Tour du Cézallier

Destination : France » Auvergne-Rhône-Alpes | Montagne : Massif Central | Activité : Randonnée  | 
Nombre de jours : 5 jours | Difficulté : 2 | Dénivelé : +2250 m/-2250 m | Type d'itinéraire : Boucle | 
Ecosystème : Campagne, Forêt, et Montagne | Hébergement : Bivouac
Meilleures Périodes : Mai, Juin, Septembre, et Octobre
Tour du Cézallier en 5 jours de randonnée en bivouac. Découverte pédestre de ce vaste plateau d'altitude ponctué de petits cratères, lacs, volcans et prairies
Posté le :



Télécharger la "Trace gpx du tour du Cézallier" (Téléchargement :327 fois)
4.7
(15)

Le Cézallier est un vaste plateau volcanique d’altitude, ponctué de petits cratères. Situé dans le Massif central en région Auvergne-Rhône-Alpes, entre les monts Dore et les monts du Cantal, il offre de nombreuses possibilités de randonnées itinérantes, notamment grâce aux sentiers des vaches rouges, réseau de chemins balisés d’une tête de vache vermillon, et aux GR 4A et 30. Je vous propose ici ma libre interprétation du tour du Cézallier, parcouru en un circuit en 8, en 5 jours.

La Godivelle – Montcineyre

+ 406 m/ – 436 m 14 km

Début juin, nous quittons le village de La Godivelle, situé à près de 1100 m d’altitude. Le thermomètre affiche 12°C. Empruntant le GR30 direction nord-est, le sentier traverse une petite tourbière. Le vent agite de spasmes frénétiques les houpes cotonneuses des linaigrettes. Face à nous, le paysage s’ouvre en une immensité herbeuse que ponctuent, ça et là, quelques fermes d’estives, appelées burons. Elles donnent, avec les troupeaux de vaches salers et aubrac, l’échelle de ces prairies à perte de vue. Il y a là indéniablement des airs de steppes mongoles.

Le GR30 flirte ensuite avec les limites du plateau et s’abaisse en vallons. Au fond de l’un d’eux nous rejoignons le village de Compains et sa chapelle du XIII au clocher couvert de tuiles de bois. Abrités du vent, nous en profitons pour marquer une pause “fruits secs”. La halte se prolonge et la journée est bien avancée quand nous reprenons la sente raide qui monte en forêt. La hêtraie bruisse de l’effervescence de la vie sauvage qui s’éveille avec la fin du jour. Un lièvre nous observe, à l’abri d’un tapis de feuilles de jacinthes tandis qu’un pic noir se laisse surprendre par notre marche silencieuse. Comme figé à quelques mètres de nous à peine, ce grand pic de la taille d’une corneille laisse admirer les détails de sa houpe rouge vif, son bec ivoire, … avant de s’enfuir dans un cri d’alarme éclatant.

Nous sortons enfin du sous-bois que la pénombre gagne pour atteindre le Montcineyre. Celui dont le nom signifie littéralement “mont de cendre” est un des volcans les plus récents du plateau. Il y a à peine six mille ans, son éruption barra un cours d’eau, donnant naissance à un petit lac en croissant de lune. Nous plantons la tente non loin, avalons rapidement notre repas avant de nous abriter du vent glacial et humide.

Montcineyre – La Godivelle

+ 668 m/ – 612 m 30 km

Six heures du matin, un étrange silence règne. Je m’extirpe de mon sac de couchage pour découvrir un paysage noyé d’une brume épaisse qui absorbe les sons. Vite, un thé chaud, quelques fruits secs avant de reprendre la route pour se réchauffer. Le GR30 traverse de nouvelles étendues herbeuses. Un troupeau d’aubracs barre le passage. La charge d’une vache, essuyée il y a une semaine sur les chaumes du Forez, m’incite à la prudence. Détour pour éviter le taureau et ses quelques vaches accompagnées de leurs veaux. À vrai dire, il y a bien plus à craindre de l’instinct maternel des dernières que du géant débonnaire. Bordé de genêts en fleurs, le chemin nous mène sur la lèvre supérieure du volcan Pavin, vue sublime sur son lac outremer, merveille géologique que sublime le soleil qui perce enfin.

