Tour des Fiz

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Alpes ; Giffre | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 2 jours | Difficulté : 3 | Dénivelé : +2043 m/-2043 m | Type d'itinéraire : Boucle | 
Ecosystème : Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Juin, Juillet, Août, et Septembre
Récit de mon tour des Fiz en 2 jours avec trace GPS et idées d’itinéraire pour un tour des Fiz en 3 ou 4 jours, en refuge ou en bivouac.
Posté le :



Télécharger la "Trace GPS de mon Tour des Fiz en 2 jours" (Téléchargement :239 fois)

Télécharger la "Trace GPS du Tour des Fiz en 3 jours" (Téléchargement :218 fois)

Télécharger la "Trace GPS du Tour des Fiz en 4 jours" (Téléchargement :121 fois)
5
(11)

J’ai réalisé le tour des Fiz en bivouac en 2 jours de marche au départ de Plaine-Joux au Pays du Mont-Blanc (Auvergne Rhône-Alpes). Depuis que j’ai fait le tour des Aiguilles Rouges, le massif voisin, j’avais en tête de faire le tour des Fiz. Voilà, maintenant c’est fait 🙂

Les rochers des Fiz et le désert de platé

Avant de me lancer dans le récit de mon tour des Fiz, un peu d’informations sur les lieux. Le tour des Fiz est une boucle qui fait le tour des rochers des Fiz, nommé aussi massif des Fiz et qui traverse un bout du désert de Platé. Ils appartiennent tous les deux au massif du Faucigny, un chaînon appartenant lui-même au massif du Giffre.

Les rochers des Fiz est une muraille qui s’étend de la point de Sales à la pointes de Platé avec un décroché en son centre au niveau du fameux passage du Dérochoir qui correspond en réalité à un éboulement survenu en 1751.

Le désert de Platé est un plateau calcaire recouvert d’un des plus vastes lapiaz d’Europe. Les lapiaz et plus généralement les paysages désertiques m’ont toujours impressionné. J’avais beaucoup aimé les lapiaz d’Arres de Soum Couy et d’Anie dans les Pyrénées. Dans le désert de Platé, on trouve différents types de lapiés : à parois avec rigoles verticales, à rigoles, nids de poule, à diaclases, arrondis aussi, à méandres, aux épines et des lapiaz de ruissellement.

En savoir plus sur la géologie des rochers des Fiz et du désert de Platé.

Mon tour des Fiz en 2 jours

Comme je l’ai dit au début de mon article, cela faisait un moment que le tour des Fiz était dans un coin de ma tête. Lorsque j’ai vu une fenêtre météo favorable, je n’ai pas hésité un instant sur l’itinéraire. Au départ, je pensais réaliser ma randonnée sur trois jours. Finalement, j’ai terminé le tour des Fiz en 2 jours. Place au récit.

Plaine-joux – Refuge d’Anterne Alfred Wills

+ 928 m / – 475 m  10,9 km

Après une nuit passée dans un camping à Passy et quelques courses faites à la dernière minute dans un supermarché, je démarre ma randonnée à Plaine-Joux (1340 m) où j’ai garé la voiture sur l’immense parking. On trouve aussi ici une aire de décollage de parapente, une aire naturelle de camping et des pistes de ski.

Je décolle du parking un peu après 10h00. Le tour des Fiz commence par remonter une piste qui serpente à travers une pinède. Les vues sur le Mont-Blanc sont impressionnantes. Dommage que je sois parti aussi tard car la lumière est déjà bien forte. Cela grimpe assez raide jusqu’à Barmus puis la pente s’adoucit un peu.

Je traverse les chalets d’Ayères puis grimpe par le ravin des Monthieux jusqu’à l’intersection entre le col d’Anterne et le refuge de Moëde Anterne. Je suis à 1999 m en plein cœur de la Réserve Naturelle Nationale de Passy. Je m’arrête sur le bord du sentier pour casser la croûte. Je me remémore les bons souvenirs de mon tour des Aiguilles Rouges et des moments passés au refuge avec des amis venus spécialement dîner avec moi.

Je reprends mon chemin par la raide montée au col d’Anterne (2257 m). Le vent est glacial au col. Sur l’autre versant, un névé me fait face. On est le 22 juin. Rien de surprenant !

