Randonnée sur l’Alpe Adria Trail

Destination : Slovénie » Europe | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 4 jours | Difficulté : 3 | Dénivelé : +3530 m/-4115 m | Type d'itinéraire : Ligne | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Chambre d'hôtes, Gite d'étape, et Hôtel
Meilleures Périodes : Juin, Juillet, Août, et Septembre
4 jours de randonnée sur la partie slovène de l’Alpe Adria Trail, un sentier de près de 700 km qui part de l’Autriche pour finir en Italie en passant par la Slovénie. Depuis Kranjska Gora, j’ai relié Tolmin en traversant le parc national du Triglav et en longeant la rivière Soča, l’une des plus belles d’Europe.
Posté le :



Télécharger la "Trace GPS Alpe Adria Trail (partie slovène)" (Téléchargement :247 fois)
4.5
(2)

La Slovénie compte plus de 15 000 km de sentiers balisés et 3 chaînes de montagne de plus de 2000 m : les Alpes juliennes, les Alpes de Kammik-Savinja et les Karavanke.

Plusieurs grands sentiers de randonnée traversent la Slovénie comme la Via Alpina et les sentiers de randonnée E6 et E7. Mais le pays a aussi ses propres GR. Le sentier alpin slovène (n°1) se réalise en 28 jours au départ de Maribor, le sentier de la paix le long de la frontière italienne et l’Alpe Adria Trail.

2012 : naissance de l’Alpe Adria Trail

L’Alpe Adria Trail est un sentier de Grande Randonnée à cheval sur trois pays : l’Autriche, la Slovénie et l’Italie. Il démarre dans le massif du Grossglockner en Autriche pour se terminer à Muggia près de Trieste en Italie le long de la côte adriatique.

 

Long de 690 km, l’itinéraire se réalise en 37 étapes. En option, une boucle de 6 jours autour de la chaîne des Karavanke, entre Autriche et Slovénie, peut se réaliser. Durant 7 jours, il est en Slovénie, du col de Jepca dans la chaîne des Karavanke au sud de Tolmin le long de la rivière Soča en passant par le parc national du Triglav. Il bascule en Italie avant de refaire un passage en Slovénie dans le secteur de Brda pour définitivement se terminer dans le karst italien.

J’ai marché 4 jours sur la partie slovène de l’Alpe Adria Trail de Kranjska Gora à Tolmin.

La vidéo de mes 4 jours sur l’Alpe Adria Trail en Slovénie

Avant de lire le récit de mes 4 jours de randonnée, regardez la vidéo.

Kranjska Gora – Trenta

+ 1040 m / – 122 5m 19 km  6h30

J’aurais normalement dû démarrer ma randonnée hier du col de Jepca qui sert de frontière entre l’Autriche et la Slovénie mais l’orage a chamboulé mes plans. C’est depuis la station de Kranjska Gora (810 m) que je me lance finalement sur la partie slovène de l’Alpe Adria Trail, tout du moins jusqu’à Tolmin.

Kranjska Gora est un charmant village de montagne et la plus importante station de ski de Slovénie. Été comme hiver, le village est tourné vers les activités outdoors : ski, cascade de glace pour l’hiver, escalade, VTT et randonnée pour l’été. Un merveilleux camp de base pour explorer le parc national du Triglav dans les Alpes juliennes et la chaîne des Karavanke.

Aujourd’hui, C’est Iztok Butinar, guide pour le parc national, qui m’acompagne pour cette première étape entre Kranjska Gora et Trenta. Le sentier remonte la vallée de Pisnica par un large chemin. La montagne de Prisank (2547 m) nous fait face tout le début de la matinée.

On traverse la rivière, croisons une chapelle russe puis la maison d’Heidi qui servit au film. « Tout est fake » me dit Iztok. Et c’est vrai qu’en s’approchant de la bâtisse, elle ressemble plus à un décor en bois mâché qu’à une vraie ferme de montagne!