Contournant le volcan par l’ouest, le sentier redevient forestier puis flirte avec la tourbière de Clamouze d’où la vue s’ouvre sur le massif du Sancy, tout proche. Traversant la zone marécageuse sur un sentier sur pilotis hors d’âge nous atteignons un nouveau lac de cratère, Chauvet. Le relief de ses berges, très érodé, souligne le grand âge (150 000 ans) du volcan qui accueille notre pause pique-nique. La journée avance et l’étape s’allonge. Bosquets de hêtres et burons se succèdent, le sentier redescend vers le village d’Eglise-Neuve d’Entraigues avant de remonter sur le plateau, passant le hameau d’Espinchal. C’est au terme d’une journée de 30 kilomètres et près de 700 mètres de dénivelés positifs que nous atteignons le lac de Godivelle Haut pour notre second bivouac. Malgré le froid piquant, la tentation est grande d’y tremper les pieds pour un bain défatigant.

La Godivelle – Signal du Luguet

+ 551 m/ – 377 m 24,1 km

Nouveau lever aux aurores, pour attaquer la boucle Sud de notre itinéraire. Le sentier, balisé d’une tête de vache rouge, s’élève au dessus de la réserve naturelle des “sagnes de Godivelle”. 24 ha de tourbières qui abritent une faune et une flore reliques des dernières glaciations.

COMMENT SOUTENIR I-TREKKINGS ?

Comment soutenir I-Trekkings ? En partageant cet article par exemple ou en effectuant vos achats chez nos partenaires (Merci de ne pas cliquer pour cliquer. N’achetez que si vous avez un besoin). Il y a bien d’autres façons de soutenir I-Trekkings. Pour en savoir plus, c’est par ici.

Le top de nos partenaires par ordre alphabétique :

  • Allibert Trekking (randos & treks à travers le monde)
  • Alltricks (boutique outdoor – Plus de 7 500 produits en  déstockage)
  • Alpinstore (boutique outdoor – Jusqu’à -55% sur plus de 4 000 produits en déstockage)
  • Cimalp (marque française outdoor – Vente flash jusqu’à -50% sur la gamme Trail)
  • Décathlon (boutique outdoor)
  • Ekosport (boutique outdoor – Découvrez tous les bons plans jusqu’à-50 %)
  • I-Run (boutique outdoor – Découvrez les offres éphémères sur les montres connectées, les smartphones… et les offres déstockées)
  • Hardloop (boutique outdoor – plus de 12 000 produits toujours en promo)
  • La Balaguère (randonnées dans les Pyrénées et à travers le monde)
  • Lyophilise.fr (boutique de plats lyophilisés et de matos de bivouac)
  • Snowleader (boutique outdoor – plus de 10 000 produits en déstockage jusqu’à -70%)
  • Trekkinn (boutique outdoor – + de 6 000 bons plans avec des réductions de + de 50% )

Nous poursuivons au cœur d’un océan d’herbes qui ondulent avec le vent. Après quelques heures, le soleil réchauffe les versants sud des collines. Comme surgis de nulle part, 1, 2, 10, 20 et bientôt 30 vautours fauves nous survolent, accompagnés bientôt d’un circaète, cet aigle mangeur de serpents ! Le nez toujours en l’air, nous arrivons vers 11h au hameau de Parrot. Un peu tôt pour casser la croûte mais le chaleureux accueil de la tenancière de la buvette du centre nordique nous convainc de nous y arrêter malgré tout.