J’enfile ma veste Patagonia et j’entame la descente en direction du lac d’Anterne. En raison de la faible pente, le névé est facile à exploiter sur sa partie haute. La neige s’est transformée, elle est toute molle. A l’approche de lac d’Anterne, je préfère m’écarter des traces car la pente devient raide et faire mon propre itinéraire pour descendre au lac. La trace GPS jointe à l’article suit le tracé classique du tour des Fiz.

D’une superficie d’environ 11 hectares, le lac d’Anterne se situe à l’ouest de la falaise des Rochers des Fiz dans la réserve naturelle de Sixt-Passy. Il a fier allure je trouve. Géologiquement parlant, c’est un poljé glacio-karstique (« dépression karstique à fond plat fermée entièrement ou non par des versants rocheux escarpés », Wikipedia).

J’avais prévu de poser mon bivouac dans les parages mais comme il n’est que 14h30, je poursuis mon chemin. Le sentier monte sur un mamelon et descend en direction du refuge Alfred Wills et des chalets d’Anterne. Dans les raides lacets, des marmottes se font entendre et même observer mais elles ne sont pas suffisamment proches pour que je puisse les photographier.

Au refuge, je m’installe sur une table. Quelques randonneurs sont aussi attablés. Je commande un coca et discute un peu avec Benoit, le gardien. Je finis par lui commander un dîner et je pars installer ma tente MSR Freelite 1. Il y a l’embarras du choix pour choisir son espace autour du refuge mais attention au moment de planter votre tente, la morphologie des lieux me fait penser qu’une partie de la zone est inondable.

En attendant 19h00, je vaque à mes occupations : boire un thé chaud, faire une toilette succincte, étudier le parcours du lendemain, me reposer un peu aussi… J’ai oublié d’emporter un livre de poche et c’est bien dommage.

Sur les coups de 19h00, je retourne au refuge. Entre temps, 4 autres tentes ont poussé dans les environs. 6 randonneurs y dorment. Nous sommes donc 7 pour le dîner. A table, nous sommes placés en quinconce en raison des mesures sanitaires du covid-19. Benoit vient nous servir les plats avec un masque sur le visage. Quelle belle merde ce coronavirus ! En tout cas, le gratin de Benoit est excellent. La soirée s’éternise jusque 23h30. Nous refaisons à 4 le monde post-covid.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comme l’ensemble du secteur du tourisme, I-Trekkings subit de plein fouet la crise économique qui fait suite à la covid-19. Un petit coup de pouce de votre part serait apprécié. Comment ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (c’est aussi une façon de les soutenir. Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top 10 de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Déstockage en cours. Jusquà -70% sur plus de 4300 produits)
  • Amazon (librairie et bazar)
  • Chamina Voyages (randonnées en France et en Europe)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – French days jusqu’au 29 septembre)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Randonades (randonnées dans les Pyrénées)
  • Snowleader (boutique outdoor – Déstockage d’été. Jusqu’à -70% sur plus de 10 000 produits)
  • Trekkinn (boutique outdoor – Bons plans Jusqu’à -62% en ce moment)

Refuge d’Anterne Alfred Wills – Plaine-joux

+ 1115 m / – 1568 m  16,7 km

J’avais prévu de sortir de la tente pour assister au lever de soleil sur les rochers des Fiz mais le coucher tardif de la veille ne m’en donne pas envie. C’est donc depuis mon sac de couchage et porte de la tente ouverte que j’assiste aux premiers rayons du soleil sur les rochers des Fiz. Le soleil vient d’abord éclairé la pointe d’Anterne (2733 m), puis dans un second temps, à l’opposé, la pointe de Sales (2497 m), et enfin les sommets entre les deux. Bon finalement, je finirai rapidement en dehors de la tente pour être plus à l’aise pour faire des photos. Et il ne fait pas froid. C’est agréable de traîner dehors en assistant à ce spectacle tout en prenant son petit-déjeuner. Je me sens privilégié d’avoir cette chance.