Le sentier se met à grimper plus sérieusement jusqu’au col de Vrsič (1688 m). Beaucoup de voitures et de motos sont au col. Bruits et pots d’échappement nous invitent à descendre rapidement, d’abord par la route puis nous récupérons le chemin qui s’enfonce dans la forêt. Nous venons de basculer sur le versant sud. La forêt prend de nouvelles allures, les essences changent, les fleurs sont moins présentes.

En cours de route, arrêt à Koča Pri Izviru Soče pour y casser la croûte avant de rejoindre la source de la rivière Soča par un sentier escarpé mais câblé. Cela n’empêche pas les touristes lambdas de s’y rendre en tongue avec des enfants en bas âges. J’ai parfois du mal à comprendre les parents. Si eux-mêmes étaient déjà un peu adulte… C’est aussi à ce même endroit que nous faisons la connaissance de Cosima, une allemande expatriée à Amsterdam. Elle est ici pour ses vacances. A trois, nous descendons le début du Soča Trail jusqu’à Trenta, petit hameau qui héberge la maison du parc national du Triglav, laquelle comprend un musée, une exposition, une petite boutique, quelques chambres et appartements à louer. Camping, fermes, restaurant et petit supermarché complètent les accommodations.

Je m’installe dans l’un des appartements du Trenta Lodge géré par le parc national et pars dîner chez Marko Pretner qui tient avec sa femme une ferme écotouriste. Ils y accueillent des vacanciers et réalisent sur commande des repas organiques. Tout ici est frais et respire le produit naturel.

Trenta – Bovec

+ 600 m / – 760 m 22 km  6h00

Hier, j’ai découvert la source de la rivière Soča. Une eau limpide que j’aurai pu boire les yeux fermés. Aujourd’hui, c’est Jasmina de l’office de tourisme de Bovec qui m’accompagne le long de la rivière Soča. Nous resterons quasiment toute la journée le long du cours d’eau.

Ce matin, je me suis levé à 5h00 du matin dans l’espoir de photographier le lever de soleil sur le Triglav, la plus haute montagne de Slovénie (2864 m). C’était sans compter les nuages qui ont fait capoter ma tentative. J’aurais mieux fait de rester au lit. Mais une journée qui débute mal n’est fort heureusement pas forcément une journée qui finit mal.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Déstockage en cours. Jusquà -70% sur plus de 4300 produits)
  • Amazon (librairie et bazar)
  • Chamina Voyages (randonnées en France et en Europe)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – opération déstockage : jusqu’à -80% jusqu’au 27 septembre)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – Déstockage d’été. Jusqu’à -70% sur plus de 10 000 produits)
  • Trekkinn (boutique outdoor – Jusqu’à -50% en ce moment)

Sur cette portion, l’Alpe Adria Trail coïncide avec le Soča Trail. C’est le plus vieux chemin didactique du parc national qui rejoint le village de Bovec. La rivière représente le fil vert du sentier. La Soča a la réputation d’être la plus belle rivière de Slovénie, raison pour laquelle la vallée est classée EDEN (European Destinations of ExcelleNce). J’ai déjà parlé de ce label à propos de Solčavsko, un petit havre de paix en pleine montagne. Et c’est vrai que cette rivière émeraude est sacrément belle. Si émeraude qu’on croirait qu’elle est habitée par le gemme. Il n’en n’est rien. « La fille claire des alpages », comme l’a appelée le poète slovène Simon Gregorčič dans son oeuvre « Soča ».

Dans les eaux de la Soča vit toujours la fameuse truite marbrée, endémique du bassin de l’Adriatique, autre preuve de l’excellente qualité de l’eau. Des pêcheurs viennent du monde entier pour tâtonner leur canne à pêche dans les parages.

Nous marchons sur les deux rives, utilisant de pittoresques passerelles pour passer de l’une à l’autre. Les trois gorges étroites, taillées et polies par la force de l’eau, sont le clou du spectacle. Là, l’eau pure, claire et sauvageonne est d’un bleu turquoise à faire pâlir les Seychelles. On en oublierait presque que l’eau ne dépasse que rarement les 13°C pendant l’été. Cela n’empêche pas les touristes de s’y baigner ni les kayakistes ou les raftings de s’y aventurer.