Empruntant le GR 4A nous plongeons au fond du cirque d’Artoux. Au quaternaire, une petite calotte glaciaire s’installa au sommet du strato-volcan du Luguet et s’épancha dans les creux du relief, créant ici l’une des principales vallées glaciaires du Massif central. Sortis du cirque, c’est une longue piste facile qui nous conduit au travers du plateau. Les kilomètres s’égrènent, à peine ponctués de la liste des burons dévoilée sur la carte topographique : burons d’Artoux, des Jugnaux, des Chirols, de Sianne Haut, … magie de la toponymie des campagnes françaises.

Quand vient l’heure dorée, nous sommes tout proche du signal du Luguet, sommet du strato-volcan qui créa le plateau du Cézallier. Nous plantons le bivouac parmi les graminées, bénissons notre filtre MSR Trailshot qui nous permet de partager, sans danger, avec quelques têtards de crapauds, larves de syrphes et autres moustiques, l’eau douteuse d’un abreuvoir. Nous nous laissons bercer par les chants des oiseaux, alouettes des champs, pipits et chouette chevêche et sombrons vite dans le confort de nos duvets.

Signal du Luguet – buron de Marquisat

+ 176 m/ – 392 m 17,4 km

Boire un thé chaud en regardant le soleil se lever, sentir le corps d’éveiller aux premiers rayons de lumière, humer l’odeur de l’herbe couverte de rosée, plier le camp en savourant, l’âme tranquille, le fait qu’il ne reste pas la moindre trace de notre passage. Petits plaisirs insignifiants et qui font tant de bien.

Notre journée commence par une succession de noms de montagnes, celle de Palassière ou de Fortunier haut. Mais le relief est bien celui d’un plateau et les vraies montagnes se laissent admirer au loin, chaîne du Sancy dans notre dos, monts du Cantal face à nous. Au village de Pradiers, notre itinéraire atteint son point le plus méridional avant de poursuivre, vers l’ouest puis plein Nord jusqu’à un vieux buron isolé. Une source fraîche et translucide, une barrière pour nous prémunir de la curiosité des bovins, un terrain presque plat et un panorama inouï sur les monts du Cantal, il n’en faut pas plus pour nous décider à poser notre dernier bivouac ici.

Buron de Marquisat – Godivelle

+ 429 m/ – 439 m 20,1 km

Dernière journée de notre boucle. Les quatre-vingt cinq kilomètres et bientôt 2000 m de dénivelés positifs accumulés au cours de ces quatre premiers jours commencent à se faire sentir. Heureusement les sacs, chargés du strict minimum, et de très peu d’eau – les sources sont nombreuses et nous filtrons au fur et à mesure des besoins – finissent de se délester de la nourriture transportée en raison des faibles possibilités de ravitaillements.

Le tracé longe le joli vallon bocager de Bonjon jusqu’à une petite cascade, en contrebas du hameau de Saillant. Quelques bergeronnettes s’y affairent à chasser sur les rochers moussus. Nous quittons l’agréable fraîcheur des lieux pour un sentier au milieu des herbages, à perte de vue.

L’itinéraire est un peu paumatoire et ne semble guère avoir été emprunté ces derniers temps. Et pour compliquer les choses, vaches, génisses et veaux ont perdu l’habitude des humains suite au confinement. Inquiets, les bovins nous hument, beuglent, courent autour de nous en un ballet mi-paniqué, mi-provocateur et guère rassurant. C’est avec un certain soulagement que nous atteignons le buron de Grande Chaudière. Du petit sommet qui le domine, la vue s’ouvre au loin les monts du Cantal qui se dessinent dans une brume bleuté. De l’autre côté, on voit le massif du Sancy et même, par-delà, le Puy de Dôme. Tout près, le lac de Godivelle bas est comme un gros œil bleu au milieu du vert du paysage. Le village, compact, se fond presque dans l’immensité. J’y serai sous peu, et dégusterai une “bière de lave” pour fêter la fin de mon tour du Cézallier.

Carnet pratique – Tour du Cézallier

Quand randonner sur le Tour du Cézallier ?