Il est 7h15 quand je quitte l’alpage d’Anterne. La vue sur les rochers des Fiz est saisissante d’en bas. C’est simple, je suis tout le temps en train de me retourner. Entre les lapiaz et les rhododendrons, j’aperçois plusieurs marmottes. Je décide de poser mon sac à dos et de tronquer mon objectif Fujifilm 16-80 mm F4 pour le 50-140 mm F2.8. Les marmottes sont curieuses ; elles se dressent sur leurs pattes arrières pour m’observer (et me surveiller) mais visiblement je ne constitue pas une menace puisqu’aucune d’entre-elles ne lancera un cri d’alerte. Au bout de 5 mn d’approche, je décide de les laisser après une dernière photographie.

Je poursuis mon chemin en direction du collet d’Anterne. Je passe un pont en bois qui surplombe le ruisseau d’Anterne. A ce niveau là, il y a un bel emplacement pour planter la tente. Le cadre est splendide malgré la présence de deux pylônes à haute tension sur le versant opposé aux rochers des Fiz. Après le collet d’Anterne (1796 m), le chemin descend jusqu’à hauteur de la cascade de la Sauffaz (1450 m). C’est le matin, la pente est encore en partie à l’ombre et le chant des oiseaux m’ont accompagné dans cette descente.

A l’entrée du vallon de Sales, je crois observer un rhinocéros mais ce n’est que l’ombre des rochers des Fiz qui s’épanche sur la montagne. Je remonte le vallon tranquillement. Il est jalonné par deux chutes d’eau : la cascade de Sales et la cascade de Trainant. Au dessus de cette dernière, je me retrouve au soleil et j’arrive rapidement à la chapelle de Sales puis aux chalets et au refuge éponyme. Je m’y arrête quelques instants pour grignoter et discute avec la gardienne sur les conditions de passage du Dérochoir et du col de la Portette. Au Dérochoir, il manquerait des câbles et pour le col de la Portette, ça passe mais avec de l’expérience. Je décide de rester sur ma première idée : le col de la Portette.

Je traverse le Grand Pré en sifflotant. Je rêvasse devant le Marteau (2289 m), la pointe du Dérochoir (2411 m) et la pointe de Platé (2594 m). Trop apparemment car je rate l’intersection qui conduit au col de la Portette. Je m’en rends compte assez tardivement. Il y a bien un chemin qui relie le passage du Dérochoir au col de la Portette mais il est entièrement dans un névé. Je décide de couper et de rejoindre le sentier par les lapiaz. Grave erreur. Je vais perdre un temps fou et me fatiguer inutilement. J’aurais dû soit rebrousser chemin, soit poursuivre jusqu’au passage du Dérochoir.

Je rejoins les lacs de Laouchets. J’avais prévu d’y bivouaquer mais je n’ai plus assez de gaz pour cuire mes plats lyophilisés et je n’ai pas envie de passer le col de la Portette au petit matin avec une neige dure (je n’ai pas de crampons). Je me repose un peu au dessus des lacs car j’ai un bon coup de pompe. Je mange un plat lyo et reprends la route du col. Le névé est raide. Il faut rester vigilant pour ne pas dévisser. J’arrive au col de la Portette (2354 m) où des étagnes, la femelle du bouquetin, et leurs jeunes m’accueillent. Ils sont sur la crête en direction de la pointe de Platé. Leur pelage est en pleine mue.

De l’autre côté, la descente n’est pas une mince affaire. Benoit, le gardien d’Alfred Wills m’avait prévenu. Le chemin a été emporté par une avalanche. C’est raide et casse-gueule. D’ailleurs, en tentant de me rattraper alors que je glissais, je casse un bâton en m’appuyant dessus. Je rejoins le refuge de Platé avec l’idée de dormir dans les environs car je suis bien fatigué. Mais après une part de gâteau au citron et un coca, je décide de me remettre en route. La gardienne est super sympa et le cadre du désert de Platé que j’ai à peine effleuré est vraiment sympa. Je reviendrais.

Dans la descente, bien raide au départ, je retrouve le Mont-Blanc. Je préfère de loin descendre cette « bavante » que la monter. Je suis à Plaine-Joux après 11h30 d’étape (temps de pause compris). Je pars m’installer dans un camping à Passy où j’assiste en point d’orgue à un magnifique coucher de soleil sur le Mont-Blanc.