La pluie se met à tomber lorsque j’arrive à Bovec. C’est un village d’environ 1000 âmes complètement tournés vers le tourisme de plein air, particulièrement sur la Soča. Le centre-ville comporte un nombre incalculable de compagnies d’eaux-vives.

Bovec – Kosec

+ 910 m / – 830 m 24 km  7h30

Ce matin, c’est encore Jasmina qui est là pour m’accompagner pour la journée. Le début de l’étape est éloignée de la rivère Soča mais permet de découvrir deux belles chutes aux allures bien différentes. La première est la cascade de Virje. Quel romantisme dans ces filets d’eau tombant dans un bassin émeraude ! C’est ma préférée. Plus loin, la cascade de Boka, haute de 144 mètres, incarne avec vigueur la force de la nature. Le débit peut atteindre 100 m³ par seconde. Pas très loin de là, le cadre naturel de la rivière a servi pour le tournage du film pour adolescents « Le Monde de Narnia : Prince Caspian ».

Le sentier rejoint la Soča, zigzague autour. Assis sur un rocher, nous regardons les kayaks et les raftings passés. Les kayakistes n’hésitent pas à remonter la rivière pour passer plusieurs fois les rapides. On serait bien resté plus longtemps à les regarder s’amuser dans les eaux de la Soča mais l’étape est encore longue.

 

Après le pont de Trnovo, le sentier monte en lacets sous le Krasji vrh (1768 m) pour ensuite atteindre le charmant village de Drežnica. Au centre de toutes les attentions, l’église vêtue de blanc et son clocher de 52 mètres. Les peintures ont été faites pendant la seconde guerre mondiale par les artistes slovènes Zoran Music et Avgust Cernigoj .

Il reste à sortir du village pour entrer dans celui de Kovec sous la montagne de Krn (2244 m). Là, je dors à la ferme touristique de Kranjc. Un havre de sérénité et de simplicité. On y mange des produits frais et des spécialités locales, on y bois des jus maisons, on y dort bien aussi.

Kosec – Tolmin

+ 980 m / – 1300 m 21 km  6h00

Pour cette dernière journée, c’est Igor Rutar qui me sert de guide. Il est originaire de Tolmin où je termine ma randonnée. J’ai un peu de mal à m’extirper du petit-déjeuner de la ferme Kranjc. Il est copieux et bon.

Le sentier monte en lacets, parfois raides, à travers la forêt. Il coïncide sur cette portion avec le chemin de la paix, un itinéraire de 100 km qui revient à sa façon sur les événements de la première guerre mondiale. La Slovénie fut durement touchée, notamment sur le front de Soča où je me trouve depuis plusieurs jours.

De temps à autre, le paysage s’ouvre entre les branches des arbres pour révéler le village de Drežnica surplombé par sa fameuse église blanche. Après une bonne montée, on tombe sur une chapelle militaire construite pendant la première guerre mondiale par le capitaine Celestino Bes. Elle a été érigée près de la ligne de front. Dans les environs, il y avait à l’époque des dépôts de stockage, un hôpital, des postes d’observation, des tranchées et des bunkers. On y trouve toute une série de représentations militaires : obus, bombes, fusils, aigle romain et la mention « Consolatrix afflictorum » (Sanctuaire de la souffrance).
La chapelle a été rénovée par le personnel du musée de Kobarid, sous la direction de l’Institut pour la préservation du patrimoine naturel et culturel de Nova Gorica entre Juillet 1993 et Septembre 1996. De la France, on ne le sait pas forcément mais cette partie de la Slovénie devint italienne pendant l’entre deux-guerres. De cette époque, les slovènes qui m’en ont parlé semblent encore marqué par le fascisme et notamment l’obligation de parler l’italien. Aujourd’hui, les relations entre les personnes au delà des deux frontières ont bien changé et c’est tant mieux. L’Europe qu’on le veuille ou non a réussi jusqu’à aujourd’hui à réunir les peuples autour d’une paix durable.

