Refuge de la Flégère – Les Houches

Destination : Suisse » Italie » France » Europe » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | 


Refuge de la Flégère – Les Houches - Tour du Mont-Blanc
Posté le :


Ce lundi est à priori le dernier jour de beau temps ce qui complique un peu mes plans, mon billet de retour est prévu pour le mercredi, j’avais vu large, je serais bien allé à Chamonix prendre le téléphérique pour monter au Pic du Midi admirer la vue mais si il pleut…Du coup je décide de finir et d’improviser une fois aux Houches.

On attaque donc la journée en marchant en balcon en face du massif, on se perd un peu au début, le sentier n’est pas très clair et il faut dire qu’il y a des routes, des téléphériques dans tous les sens, je préfèrerais décidemment bien plus le côté Italien…Le point positif c’est qu’il y a peu d’immeubles hors Chamonix, de ce côté-là ils ont évité l’anarchie !

On arrive au Col du Brévent, on repasse sur l’autre versant avec une nouvelle vue, le paysage est très rocailleux à cet endroit, il y a encore quelques échelles à passer en direction du sommet du Brévent, c’est à cet endroit que je fais une rencontre décisive pour la fin de mon voyage, je retombe sur Dominique avec qui j’avais marché le 3ème jour au niveau du Col des Fours et passé du temps en refuge. C’est une grosse coïncidence car il allait attaquer la descente vers les Houches tandis que nous allions avec Christian et Anne-Marie monter au sommet du Brévent, nous discutons 2min, je lui explique que je suis un peu coincé par le mauvais temps qui arrive et surtout les grèves SNCF prévues le lendemain, il me propose alors gentiment de me déposer à la Gare de Lyon qui est tout près de chez lui ! Gros coup de chance !

Du coup je dis au revoir à mes amis et continue le chemin avec lui d’un bon pas, nos atteignons le refuge de Bel-Achat où nous nous arrêtons manger et où je rencontre une personne avec qui Dominique à marché ces derniers jours, un Québécois bien en forme qui monte les cols très très vite et qui va ensuite faire la Route des vins en Alsace avec un ami.

On ne s’attarde pas et attaquons la longue descente finale vers les Houches, la fin se déroule en forêt, un peu dur pour les jambes mais le plaisir de boucler la boucle est plus fort et c’est avec joie que nous arrivons aux Houches et buvons un coup avant de partir !
Pour la petite histoire nous arrivons vers 18h à Lyon, je chope un TGV à 18h30 et j’arrive chez moi à Cergy vers 21h30, rapide!

Difficile de résumer ce trek, le premier en solo pour moi, disons que ça n’a fait que renforcer mes convictions sur de nombreuses choses, que c’était fantastique d’un bout à l’autre et que je ne peux que vous inviter à vous lancer c’est la seule façon d’expérimenter ces sensations sublimes…
D’un point de vue personnel j’ai de très nombreux projets, entre autres le GR20 (Tour de Corse) qui est très très tentant, la Norvège, le Kilimandjaro découvert en détail récemment, le Haut Atlas au Maroc, le Canada, Les US et leurs Parcs Nationaux, toute l’Amérique du sud (Bolivie/Pérou/Chili et Argentine en premiers) et le Népal bien sûr…
Je remercie toutes les personnes que j’ai pu rencontré, car c’est ça et surtout ça aussi la route à pied, en particulier Anne-Marie, Christian et Elizabeth ainsi que Dominique, vraiment super sympa !
Mention aussi aux membres des forums Randonnée léger et David Manise pour leurs conseils!

Epilogue

L’ensemble des photos sont dispos dans cet album : Photos TMB 2K10 (En haut à droite pour lancer un diaporama).

D’un point de vue matériel le bilan est clair : j’ai porté ma tente pour rien, j’aurai pu remplacer mon sac de couchage par mon drap de soie et j’aurai pu me passer de ma popote, du gaz et du réchaud, bref j’aurai pu marcher avec 4Kg de moins, c’est vraiment la leçon que je retire de ce trek, pourtant je savais que le poids était l’ennemi du marcheur mais j’envisageai plus de bivouacs, un plus grand besoin d’autonomie (et dans ce cas ma liste est parfaite, si ce n’est de remplacer à terme 2/3 objets : une tente encore plus légère voir un tarp, un sac en duvet = énorme gain de place et de poids, j’aime le synthétique mais faisant le choix de dormir relativement protégé le duvet ne crains rien et une popote en titane).
Il ne m’aura manqué que des gants pendant 1h en particulier où j’ai bien dégusté, mais désormais en montagne j’en emmènerai toujours une paire fine, ça pèse pas grand-chose !
Pour mon prochain trek je reverrai un peu ma config, d’une part j’oublie le reflex, même si je n’ai pas regretté de l’emmener mais un bon compact voir un micro 4/3 serait plus adapté, le reflex est a privilégier sur des sorties à la journée ou 2/3jours, et surtout orienté photo, c’est-à-dire où on a le temps de prendre le temps d’en faire…

Je n’avais pas de sur-sac à dos, j’en prendrai un, le poncho c’est bien ça couvre tout mais c’est pas respirant et pas fonctionnel, dans le cas d’une petite pluie où l’on peut s’en passer avec une casquette et des vêtements qui sèchent vite c’est utile de pouvoir quand même recouvrir son sac à dos qui lui doit être préservé au maximum.
J’envisagerai aussi un sac porté à l’avant ou au minimum une banane, durant ce trek mon étui reflex faisait office de pochette papier/argent ect, par contre je n’avait pas accès au topo rapidement et ça peut-être gênant si le chemin n’est pas aussi bien balisé que sur le TMB.

Voilà j’espère vous avoir donné envie, ça vaut le déplacement !

Retrouvez mes aventures sur mon blog : www.intomywild.com

3 + sept =