Refuge Neltner, agitation multilingue…

Destination : Maroc » Afrique | Montagne : Haut-Atlas | Activité : Randonnée  | 


Refuge Neltner, agitation multilingue… - Toubkal, le géant d’Afrique du Nord
Posté le :


Ce soir, si tout va bien, nous aurons rejoint notre « camp de base » : le refuge Neltner, incontournable point de départ de l’ascension du Toubkal. Depuis Aremd, nous progressons au cœur d’une morne plaine de cailloux. Nous retrouvons la végétation en attaquant la montée en rive droite avant d’atteindre le Marabout de Sidi Chamharouch. Entouré d’un « souk » improvisé, un rocher recouvert de peinture blanche possèderait des vertus thérapeutique contre les troubles psychologiques et permettrait de retrouver la Baraka (« bénédiction d’Allah »). Fi de l’aura sacrée du lieu et place au mercantilisme. Les commerçants nous interpellent : « Achetez nos babouches climatisées et nos tapis volants pour virevolter sans effort jusqu’au Toubkal ! Eh la gazelle, tu es sûre que tu n’as besoin de rien ? » « Euh… un chèch, peut-être ? »

Foulards sur la tête, nous repartons définitivement protégés du soleil. Un panneau rappelle que le parc national du Toubkal a lancé un programme de conservation du Gypaète barbu (appelé « Merz Ikhsan » en berbère ou « casseur d’os »). La dépose d’os et la sensibilisation de la population locale tentent de préserver les rapaces, qui représentent ici les derniers spécimens d’Afrique du nord.

Une montée en rive gauche nous mène enfin au refuge Neltner, à 3200 mètres (en hommage au français Louis Neltner, chargé de dessiner la carte géologique du Haut Atlas Occidental). Toutes les nationalités convergent vers le large bâtiment en pierre avant « l’assaut » final du plus haut sommet d’Afrique du Nord. Tentes d’expédition dressées en pagaille sous un ciel menaçant, cliquetis des sardines plantées à coups de pierres sur un sol rebelle, refuge bondé à l’heure du thé, foire d’empoigne du côté des douches, piaillements multiculturels… Pour ainsi dire : un vrai souk ! Ne sommes-nous pas censés nous retrouver en haute montagne ?

Des maçons marocains, qui travaillent à l’agrandissement du site, chantent à gorge déployée à l’intérieur du refuge. La nuit tombe, glacée, mais le ciel, de plus en plus dégagé, porte la promesse d’une éclaircie matinale.

Altitude max : 3200 mètres
Dénivelée + : 1200 mètres
Dénivelée – : 0 mètres
Durée moyenne de marche : 5 heures


Randonnée et ascension réalisée avec Sur les Hauteurs, spécialiste des voyages sportifs à travers les Pyrénées et sur les plus belles montagnes du monde.

A propos de l'auteur

Journaliste & photographe de voyage depuis 2001, j'aime partir à l'aventure "à pied, à cheval, en voiture" comme qui dirait... Mes zones de prédilection ? L'Amérique du sud, l'Asie Centrale et, en général, tous ces endroits de "wilderness" que je parcours avec un émerve...



http://www.celinebarrere.com/

1 × cinq =