Le chemin rejoint des prairies alpines où paissent quelques vaches. On passe non loin du refuge Kuhinja-Alm (24 places) pour débouler sur une ferme. Karmen Kutin, une jeune paysanne, y produit du fromage à partir du lait de vache frais dans le cadre du projet « Tolminc cheese ». Ce projet vise à maintenir une tradition ancestrale de production de fromage dans la région de Posočje, grosso-modo au sud du parc national du Triglav. Au XIIIe siècle, le fromage servait même de moyen de paiement. Aujourd’hui, la production perpétue la tradition d’un fromage gras et dur.

Cette dernière journée sur l’Alpe Adria Trail se termine à Tolmin où le Metal Camp, un festival heavy metal, s’est terminé hier. On finit au pas de course sous l’orage. Trempé jusqu’au os en moins de 5 minutes, je me sèche à la ferme touristique Pri Kafolu un peu à l’écart du centre de Tolmin. Tomaz, le propriétaire très sympa, m’apprend qu’un des membres de Sabbath Judas Sabbath dormait dans ma chambre hier. Comme quoi tradition et modernité se mêlent dans la vallée.

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

Ljubljana est seulement à 1 200 km de Paris, soit la même distance entre le nord de la France et la Côte d’Azur. On peut donc s’y rendre en voiture en un jour et demi. L’avion reste cependant une option plus rapide (1h45 de vol) et moins fatiguante.

Adria Airways, membre de Star Alliance, propose des vols quotidiens vers l’aéroport Ljubljana Brnik. Possibilité de récupérer une location de voiture à l’aéroport pour rejoindre Kranjska Gora, le point de départ de la randonnée (70 km de distance). Pour réserver votre billet d’avion, utilisez notre comparateur de vols.

Quand y aller ?

L’été est la meilleure période pour randonner dans les montagnes de Slovénie.

Difficulté de la randonnée ?

Ces 4 étapes sur l’Alpe Adria Trail ne sont pas difficiles quoique un peu longues (6 à 7h00 de marche) avec un dénivelé positif moyen d’environ 900 mètres par jour.

Hébergements

  • Inn Pri Martinu à Kranjska Gora : chambres récemment rénovées dans le style chalet de montagne. C’est cosy et pas très cher. Repas typiquement slovène avec des portions gargantuesques.
  • Trenta lodge : chambres et appartements en location au dessus du centre d’informations du parc national du Triglav
  • Bovec : nombreux hébergements, de l’auberge de jeunesse à l’hôtel 3 étoiles
  • Tourist farm Kranjc à Kocek : une adresse très sympathique. Excellente cuisine.
  • Tourist farm Pri Kafolu à Tolmin : excellente situation et Tomaz, le propriétaire est extrêmement gentil.

Livres

  • Topo-guide Alpe Adria Trail : L’association du sentier édite un topo-guide disponible sur son site internet en allemand, italien, slovène et anglais. Sinon, plusieurs topo-guides existent aussi en allemand : Bergverlag Rother, Bruckmann Verlag Gmbh et Esterbauer Gmbh.
  • Carte de randonnée : Deux cartes de randonnée sont nécessaires pour couvrir les 4 jours de marche. Utile si vous ne disposez pas de GPS. Les références sont Triglav National Park – Kranjska Gora-Planica-Bled (carte 5541 au 1/35 000) de chez Freytag et Julian Alps de chez Sidarta au 1/50000.
  • Guides sur la Slovénie : Petit FutéLonely Planet

Plus d’informations

  • www.alpe-adria-trail.com : Le site officiel de l’Alpe Adria Trail en allemand, italien, anglais et Slovène. La version anglaise est un peu moins détaillée. On y trouve la trace GPS complète ainsi que des infos de type topo. Disponible aussi en version application sur Apple store et Google Play.
  • www.slovenia.info : le portail d’informations en français de l’Office de tourisme de Slovénie. Pratique pour organiser son voyage dans le reste de la Slovénie

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 4.5 / 5. Nombre de votes : 2

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Cascade de Virje
Grégory Rohart
A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales. Ambassadeur Fujifilm...



https://www.gregoryrohart.com
Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link