Refuge Otto Meiling – Puerto Frías

Destination : Argentine » Amérique | Montagne : Andes ; Patagonie | Activité : Randonnée  | 


Dernière étape de notre trekking entre le refuge Otto Meiling et Puerto Frías dans le parc national Nahuel Huapi en Patagonie
Posté le :


Carnet : Traversée du Parc National Nahuel Huapi

  • Temps de marche : 7h40
  • Distance : 30km
  • Dénivelés : +745 m / -1810 m

Le lever du soleil sur le Tronador donne de magnifiques couleurs au petit matin. Nous avons planché toute la soirée sur la carte car il nous faut être ce soir à Bariloche, mais il nous reste deux jours de marche. Avec en plus un handicap, il nous faut arriver à Puerto Frías avant dix-sept heures, l’heure à laquelle le bateau quitte le port.

Huit heures et demie, le compte à rebours est lancé. Nous avons huit heures pour atteindre Puerto Frías ! Nous redescendons du volcan à bon pas et admirons une dernière fois ses glaciers. Nous mettons deux heures pour rejoindre la croisée des chemins dans la vallée, nous sommes dans les temps !

Nous remontons en direction Paso de las Nubes, le col des Nuages, un nom qui laisse rêveur. Le sentier est plutôt tranquille au début, mais après la rivière à traverser à gué, il grimpe plus sèchement. Quasi tout le parcours est en forêt, ça ne se dégage que sur la fin.
Arrivés au refuge Agostino Rocca situé sur le col à 1400 mètres d’altitude, avec quinze minutes de retard sur notre timing, nous questionnons les gardiens sur la suite du parcours. « Impossible, il faut normalement sept heures, cinq si vous marchez bien, vous ne pourrez pas y être à temps » qu’ils nous disent. Après leur avoir expliqué d’où nous arrivons et le temps que nous avons mis, ils changent d’avis. « Vous êtes des trekkeurs de compétition ? Si vous gardez votre rythme, vous pouvez y être en un peu moins de quatre heures »

Ni une, ni deux, nous dégringolons l’autre versant du col à petite foulée jusqu’au fond de la vallée Frías. Là, nous nous disons que n’avons plus qu’à suivre le fond de la vallée le long de la rivière tranquillement jusqu’à Puerto Frías. Il n’en est rien !

De là, commence un véritable parcours du combattant qui va durer deux heures ! Dans une forêt dense, humide, marécageuse, glissante et pleines d’obstacles. Il n’y a pas de véritable chemin, c’est un bordel sans nom…
Nous arrivons finalement au port, vingt minutes avant le départ du bateau. Pari gagné ! Nous rentrons tranquillement. Durant deux petites heures, nous sommes bercés par les vagues de lagune Frías, puis du lac Nahuel Huapi à bord d’un catamaran.

 

Simon Dubuis
A propos de l'auteur

Voici quelques années, je me suis échappé d'une vie qu'il faut souvent suivre au pas... Aujourd'hui je déborde d'énergie que je dépense dans la marche afin de parcourir des milliers de kilomètres pour découvrir les merveilles de la nature. Mes terrains de jeux préférés étant les montagnes et les zones désertiques, là où poussent le...



http://www.dubuis.net