Refuge Elizabetta – Refuge Bertone

Destination : Suisse » Italie » France » Europe » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | 


Refuge Elizabetta – Refuge Bertone - Tour du Mont-Blanc
Posté le :


La nuit à été impeccable, je me lève vers 6h30, grosse journée qui s’annonce, petit déj’ désormais classique lait/chocolat, pain/beurre, miel et confiture.
Le départ est tranquille, sentier en balcon, sur du plat comme hier soir, puis d’un coup le balisage indique un petit sentier à droite, qui monte, très raide !
On prend de l’altitude, le temps est magnifique, quelques marmottes se dorent au soleil, et d’un coup, près d’un point d’eau, j’entends un berger hurler sur son patou, « Kiki » et je les vois apparaître au bout du chemin, le chien à fond la caisse derrière une partie du troupeau, je m’arrête pour les observer, c’est impressionnant à quelle vitesse cours le chien, dans tous les sens, et à quel point il répond aux ordres que lui donne son maître…

Je continue en passant au milieu du troupeau qui est complètement éparpillé malgré les efforts du chien, un peu plus loin en bas d’une montée je suis seul face à une vache située un peu plus haut, elle me fonce droit dessus, apparemment paniquée d’avoir perdu le troupeau, je fais tourner un bâton en l’air et elle s’arrête net à 2m de moi, me regarde deux secondes et repart à pleine vitesse en direction du point d’eau…Vu le terrain je n’arrive pas à comprendre, vu leur poids, comment elles arrivent à ne pas se briser les articulations…
La marche continue, sur la gauche, le massif, sur la droite quelques petits lacs, je suis dans mon élément !

Après avoir passé l’Arp vieille inférieure et supérieure j’arrive vers 12h30 à Maison Vieille où un sympathique refuge est synonyme de repas, je commande un plat de spaghetti délicieuse livré avec un bol de parmesan pour 10€ que j’englouti en terrasse.

Je repars rapidement pour m’arrêter à nouveau 15min plus tard pour une petite sieste d’une demi heure avec la vue sur Courmayeur, mais avant je croise un marcheur avec qui je discute un peu, il a un énorme sac à dos (ça fait plaisir de voir quelqu’un plus chargé que moi), il fait le Tour mais dans l’autre sens, en autonomie et en bivouac, il m’explique qu’en général il arrive à trouver des coins où poser sa tente (ma principale interrogation ne connaissant pas le terrain je ne sais jamais où et quand je pourrais m’arrêter, et puis faut dire que j’ai vraiment aimé les refuges, les gens rencontrés et l’ambiance…), je lui signale le temps froid au Col du Bonhomme, il ne fait pas de variantes, je lui dis que c’est dommage car au final c’est vraiment des passages magnifiques et pas forcement plus longs.

Après cet arrêt je file un peu plus bas pour tomber sur le téléphérique qui descend à Courmayeur,  c’eut été un luxe honteux, heureusement il est fermé depuis le 31 Août et j’attaque donc la descente sur Courmayeur.

Descente très raide pour une arrivée dans le village de Dolonne, je ne m’attendais pas à un truc aussi beau, des maisons superbes, un silence dans les rues, une ambiance, j’ai adoré…

Puis suis Courmayeur, là on sens plus la station, l’argent…D’ailleurs je vais à l’office de tourisme pour savoir où je peux retirer du cash car je suis un peu court, je repars ensuite au feeling et me paume en partant trop à gauche dans la ville par rapport à mon objectif, il fait vraiment chaud comparé aux températures rencontrées jusque là, je reviens sur mes pas et retrouve finalement mon chemin après avoir tenté de parlé à des gens en franç-Ital-glais sans trop de succès !
Dernière ascension de cette longue étape, la montée au refuge Bertone, 700m de dénivelé environ, dans la forêt, bien hard avec mon lourd bagage, je me fais doubler deux fois par une traileuse très affûtée qui s’entraîne donc en montant en courant, vu sa vitesse et les répétitions de montée/descente je situe direct son niveau dans une fourchette très haute…Je maudis mon sac et rêve à nouveau de pouvoir en faire autant un jour…
J’arrive enfin au refuge Bertone, unanimement je crois le refuge le plus sympa du Tour, accueil impeccable, vue depuis la terrasse juste superbe sur Courmayeur, dortoir en mezzanine au top, sanitaires en bon état et repas copieux et très bon, autant dire que j’ai été très content de mon passage !

En arrivant vers 17h je suis ceci dit dans un sale état, je me présente et il s’avère que je n’ai pas réservé alors que je croyais que si, pas de soucis il y a de la place, je demande au tenancier si il aurait quelque chose à manger, il me propose du fromage, je lui dis pourquoi pas (à cette heure là je mangerai n’importe quoi d’façon), je l’attend installé dehors et le voit arriver avec une énorme assiette de charcuterie, fromage et pain, autant dire que ça dépasse mes espérances mais j’ai tellement faim que je la finie en entier ! Après une douche chaude et m’être installé dans la mezzanine du dortoir (que j’aurai pour moi tout seul vu le peu de monde) je bouquine un peu sur un transat en profitant de la vue extraordinaire…


Le repas, toujours vers 19h est classique, soupe, polenta, viande, fruit, on nous demande de finir le plat et après ma collation en arrivant autant dire que je suis près a exploser !
On joue ensuite un peu aux cartes avec des personnes sympathiques (dont Dominique le Lyonnais) qui marchent sur les mêmes traces que moi avant d’aller sombrer dans le sommeil…

quatre + un =