Refuge Frey – refuge San Martin

Destination : Amérique » Argentine | Montagne : Patagonie | Activité : Randonnée  | 

Deuxième journée de randonnée autour du Cerro Catedral dans le parc national Nahuel Huapi. Départ du refuge Emilio Frey pour le refuge San Martin près de la laguna Jakob.


Carnet : Nahuel Huapi : Tour du Cerro Catedral
  • D+ : 731 m
  • D- : 883 m
  • Temps de marche : 6h00

Environs du Cerro Catedral

Après un petit-déjeuner pris au refuge, on décolle à 9h00. La majorité des argentins dorment encore. C’est que les habitudes en refuge ou en bivouac ne sont pas les mêmes qu’en France. Ici, on se couche tard et on se lève tard aussi. Avoir son petit-déjeuner à 8h00 dans un refuge tient presque du miracle.

La nuit a été épouvantable. Le vent a soufflé sans discontinué. Je ne suis pas bougon en me levant mais disons pas très en forme. Face à nous, les aiguilles du Catedral (2405 m) sont imposantes. Y a t-il plus beau réveil dans le coin ?

Laguna Schmoll

Depuis les bords de la lagune, difficile de dire où nous allons passer. Le sentier marqué de ronds rouges monte dans les éboulis jusqu’à la laguna Schmoll (1940 m). Reste encore un petit coup de reins pour atteindre le col (2030 m) entre la Torre Piramidal (2078 m) et la Roca Inclinada (2137 m). Une superbe vue s’ouvre à nous de la laguna Nahuel Huapi au nord au mont Tronador (3484 m) à l’ouest. Autant bien en profiter car Simon nous annonce une descente pas de tout repos dans la vallée de Rucaco. D’abord de gros éboulis à passer puis des zigzags pentus et pierreux pour finir de nouveau par de gros éboulis. C’est physique. Tout le monde est content d’atteindre la rivière Rucaco pour manger et se reposer.

Au col sans nom - vue sur le Tronador

Il reste trois heures de marche. Le chemin remonte le vallon, d’abord sous le couvert forestier puis sous les rayons intrépides d’un soleil assassin. La pente finale pour rejoindre le second col (1932 m) de la journée est raide. Les visages sont tirés par la fatigue et les coups de soleil commencent à faire leur apparition.

Descente dans les éboulis vers le refuge San Martin

Nouveau superbe panorama du Cerro Negro (1970 m) jusqu’au Cerro Curerons del Diablo. Une petite pause s’impose avant d’entamer la seconde grosse descente de la journée. Un peu avant le refuge, on croise une petite colonie d’ouettes rousses qui reste au sol à cause de la présence de jeunes. Sinon il y a peu de chance que nous les aurions observé d’aussi prêt.

Un couple d'ouette rousse et leurs poussins

A l’arrivée au refuge San Martin, on compte un bâton de marche de casser, des jambes raides et des corps endoloris par l’effort et les sacs à dos parfois trop lourds. Heureusement, le refuge a de la Quilmès !

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

vingt − six =