Santa Cruz – Cordoue

Destination : Espagne | Activité : Randonnée  | 


18ème jour de nnotre traversée de l'Andalousie à pied entre Santa Cruz - Cordoue en Espagne : + 455 m / - 525 m / 27,3 km / 6h00.
Posté le :


Carnet : Traversée de l'Andalousie
0
(0)

Cordoue

Compte tenu des difficultés d’hébergement à Cordoue durant le week-end du 1er mai nous avions décidé de dormir trois nuits à Santa Cruz. Bien nous en a pris, car il a plu toute la nuit et il pleut encore le matin, à tel point que nous retardons notre départ en bus pour aller visiter Cordoue. En trente minutes un bus confortable nous mène à la gare routière de Cordoue située à environ quinze minutes de marche de la vieille ville. La pluie tombe drue à notre arrivée et nous sommes obligés de patienter en attendant l’accalmie.

Quand l’intensité diminue, lassés d’attendre, nous partons en rasant les façades pour profiter au maximum des auvents. Nous nous dirigeons vers la célèbre mosquée cathédrale afin d’être à l’abri des intempéries. À notre grand étonnement la file d’attente pour la visite est réduite et nous pouvons accéder rapidement à l’intérieur de cet édifice aux dimensions impressionnantes. Les extensions successives de la mosquée lui permettaient d’accueillir jusqu’à quarante mille fidèles. La juxtaposition de styles aussi différents ne manque pas d’étonner. La sobriété des riches enluminures du style arabe contraste avec le foisonnement des sculptures du baroque.

Entre rares éclaircies et grains nous poursuivons la visite vers le pont romain traversant le Guadalquivir puis les ruelles étroites et tortueuses de la vieille ville. Les maisons blanches sont fréquemment décorées de fleurs et certaines montrent de magnifiques patios intérieurs.

C’est la fête des croix de mai et sur les placettes les habitants ont déployé des croix décorées de fleurs tout en absorbant moult boissons et tapas à l’abri des chapiteaux dressés à côté dans une ambiance sonore à haut niveau. Nous terminons notre visite par la petite synagogue sobrement restaurée.

30/04 :

À nouveau nous prenons le bus pour rejoindre Cordoue. Le ciel a retrouvé une couleur limpide qu’il va perdre petit à petit au cours de la journée. Nous commençons par visiter l’Alcazar et ses jardins qui sont loin d’être aussi charmants que ceux de Séville.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite au covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, cliquez ici.

Le top 10 de nos partenaires :

Nous errons ensuite au hasard des rues. D’abord, dans le quartier proche de l’Alcazar et des écuries aux maisons blanches abondamment fleuries puis sur les rives du Guadalquivir et les rues de la vieille ville.

Nous y découvrons de nouvelles croix de mai avec une ambiance toujours animée et sommes impressionnés par les dimensions imposantes de la grande place de la Corredera.

Pour terminer nous rejoignons la gare routière en passant par les ruines romaines découvertes à proximité de l’hôtel de ville. Nous avons erré beaucoup au hasard et en fin de journée sommes plus fatigués qu’après certaines journées de marche et j’ai du mal à garder les yeux ouverts dans le bus pour ne pas manquer l’arrêt à Santa Cruz.

Santa Cruz – Cordoue

 + 455 m / – 525 m  27,3 km  6h00

Après ces journées de temps gris, ce matin, le ciel est d’un bleu limpide quand nous chargeons à nouveau notre sac pour rejoindre Cordoue. Nous marchons d’un bon pas sur la petite route qui monte doucement au milieu des champs cultivés. Dans les lointains des villages resplendissant sous le soleil matinal apparaissent perchés sur leurs collines. L’atmosphère lavée par les pluies passées est pure et l’horizon très net. Je suis quand même un peu inquiet sur l’état des chemins que nous allons trouver quand nous quitterons la route goudronnée. En effet, il est peu vraisemblable que la boue ait eu le temps de sécher complètement et le parcours risque d’être long si nous pataugeons comme nous l’avons expérimenté avant Santa Cruz. Mais il faut bien avancer pour voir sur place. Après six kilomètres parcourus rapidement nous empruntons un large chemin de terre et comprenons rapidement que, même si les conditions se sont améliorées car nous n’enfonçons pas trop, la marche ne va pas être de tout repos. En effet, en quelques mètres nos semelles se chargent de glaise collante et très difficile à ôter. Nos belles chaussures fraîchement nettoyées prennent très vite à nouveau une couleur brunâtre et terreuse. Nous hésitons un moment à rebrousser chemin et à emprunter une petite route qui pourrait nous amener à Cordoue, mais au prix d’un détour d’au moins 7 ou 8 kilomètres. Des traces de passage d’un VTT et de quelques marcheurs nous laissent penser que l’itinéraire est quand même praticable et nous poursuivons. Certains passages sont facilités grâce au rebord herbeux mais régulièrement nos chaussures se rechargent d’une épaisseur de boue impressionnante. Le chemin joue aux montagnes russes dans un paysage de cultures qui l’animent de leurs couleurs variées. Les champs de fèves succèdent aux plantations de céréales et de tournesol dans une belle harmonie géométrique.

Au bout d’environ 5 kilomètres, après le cortijo de la Torre de Juan Gil, une large piste empierrée nous délivre de cette marche chaotique et nous pouvons accélérer le pas sans forcer. Les cultures d’oliviers ont disparu laissant la place aux amandiers. À l’entrée d’un long plateau, la ville de Cordoue se dévoile au loin mais nous pressentons qu’il faudra encore beaucoup de temps pour y arriver ; en fait, au moins deux heures. Quelques courtes montées et descentes mènent à une petite route qui rejoint les faubourgs résidentiels de Cordoue. Leur traversée est relativement rapide et nous atteignons le pont romain sur la Guadalquivir dont les pierres irradient une chaude lumière sous les rayons du soleil.

Les rues de la ville sont envahies de monde et les terrasses des cafés pleines de visiteurs qui se prélassent au soleil.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Jean Pierre
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La vidéo du Moment : Traversée du Massif Central à Pied
Share via
Copy link