 1958 ! Les yeux écarquillés par l’étonnement, je visite sa chambre, sa cuisine : l’hiver, fallait pas trop être frileux…

Ensuite, décidément le GR®53 ne m’inspire pas trop par ici : je lui préfère le GR®532 pour un temps. Avec deux Bretonnes que je rencontre régulièrement -et qui sont des vraies fans des Vosges et du GR 5- je vais ainsi marcher sur la ligne de crête. J’y croise deux biches, avant d’arriver au village d’Oberhof. Puis une 3e encore, sur l’autre versant de la vallée !

Le reste du trajet n’est pas franchement inoubliable. Une longue ligne droite sur une route forestière, puis le passage au-dessus de l’autoroute et d’une nationale, mais c’est inévitable. Dans la forêt, non loin de Saverne, voici les rochers du Saut-du-Prince-Charles. Un bel alignement de falaises, qui attire pas mal d’amateurs d’escalade, avec même une grotte faisant office de lieu de culte. Ensuite, le GR®53 m’emmène droit dans Saverne. J’arpente la ville, dont le centre a beaucoup d’allure. A commencer par le château construit au XVIIIe par le cardinal de Rohan, au bord du canal. Avant de me diriger vers la gare SNCF, à 200 m de là, voici une belle conclusion à mon périple.

Informations pratiques

Comment se rendre à Wissembourg ?

Wissembourg est accessible par TER au départ de la gare de Strasbourg. Saverne a aussi sa gare SNCF.

Balisage et topoguide

Véritable institution, le Club Vosgien est une association, en fait une fédération d’associations, qui regroupe la bagatelle de 28 000 férus de marche et de nature. Il fournit un travail extraordinaire. En effet, le Club Vosgien balise et entretient les sentiers de tout le massif vosgien, édite des cartes détaillées, gère des dizaines de refuges. Le balisage du GR®53 est un rectangle rouge.

Le Topoguide “Traversée du massif des Vosges” est bien sûr indispensable.

Bonnes adresses

A Wissembourg, en plein centre-ville, l’hôtel La Couronne est un très vieil établissement, implanté dans des immeubles historiques. Toutes les chambres ont été rénovées voici peu. Très confortable ! Le restaurant de La Rose est situé juste à côté. Il offre une carte variée, une terrasse bien agréable.

Au château du Fleckenstein, le snack situé à côté de la billetterie (où on trouve des casiers pour laisser son sac à dos) est attractif : des plats frais à des prix très raisonnables, que l’on déguste sur une belle terrasse en contemplant les ruines.

A Reipertswiller, près de Lichtenberg, La Couronne by K est une belle et succulente adresse gastronomique avec des prix qui sont néanmoins abordables.

A Graufthal, une adresse à ne pas manquer : le Café des Rochers, juste en face des célèbres maisons. Repris par Guillaume et Bastien, qui sont tous deux passés par des adresses étoilées, il propose des repas, mais aussi du pain comme autrefois ainsi que de succulentes pâtisseries. Sur une belle terrasse, j’y ai ainsi dégusté une tarte à la cerise et mirabelle dont je me lèche encore les babines !

Plus d’informations

Toutes les infos nécessaires sur le GR®53 se trouvent sur le site Massif des Vosges : le détail des étapes avec la trace GPX, le balisage des sentiers, les renseignements touristiques notamment sur les châteaux, des idées de visite… bref, tout !

wolff
A propos de l'auteur

Journaliste professionnel venant de la presse régionale, j'ai toujours aimé bouger. Au fil de mes pérégrinations, j'ai découvert le voyage à pied et à vélo, que j'apprécie énormément l'un comme l'autre. Et plus j'en fait, plus j'en redemande !...



J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share via
Copy link
×