Sous le Cabaliros

Destination : France » Occitanie | Montagne : Pyrénées | Activité : Raquettes à neige  | Agence : Randonades 

Dernière journée de randonnée sous les pentes du Cabaliros qui surplombent Cauterets. En fin de journée, détente au spa, hammam, jacuzzi, sauna des Bains du Rocher de la station thermale.


Carnet : Raquettes autour de Cauterets

  • D+ : 465 m
  • D- : 465 m
  • Temps de marche : 4h00

Aujourd’hui, on change d’orientation. Cap au nord ouest de Cauterets. Nous laissons les raquettes dans la camionnette malgré la neige qui est tombé cette nuit. La randonnée étant courte pour ce dernier jour, ça devrait suffire sans les raquettes.

Petite neige deviendra grande

Le point de départ se situe au parking de la ferme Igau. On remonte une piste forestière qui ne tarde pas à être recouvert d’une fine pellicule de neige. Les branches des arbres, hêtres surtout, sont eux aussi étincelants de blanc. Plus on monte, plus la pellicule prend de l’épaisseur. On s’est écarté du sentier et on regrette d’avoir laissé les raquettes à la camionnette.

Les granges d’Espoune

On prend le cap du Tuque de la Courbe (2062 m) qui se détache devant nous. L’idée est de passer le ruisseau du Bourg Débat mais force est de constater qu’on est entrain de se mettre dans un plan assez galère. Blandine prend la décision de faire demi-tour. Le soleil tombe vite derrière le Pic de Peyre Nère (1747 m). Du coup, on descend vers les granges d’Espoune et on y pique-nique à l’abri du vent.

Ce sont des granges dites « foraines » appelées « bordes » dans le pays. Elles sont situées entre le village et l’estive et constituent avec le pré sur lequel elles sont édifiées le « germ ». Cette zone intermédiaire répond aux besoins du bétail en avant et arrière saison suivant l’arrivée et le retrait de la neige.

La pente sur laquelle elles sont construites perpendiculairement à celle-ci , est judicieusement utilisée: on accède de plain-pied au grenier à foin pour engranger les réserves. Le bétail était ainsi affouragé par des trappes pratiquées au-dessus des rateliers.

Granges d'Espone

L’implantation dans le terrain impose un choix: bâtie en haut du pré, il faut y remonter le fourrage fané; bâtie en bas, il faut remonter le fumier retiré au printemps pour fertiliser la prairie.

Ces prés en pente reçoivent outre le fumier un arrosage pratiqué par débordement de l’eau canalisée dans des rigoles ou « aguères » qui courent en courbe de niveau. Le terme « espoune » signifie « pré en pente » ou « au bord du ravin » et les deux traductions trouvent ici leur justification.

Le plateau d’Espoune est desservi par une piste récente, tracée aux dimensions du quad du paysan cauterésien qui exploite encore par la fauche cette zone pastorale . L’entretien du paysage est un souci esthétique dans les secteurs de montagne touristiques ; il contribue également au maintien de la sécurité des villages situés en contrebas en maitrisant l’envahissement de la végétation. C’est dire tout l’intérêt des aides pour pérenniser l’agriculture de montagne.

Le groupe à la fin de la randonnée

Détente aux thermes

L’heure tourne, il faut déjà revenir sur Cauterets, non pas pour rentrer chez soi mais pour finir la journée à se détendre dans les bains des thermes de Cauterets. Sauna, hammam, sceau d’eau froide pour les plus courageux complètent ce moment de détente.

Allez pour finir, on part tous boire un verre dans un pub du centre-ville. Même si on n’a pas eu trop de chance avec la neige, quelle sacrée équipe et quelle accompagnatrice !
Superbes moments et des paysages toujours aussi beaux.

 Aux thermes de Cauterets sur un air d'I will survive

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com