Le tour des Fiz est une superbe randonnée. J’aimerais beaucoup y revenir en refuge avec ma femme pour une durée de 4 jours et des étapes plus courtes.

Le tour des Fiz en 3 ou 4 jours

Le Tour des Fiz peut se réaliser en 2, 3, 4 et même 5 jours. Voici quelques autres suggestions d’itinéraire et de découpage.

Itinéraire pour le tour des Fiz en 3 jours

En refuge :

Cet itinéraire proposé de trois jours en refuge est un peu plus long que l’itinéraire de deux jours car il passe aussi par les chalets de Fonts.

  • Jour 1 : Plaine-Joux – Refuge d’Anterne Alfred Wills ( + 928 m / – 475 m  10,9 km)
  • Jour 2 : Refuge d’Anterne Alfred Wills – Refuge de Sales par les chalets des Fonts ( + 1068 m / – 1004 m  15 km)
  • Jour 3 : Refuge de Sales – Plaine-Joux ( + 674 m / – 1193 m  10,4 km)

En bivouac :

Cet itinéraire proposé de trois jours en bivouac est celui que j’avais envisagé de faire avant de finalement le faire sur deux jours de marche. C’est donc un découpage plus facile.

  • Jour 1 : Plaine-Joux – Lac d’Anterne ( + 883 m / – 175 m  8,5 km)
  • Jour 2 : Lac d’Anterne – Lacs des Laouchets ( + 791 m / – 711 m  12,2 km)
  • Jour 3 : Lacs des Laouchets – Plaine-Joux ( + 367 m / – 1157 m  7 km)

Itinéraire pour le tour des Fiz en 4 jours

Et voici un nouvel itinéraire possible pour faire le tour des Fiz sur 4 journées de marche.

  • Jour 1 : Plaine-Joux – Refuge Moëde Anterne par le lac de Pormenaz ( + 766 m / – 138 m  7,8 km)
  • Jour 2 : Refuge Moëde Anterne – Refuge des Fonts ( + 515 m / – 1113 m  10,1 km)
  • Jour 3 : Refuge des Fonts – Refuge de Sales ( + 842 m / – 353 m  9,1 km)
  • Jour 4 : Refuge de Sales – Plaine-Joux ( + 674 m / – 1193 m  10,4 km)

Informations pratiques

Comment s’y rendre ?

On peut se rendre à Plaine-Joux en transport en commun. Prendre le train jusque la gare de Sallanches. Puis le bus 85 de la ligne Sallanches – Passy Plaine-Joux.

Où dormir sur le tour des Fiz ?

Quand s’y rendre ?

Le tour des Fiz est réalisable selon les conditions météorologiques et le niveau d’enneigement de mi-juin à mi-septembre. Renseignez-vous sur les conditions en téléphonant aux refuges.

Cartographie

Carte IGN Top 25 3530 ET

Plus d’infos

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 5 / 5. Nombre de votes : 11

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Tour des Fiz


Avec qui partir dans les Fiz ?

  • Du Léman au Mont-Blanc
    Grande traversée des Alpes
    795 €
  • Réserver (avec paiement en ligne): Around Les Fizs - France 599 €
  • Réserver (avec paiement en ligne): Le Tour des Fizs - France 690 €
  • Grégory Rohart
    A propos de l'auteur

    Fondateur d'I-Trekkings et des blogs I-Voyages et My Wildlife, j'apprécie le rythme lent de la marche et des activités outdoor non motorisés pour découvrir des territoires montagneux et désertiques et rencontrer les populations locales. Je marche aussi bien seul, qu'entre amis ou avec des agences françaises ou locales. Ambassadeur Fujifilm...



    https://www.gregoryrohart.com
    3 Responses
    1. bouji

      Les photos sont magnifiques! j’imagine que ça doit être encore mieux sur place!
      J’envisage de faire une boucle là bas mi Aout. Est-ce que le parcours est toujours balisé? J’ai vu qu’il faut plusieurs cartes pour couvrir 20 km de boucle, et ça revient vachement cher…

    J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    Le Timelapse du Moment : Le Wilder Kaiser, Tyrol, Autriche
    Share via
    Copy link