Mai-juin avec leurs prairies fleuries et septembre-octobre et leurs douceurs automnales sont sans doute les mois les plus intéressants. Mais toujours situé au-dessus de 1000m d’altitude, l’itinéraire échappe aux pires chaleurs estivales et peut aussi s’envisager en juillet-août. L’hiver ? La neige est toujours possible mais se fait malheureusement trop rare pour envisager ce tour à ski de randonnée nordique.

Où dormir ?

Nous avons parcouru ce tour du Cézallier en bivouac. Respecter la règle du camp posé à la tombée du jour et levé à l’aurore et sans laisser la moindre trace est la garantie que les suivants pourront, à leur tour, vivre cette expérience unique. Le site hautes terres tourisme permettra à ceux préférant un hébergement en dur de trouver leur bonheur.

Comment y aller ?

Egliseneuve d’Entraigues et Marcenat (légèrement à l’écart du tracé) sont accessibles en transports en commun (car) via Clermont-Ferrand. Plus d’infos sur Oura.com
La Godivelle, situé à 70km au sud de Clermont n’est, malheureusement, joignable qu’en voiture.

Quel équipement prévoir ?

Le traditionnel système trois couches vous permettra de vous adapter aux variations météo et de vous abriter du vent qui souffle régulièrement très fort et frais. Un couvre-chef vous sera bien utile contre les ardeurs du soleil. Vous adopterez chaussures tiges hautes ou basses selon vos affinités personnelles, le terrain ne présentant pas de difficulté majeure.

Pour en savoir plus ?

Les topoguides du Tour des vaches rouges et tour des volcans et lacs d’Auvergne complètent utilement cet article.

Vous avez aimé mon article ? Mettez-lui 5 étoiles

Cliquez sur une étoile pour lui donner une note

Note moyenne 4.7 / 5. Nombre de votes : 15

Aucun vote pour le moment. Soyez le premier à noter mon article.

Je suis désolé que cet article ne vous ait pas été utile!

Laissez-moi améliorer cet article !

Dites moi comment je peux améliorer cet article

Tour du Cézallier


Avec qui randonner dans le Cézallier ?

  • Auvergne Le Parc des Volcans du Puy de Dôme au Sancy 390 €
  • Auvergne Le Parc des Volcans du Sancy au Cantal 580 €
  • Le Tour de l'Aubrac 620 €
  • Voir les autres voyages de La Balaguère

  • Grande Traversée du Massif central, du Puy-de-Dôme au massif du Sancy 550 €
  • Grande Traversée du Massif central, du massif du Sancy au Cantal 550 €
  • Parc des volcans d’Auvergne 680 €
  • L'Oeil et la Plume
    A propos de l'auteur

    Reportages d'itinérances à pied, à la pagaie et à ski-pulka...



    https://500px.com/p/oeiletplume
    6 Responses
    1. Jean-Louis

      Tour réalisé partiellement (par rapport au tracé proposé).
      Un seul mot : MAGNIFIQUE !
      Pour celles et ceux qui aiment les grands espaces et la tranquillité.
      Il faut parfois chercher un epu son chemin, le balisage n’est pas toujours présent (quel bonheur !).

        1. Renaud Biateau

          Bonjour !
          Superbe post, Merci ! J’ai fait presque tout ce tour en fait, en randos à la journée car j’habite à Issoire qui est tout proche. l’objectif au printemps serait de le faire en famille et en autonomie comme vous, avec bivouac et en adaptant la longueur des étapes aux enfants (6 et 9 ans mais très habitués à marcher sans problème 15 km et à camper par temps frais : auvergne, canada, USA,…).
          J’aurais toutefois qques questions SVP :
          il est possible de bivouaquer partout sur ce parcours ? car souvent on est ennuyés en Auvergne où tout est interdit aux campeurs à cause des réserves naturelles…
          J’ai vu également que vous utilisiez un filtre MSR mais on trouve des points d’eau partout ? ou bien vous puisiez aussi ds les lacs ?
          Ce sont des questions qui peuvent vous paraître étranges pour un habitant du coin mais en réalité quand je randonne en famille comme ça, je ne fais pas attention aux points d’eau ! on en a plein les sacs et on sait qu’on rentre le soir alors on ne prête pas attention à ces détails !
          Merci par avance pour toute info !
          salutations !
          RB

    2. L'Oeil et la Plume

      Bonjour Renaud,

      Merci pour cet agréable commentaire !

