Sur le chemin de la paix

Destination : Europe » Slovénie | Montagne : Alpes | Activité : Randonnée  | 

4ème et dernière journée de randonnée sur l’Alpe Adria Trail slovène. Le sentier coïncide au chemin de la paix qui revient sur les évènements du front de Soča lors de la première guerre mondiale.


Carnet : Sur l'Alpe Adria Trail

Kosec – Tolmin

  • D+ : 980 m
  • D- : 1300 m
  • Distance : 21 km
  • Temps de marche : 6h00

Village de Drežnica

Pour cette dernière journée, c’est Igor Rutar qui me sert de guide. Il est originaire de Tolmin où je termine ma randonnée. J’ai un peu de mal à m’extirper du petit-déjeuner de la ferme Kranjc. Il est copieux et bon.

Le sentier monte en lacets, parfois raides, à travers la forêt. Il coïncide sur cette portion avec le chemin de la paix, un itinéraire de 100 km qui revient à sa façon sur les évènements de la première guerre mondiale. La Slovénie fut durement touchée, notamment sur le front de Soča où je me trouve depuis plusieurs jours.

Chapelle militaire italienne de Bes

De temps à autre, le paysage s’ouvre entre les branches des arbres pour révéler le village de Drežnica surplombé par sa fameuse église blanche. Après une bonne montée, on tombe sur une chapelle militaire construite pendant la première guerre mondiale par le capitaine Celestino Bes. Elle a été érigée près de la ligne de front. Dans les environs, il y avait à l’époque des dépôts de stockage, un hôpital, des postes d’observation, des tranchées et des bunkers. On y trouve toute une série de représentations militaires : obus, bombes, fusils, aigle romain et la mention « Consolatrix afflictorum » (Sanctuaire de la souffrance).
La chapelle a été rénovée par le personnel du musée de Kobarid, sous la direction de l’Institut pour la préservation du patrimoine naturel et culturel de Nova Gorica entre Juillet 1993 et Septembre 1996. De la France, on ne le sait pas forcément mais cette partie de la Slovénie devint italienne pendant l’entre deux-guerres. De cette époque, les slovènes qui m’en ont parlé semblent encore marqué par le fascisme et notamment l’obligation de parler l’italien. Aujourd’hui, les relations entre les personnes au delà des deux frontières ont bien changé et c’est tant mieux. L’Europe qu’on le veuille ou non a réussi jusqu’à aujourd’hui à réunir les peuples autour d’une paix durable.

Le chemin rejoint des prairies alpines où paissent quelques vaches. On passe non loin du refuge Kuhinja-Alm (24 places) pour débouler sur une ferme. Karmen Kutin, une jeune paysanne, y produit du fromage à partir du lait de vache frais dans le cadre du projet « Tolminc cheese ». Ce projet vise à maintenir une tradition ancestrale de production de fromage dans la région de Posočje, grosso-modo au sud du parc national du Triglav. Au XIIIe siècle, le fromage servait même de moyen de paiement. Aujourd’hui, la production perpétue la tradition d’un fromage gras et dur.

Balisage de l'Alpe Adria Trail

Cette dernière journée sur l’Alpe Adria Trail se termine à Tolmin où le Metal Camp, un festival heavy metal, s’est terminé hier. On finit au pas de course sous l’orage. Trempé jusqu’au os en moins de 5 minutes, je me sèche à la ferme touristique Pri Kafolu un peu à l’écart du centre de Tolmin. Tomaz, le propriétaire très sympa, m’apprend qu’un des membres de Sabbath Judas Sabbath dormait dans ma chambre hier. Comme quoi tradition et modernité se mêlent dans la vallée.

A propos de l'auteur

Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer l...



https://www.gregoryrohart.com

quinze + quatre =