Tarifa – Pelayo

Destination : Europe » Espagne | Activité : Randonnée  | 


Première étape de ma randonnée en Andalousie (Espagne) de Tarifa à Pelayo
Posté le :


Carnet : Traversée de l'Andalousie
0
(0)
  • 18,3 km
  • D+ 640 m
  • D- 420 m
  • 5 h

Le réveil est plus tardif que prévu à cause d’une mauvaise programmation. Ce n’est pas très grave car nous devons nous adapter aux horaires espagnols pour trouver un bar servant le petit déjeuner et l’épicerie qui n’ouvre pas avant 9 h. Il est environ 9h45 quand nous sommes prêts. Ce sera une étape d’échauffement et de réglage car nous sentons bien que nous ne sommes pas encore complètement dans le bain après quelques journées de tourisme à Séville. Nous traversons la vieille ville pour trouver le sentier du bord de mer. Le ciel est clair avec quelques petites brumes et nuages matinaux qui laissent présager une journée agréable.

Le sentier bien marqué longe d’assez près la mer en traversant des zones d’herbe rase où pâturent quelques vaches et taureaux. L’itinéraire se déroule dans le Parque natural del estrecho dont la végétation est caractéristique du climat méditerranéen : lauriers, agaves, figuiers de barbarie, argeras en constituent l’essentiel. De petites montées alternent avec de courtes descentes et le panorama permanent vers le détroit de Gibraltar et les côtes marocaines est varié. Le trafic maritime est intense et d’impressionnants porte-conteneurs se succèdent sans interruption au travers du détroit.

Des alignements rectilignes de rochers plats et sombres striés par l’érosion jalonnent le bord de mer. De nombreuses constructions défensives en ruine sont les témoins de l’intérêt stratégique du lieu. Petit à petit le phare de Tarifa s’éloigne tandis que la silhouette massive d’une tour de guet perchée sur un promontoire grandit. Le petit hameau de Guadalmesi aux maisons colorées occupe le fond d’une crique où se jette un petit ruisseau que la piste traverse sur un gué évitable par une digue de galets inconfortables.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alltricks (Boutique outdoor – Black Deals jusqu’au 05/12/2020 – Jusqu’à -70%)
  • Alpinstore (Boutique outdoor – jusqu’à -70% jusque Noël – 5% de réduction en plus avec le code NOEL5 dès 250 € d’achat)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – Cyber Week ; -20% supplémentaire sur le site sans minimum d’achat avec le code BLACK20)
  • I-Run : (Boutique outdoor – Black Friday sur le matos running et les montres connectées)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – 20 % offert sur tout le site avec le code FONDATION20 + 15 € reversé à la Fondation Snowleader dès 99 € d’achat.)
  • Trekkinn (boutique outdoor)

Des amoncellements de détritus rejetés par la mer encombrent les criques et les restes déchiquetés de canots pneumatiques sont sans doute les témoins du débarquement périlleux de quelques pauvres migrants. Nous abandonnons le sentier du bord de mer pour un étroit chemin qui traverse la végétation épineuse et rejoint une piste qui prend de l’altitude et retrouve la route entre Pelayo et le col del Bujeo.

Un portail fermé par une chaîne munie d’un cadenas ferme l’accès à la route. Heureusement qu’un étroit passage sur le côté nous permet de sortir, en ayant toutefois déposé nos sacs à dos. Nous découvrons alors qu’un panneau marque l’interdiction d’accès à cette propriété privée… Nous longeons le bord de route très fréquentée et bruyante pour rejoindre l’auberge de jeunesse située à 300 m environ. Las, elle est fermée sans aucun signe de présence humaine. Nous poursuivons, peu rassurés, le long de la route jusqu’au village de Pelayo à l’entrée duquel un panneau indique un hébergement. Par une petite route nous atteignons rapidement un domaine de vacances qui peut nous accueillir dans un confortable chalet. Nous retournons ensuite au village pour acheter des provisions et avec quelques difficultés dénichons quand même une petite épicerie ouverte qui nous permettra de nous ravitailler.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 0 / 5. Nombre de votes : 0

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Jean Pierre
A propos de l'auteur

La randonnée est pour moi une source de découverte inépuisable. Amoureux de la montagne depuis de nombreuses années j'ai toujours autant de bonheur à parcourir les sentiers et à partir marcher aussi bien pour une journée que pour de longues itinérances. Mon départ à la retraite m'a offert le loisir de traverser les Pyrénées par la HRP...



http://mjpgouret.free.fr
Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
Share via
Copy link