      Sur ce parcours, comme partout en France, le bivouac est autorisé … là où il n’est pas interdit ;-). Cela exclut donc la plupart des réserves naturelles mais également tous les abords immédiats des points d’eau (captages et réservoirs dont certains lacs)et certaines forêts en période de risques d’incendies. Pour le reste, il faut éviter bien évidemment de perturber les activités agricoles (présence de troupeaux, foins non fauchés, cultures, …), demander l’accord des propriétaires si ceux-ci sont présents et ne laisser aucun déchet. Nous nous astreignons, outre ces règles de bon sens, à n’allumer aucun feu et planter la tente au coucher du jour et la démonter au lever. Cela a l’avantage de rendre notre présence beaucoup plus discrète et moins “perturbante” pour les populations locales. De cette façon, nous n’avons eu aucun souci.

      Concernant la ressource en eau, l’idéal est de préparer un peu la journée en repérant sur la carte les ruisseaux et lacs et, quand ils sont trop éloignés, prévoir un transport pour satisfaire aux besoins temporaires. Ceci dit, le filtre permet de consommer n’importe quelle ressource, ruisseau, lacs et même flaques les moins ragoûtantes sans souci de santé. Si vous êtes inquiet pour vos enfants, une pastille de micropur forte pourra compléter la filtration.

      J’espère que ces infos pourront vous aider. Bien cordialement

    3. Alex

      Bonjour et merci pour votre itinéraire.

      Nous l’avons réalisé au mois de Juin 2021 avec deux amis en autonomie totale. Les coordonnées GPX nous ont bien aidé.

      Globalement, on s’y retrouve assez facilement. Le chemin est facile à suivre.

      Nous avons un niveau de débutant en randonnée. J’ai trouvé le tracé intéressant et les paysages magnifiques, la partie nord et Sud étant assez différente. Physiquement, nous sommes des trentenaires bien entrainés et pourtant, au bout du 4ème jour, nous sommes sortis de cette aventure cassés. Les journées de marche sont longues et exigeantes. Préparez vous bien !

      Sur la boucle sud, je vous recommande vivement de couper la boucle et de viser le signal du Luguet à la sortie de la foret où le panorama et la vue sur le plateau sont à couper le souffle.

      Les + :

      Des paysages magnifiques
      Personne autour de nous
      Beaucoup de vaches !
      Des points d’eaux fréquents
      On capte bien la 4G quasiment partout
      Bien balisé

      Les – :

      Des passages de bitume vraiment trop nombreux qui cassent la magie de la randonnée en nature et les pieds.
      Physiquement Exigeant : ça monte et ça descend souvent !
      Les étapes proposées sont très loooooooooongues !
      Pas de passage au sommet du Signal du Luguet qui pour moi a été un le plus beau moment passé sur cette randonnée.

      Merci de nous avoir fait découvrir cette belle région.

    4. L'Oeil et la Plume

      Bonjour Alex,
      Merci pour ce commentaire très constructif. Vous avez tout à fait raison c’est un itinéraire qui peut être exigeant. Comme toujours cela dépendra de la forme de chacun mais aussi de l’habitude de portage et du chargement des sacs, chaque kilo gagné offrant un peu plus de confort en fin de journée. Et bravo pour le crochet par le signal du Luguet !

    J’accepte les conditions et la politique de confidentialité

    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

    La vidéo du Moment : Tour du Lot à VTT

    Share via
    Copy link