Ski aventure à Rila

Destination : Europe » Bulgarie | Montagne : Chaîne des Balkans ; Rila ; Vitosha | Activité : Ski de Randonnée  | Agence : Odysseia-in 


Le ciel est enfin au beau fixe. Une belle journée de ski de randonnée nous attend mais aussi quelques aventures...
Posté le :


Carnet : Ski de randonnée dans les montagnes de Bulgarie
  • Durée : 10h00
  • Dénivelé : +960 m ; – 1900 m

Georgie, notre ange-gardien et son chien

Le lendemain, le ciel est d’un bleu provocateur. Rien à voir avec la purée d’hier. Avec Maya, on décide finalement de rejoindre la ville de Kostenets en passant par le refuge de Belmeken (2224 m). Là encore, nos plans vont être bouleversés.

Le massif du Pirin en arrière-plan

C’est assez déconcertant de remonter le même vallon que la veille et de profiter du paysage qui nous entoure. La vue pousse jusqu’au Rhodopes et le massif du Pirin le long de la frontière avec la Grèce. Nous sommes seuls, personne à l’horizon, pas même un animal sauvage. Les pins mugos sont chargés de neige. Quel décor idyllique !

Les pins Mugo sont chargés de neige. A ce moment, je ne sais pas que je vais moins les aimer dans quelques heures

Nous suivons les 44 balises hivernales. Le vent se lève comme la veille lorsque nous approchons de la crête. Maya juge les pentes pour descendre sur le refuge de Belmeken trop exposées aux avalanches et me propose de rejoindre Kostenets par une vallée parallèle. J’accepte sa proposition. Il nous faut encore monter un peu dans le vent et dans le froid jusqu’au sommet du Ravni Chai (2637 m). On étudie la carte, on retire les peaux de phoque et on s’élance dans la pente. Sur le haut, la neige est verglacée, 100 mètres plus bas, Maya trouve une bonne poudreuse et enchaîne les virages. Je la suis. La neige est légère, aucune trace à l’horizon. Du pur bonheur.

A l'approche du Ravni Chai (2637 m)

La vallon se rétrécit, les pins mugos se font plus nombreux jusqu’à former une barrière presque infranchissable. Nous comprenons que la suite sera plus aventureuse. Les 40 à 50 cm qu’il vient de neiger les jours précédents ne sont pas suffisants pour recouvrir les pins. Nous devons slalomer entre-eux, monter, descendre, décoincer les skis pris dans les branches, rechausser. On s’épuise dans ce pétrin. Il nous faudra deux bonnes heures pour traverser la zone. Une fois dans la sapinière, la progression est un peu plus rapide. On rejoint une piste forestière à la nuit. On finit la descente à la frontale. Georgie vient à notre rencontre avec son Audi A6 et nous dépose à Raduil. L’étape a duré 10h00. On a bien cru à un moment devoir construire notre igloo. Mais Georgie, notre ange-gardien, était là pour nous tirer d’affaire.

 Retirer les peaux de phoque et descendre

Greg
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com