Refuge Manfredo Segre – Lagune C.A.B. (Lluvu)

Destination : Argentine » Amérique | Montagne : Andes ; Patagonie | Activité : Randonnée  | 


Cinquième jour de trekking entre le refuge Manfredo Segre et la lagune C.A.B. (Lluvu) dans le parc national Nahuel Huapi en Argentine. Le sixième jour, le mauvais temps nous bloque une journée complète dans la tente.
Posté le :


Carnet : Traversée du Parc National Nahuel Huapi

Jour 5 : Refuge Manfredo Segre – Lagune C.A.B. (Lluvu)

  • Temps de marche : 3h15
  • Distance : 7km
  • Dénivelés : +680 m / -810 m

Au réveil, il pleut encore et le vent souffle. Nous trainons toute la matinée sous la tente avant finalement de se décider à partir vers midi lors d’une accalmie. Nous avons eu écho que le beau temps devrait revenir… Nous contournons la lagune Negra, escaladons une mini-barre rocheuse et grimpons vers le col Negro culminant tout juste à 1800 mètres, avec le vent, la pluie qui sont finalement de retour et qui nous fouettent le visage.

Une longue descente en forêt dans une belle végétation s’ensuit. Par ce temps, ça glisse pas mal… Nous arrivons dans le fond de la vallée La Cahata, bien trempés. La végétation est ici très dense. Il faut parfois batailler avec… Dans la remontée, nous croisons de nouveau les Américains. Ils semblent joyeux, même par ce temps, ils chantent, rigolent… Ce n’est pas normal, ils doivent certainement venir d’Alaska…

Arrivés à la lagune Lluvu, plus communément appelée lagune C.A.B. en l’honneur du Club Andino de Bariloche, nous ne trouvons pas la suite de l’itinéraire. Trempés jusqu’aux os, après seulement trois heures de marche, nous n’avons aucune envie de chercher le sentier au travers des arbustes également détrempés. Nous montons la tente et nous nous y refugions pour le reste de la journée.

Jour 6 : Lagune C.A.B. (Lluvu)

Il a plu toute la nuit et il fait toujours un temps de chien… Adieu Paso de las Nubes, adieu croisière sur le lac Nahuel Huapi, nous prenons trop de retard, nous n’aurons jamais le temps d’aller jusqu’au bout de ce que nous avions prévu. Nous devrons sortir du massif à Pampa Linda…

Nous restons blottis dans la tente toute la journée, sortant aux rares accalmies pour aller au petit coin et remplir les gourdes, en vitesse ! Nous scrutons le baromètre en permanence, qui ne varie guère. Les tentes des Américains ne sont qu’à une cinquantaine de mètres de la nôtre, mais nous ne les voyons même pas, eux aussi sont blottis dans leurs abris.

A vingt heures, il neige ! Adieu Pampa Linda, adieu volcan Tronador, c’est fini, nous n’aurons pas suffisamment de temps et de nourriture pour continuer. Nous allons devoir faire demi-tour demain, si nous pouvons !

 

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net