Refuge de Chaumaillou – Refuge de Pré Peyret – Refuge de la Jasse du Play

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Vercors | Activité : Raquettes à neige  | 


Refuge de Chaumaillou – Refuge de Pré Peyret - Refuge de la Jasse du Play - Grande Traversée du Vercors en raquettes
Posté le :


Mercredi 26 janvier 2011
Refuge de Chaumaillou – Refuge de Pré Peyret

  • Dénivelée positive: 204 m
  • Dénivelée négative: 213 m
  • Temps total de marche (pauses comprises): 5h10

C. Reveil difficile, il a fait très froid dans le refuge. Même dans nos sacs pouvant supporter jusqu’à -19 !!!
Le temps est un peu couvert, mais nous partons le coeur léger, l’étape est courte aujourd’hui… Nous allons surtout essayer d’arriver les premiers au refuge de Pré Peyret ; 2 couples croisés la veille doivent également y passer la nuit…
Mission réussi, nous profitons donc d’un après-midi au soleil. Ils arrivent finalement assez tôt aussi et nous passons une fin de journée très agréable en leur compagnie.

L. Repos ou presque, la journée était conçue pour cela, bronzer, et cela n’y échappe pas. Nous revenons sur nos pas aux 4 chemins et faisons notre trace au milieu du plateau. Les grosses descentes c’est finit, et nous en profitons pour bronzer un max !!! A proximité des falaises que nous rejoignons en trois heures plein nord, il nous faut contourner des rognons rocheux pour arriver au refuge, vers 13h30 et profiter ainsi de l’après midi, tout en faisant un brin de toilette dans une salle de bain en plein ir et à l’abri du vent (si si si , j’ai les photos !!!)

Jeudi 27 janvier 2011
Refuge de Pré Peyret – Refuge de la Jasse du Play

  • Dénivelée positive: 235 m
  • Dénivelée négative: 220 m
  • Temps total de marche (pauses comprises): 6h09

C. Les paysages se suivent, mais ne se ressemblent pas… Cette fois nous sommes pratiquement 14 à Jasse du Play (oui un bataillon de pompiers en ski nordique nous a rejoint). Cela ne nous empêche pas d’être au lit hyper tôt ; les 2 prochaines étapes sont longues….

L. J’ai beau l’avoir fait de nombreuses fois, cette partie de la traversée plus parcourue, me surprend chaque fois. Le Grand Veymont, se dessine de plus en plus, ses reliefs changeant au fil des heures, ses contrastes se renforçant, on en devinerait presque les bouquetins sur l’arête, et les souvenirs me reviennent des pancakes cuisinés au sommet, il y a quelques années. Bergerie de la Grande Cabane, pas de la ville à droite, sources dégagées du fait de peu de neige, tout se combine pour faire de cette journée une des plus belle, au seul détail que ça caille grave (-7°C en moyenne, le matin, quand le soleil est levé), et mes orteils le ressentent. Coup de gueule au refuge, il y en a qui ont ch… sur les bords des murs et le lendemain idem (la personne se souviendra de ma remarque j’espère, car on est pas des porcs et je déteste marcher dans la merde !).

quatre × 4 =