Torres del Paine, le trek du W

Destination : Chili » Amérique | Montagne : Andes | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 4 jours | Dificulté : 3 | Dénivelé : +2416 m/-1667 m | Type d'itinéraire : Etoile | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Janvier, Février, Mars, et Décembre
4 jours de trekking sur l'itinéraire du trek du W dans le parc national Torres del Paine au Chili. Un grand classique de la Patagonie soumis à la météo très changeante de la région. Un magnifique sentier entre montagnes de granit, moraines et glaciers. Récit et trace GPS en téléchargement.
Posté le :


Carnet : Torres del Paine, le trek du W

Liste   

Information
Cliquez sur le bouton suivant ou l′élément sur la carte pour voir ses informations
Lf Hiker | E.Pointal contributor

Trace GPS Torres del Paine   

Profile

50 100 150 200 5 10 15 Distance (km) Altitude (m)
Aucune donnée de dénivelé
Nom: Aucune donnée
Distance: Aucune donnée
Altitude minimum: Aucune donnée
Altitude maximum: Aucune donnée
Montée cumulée: Aucune donnée
Descente cumulée : Aucune donnée
Durée: Aucune donnée

Description

Trace GPS Torres del Paine

Télécharger la "Trace GPS Torres del Paine" (Téléchargement :92 fois)

Nous prenons un bus de ligne tôt le matin à Ushuaia (Argentine), nous suivons la route 3 et traversons l’immensité de cet espace de pampa. Après quelques heures de route, 2h d’arrêt sur le bord de la route au milieu de nulle part… au bout de 2h le bus repart, a 10km/h puis s’arrête au bout de 2, 3 Km… une voiture venue de nulle part s’arrête, donne quelque chose au chauffeur, ce dernier re-tripote son moteur et nous repartons à pleine vitesse.

Nous l’apprendrons par la suite, nous avions un problème de courroie, il avait essayé de réparer avec une courroie ne correspondant pas à son moteur jusqu’au moment où la voiture lui a amené la bonne courroie…
Nous repartons, de la route, du sentier, du chemin…

Nous passons la douane sans problème, nous sommes au Chili ! Nous arrivons au mythique Détroit de Magellan. La traversée se fait à bord d’une barge.

Lors de la traversée, nous apercevons des dauphins de Commerson, splendides, fluides, impossible de les photographier, nous profitons du spectacle… Nous roulons toujours à travers la pampa… tantôt sèche, tantôt verte, mais toujours battu par les vents ou rien ne pousse.

Nous faisons une étape à Punta Arenas, ville qui évoque la découverte du Détroit de Magellan, l’époque des pionniers dans cette contrée ou la nature est hostile à l’homme, les grandes fortunes faites grâce au détroit et aux passages des navires.

Depuis 1914 et l’ouverture du canal de Panama, Punta Arenas a perdu de sa suprématie, mais a gardé son charme d’antan avec ses grandes maisons d’époque. Nous passons par Puerto Natales, charmante petite ville au bord du fjord de la dernière espérance, et continuons vers le parc Torres del Paine. Nous y entrons par une route au beau milieu de la pampa… déjà nous croisons la faune locale : guanacos, nandous.

Et lors d’un arrêt, de loin, entre les collines, nous les apercevons, droites, alignées… les Torres sont là et nous attendent.

Torres del Paine est l’un des plus beau parc national d’Amérique du Sud avec ses glaciers, ses formations rocheuses, ses lacs couleur turquoise ainsi que sa flore et faune uniques. Avant de devenir Parc National en 1959 (et réserve de la biosphère par l’UNESCO en 1978) ses terres appartenaient aux « rancheros » qui vivaient de l’élevage des bêtes, principalement des moutons qui sont les plus répandus dans toute la Patagonie ; Il y a à peine quelques dizaines d’années, c’était vraiment le « far-west »…

La formation géologique du Massif Paine n’as rien à voir avec la formation de la Cordillère des Andes, car elle est plus récente, elle s’est faite il y a à peu près 12 millions d’années à travers une intrusion de magma qui s’est refroidi et a formé les belles formations granitiques qui sont aujourd’hui connues comme les Tours du Paine. Les couches sédimentaires supérieures ont presque partout disparu, sauf au sommet de quelques formations telles que les « Cuernos del Paine » et le Fortaleza. Cela explique les différences de couleurs, dues à la différence de matériau : foncé pour les sédiments, plus clair pour le granite.

Nous avançons dans le Parc, le lac Sarmiento au Sud et son bleu profond incroyable, le lac Nordenskjold au Nord et son bleu turquoise. La couleur des pics du parc contrastent les bleus des lacs. Le vent est exceptionnel, inouïe, mais ne gâche en rien les premières impressions de ce site majestueux.

Les vues s’enchainent sur les différents pics, majestueux Amiral Nieto (qui doit son nom a celui qui a permis la logistique pour sa première ascension en 1937).

Nous arrivons pour prendre le bateau et traverser le lac Pehoé, afin de rejoindre le campement du même nom, point de départ du fameux trek en W du parc. Les vues du bateau défilent, et sont extraordinaires, le nombre de photos s’envole. Le bateau nous débarque sur le campement au pied du Paine Grande et face au Cuernos, les cornes du Parc.

Le trek en W en 4 jours :

  • Jour 1 : A/R depuis le camp Péhoé jusqu’au refuge Grey voir le glacier du même nom (22km D, : +/- 300m)
  • Jour 2 : Depuis le camp Péhoé jusqu’au refuge Los Cuernos (en passant par la vallée des Français) (20km D, : +/- 300m)
  • Jour 3 : Du refuge Los Cuernos au refuge Chileno (16km, D +300m)
  • Jour 4 : du refuge Chileno à la base des Torres et retour à l’entrée E (24km, D : +600m / -800m)
A propos de l'auteur

Passionné par les voyages, et la découverte des pays, des capitales, des populations et de la cuisine étrangère, j'ai découvert le plaisir de la marche d'abord dans le Connemara, en Jordanie puis dans les parcs Américains (Bryce, Zion, Canyonland, etc...) Aprés 3 voyages quasi consécutifs de randonnées aux USA, j'ai franchi la ligne pour ...



http://AlexRLille

19 + 13 =