Tour du Kangchenjunga

Destination : Népal » Asie | Montagne : Himalaya ; Kangchenjunga | Activité : Randonnée  | Agence : Allibert Trekking 


Trekking autour du Kangchenjunga dans l'est du Népal, une des montagnes les plus hautes du monde avec ses 8598 m, avec en prime l'ascension du Little Kangch qui passe la barre des 6000 m. Un magnifique trek dans l’une des régions les moins peuplées de l’Himalaya oriental.
Posté le :


Carnet : Tour du Kangchenjunga

J1-Jeudi 8 octobre – Paris Bahrein : Aventures aéroportuaires encore !

Quoi de neuf docteur ? Le pèlerinage rituel de l’automne – le 21eme – avec Allibert Trekking fidèle maitresse et mère de tous les vices voyageurs.

Quand l’homo erectus n’en a plus (d’érections) et quand la lassitude routinière commence a vous ronger les sangs alors il est temps ; prends ton sac camarade ! Quitte pour un temps la quiétude paradisiaque de ton village au soleil des Alpes du sud et va voir là bas les terres de l’orient d’autres paysages, d’autres gens.

Je quittais donc la ruine qui jouxte ma maison et dont j’ai entrepris la rénovation pour aller reposer mon dos et mes mains sous de familières latitudes. L’alternance c’est la vie. Sédentaire un peu, nomade beaucoup, et passionnément libre.

Bahrein

Quoi d’autre ? En face de moi, dans le TGV une jeune grande bringue qui me rappelle Alice mon ainée regarde un film sur son ordinateur, en partant elle abandonne des magazines : "Voici" "Closer" et "Cosmopolitan" que je récupère prestement pour ne pas mourir idiot et voir ce qui passionne mes contemporains.
On y parle des stars, les connues et celles de la télé réalité (inconnues en ce qui me concerne) leurs gloires leurs misères, leurs maladies. Avec des photos volées de mauvaise qualité qui montrent les idoles décrépites.
Tout le monde trouve cette presse de caniveau mais beaucoup l’achètent sinon comment ferait elle pour assumer de couteux procès ?

L’hôtel le campanile est bien commode, on a tout sur place bien que devenant de plus en plus cher (130 € pour la 1/2 pension).

Ensuite c’est l’habituel et incompétent service de navettes d’hôtel qui me vaut 1/4 d’heure de retard au rendez-vous. En raison des retards, il est raisonnable de les prendre 1 h à l’avance pour 20mn de transit ! Ce qui est assez scandaleux pour un service d’hôtel de plus onéreux.

Nouveauté à l’aéroport ils nous interdissent les sacs a dos en cabine. Je ne sais pas quelle mouche les a piqué mais décidément les voies aériennes restent imperméables. Nous voila donc tous a démonter nos sacs dans un joyeux désordre devant le comptoir d’enregistrement. Déplaisant ! Par contre aucune remarque sur le poids et le transit à Barhein se passe à la bonne franquette dans l’improvisation avec un hôtel classieux à la clé.

J2-Vendredi 9 octobre – Bahrein Katmandou : Travailleurs migrants

Vol sans histoire sur katmandou avec de longues attentes mais c’est la règle dans ce genre de "trip".

J’ai commencé un polar de Pierre Magnan dont je relis deux fois le premier chapitre tant la force évocatrice de son écriture me plait.

A l’atterrissage, en quittant l’avion, je lâche quelques mots de Népalais et c’est de suite la liesse parmi ces jeunes travailleurs qui rentrent au pays après avoir loués leur labeur aux riches émirats. Cette chaleur humaine népalaise me fait à chaque fois du bien.

Arrivées dans la douceur climatisé du Yack and Yeti il se fait déjà tard et je ne vois pas comment récupérer mon dépôt de matériel laissé dans les bureaux de l’agence. Qu’a cela ne tienne un coup de fil de Taschi au responsable de la réserve de Thamserku et il se propose de m’apporter mon bagage au restaurant et dine avec nous. Ici, tout finit toujours par s’arranger.

Nous nous retrouvons tous pour le diner au Népali Chulo ou je regrette l’absence de mon "reflex" pour quelques beaux portraits multicolores de danseurs et de danseuses.

Le repas se termine tard et nous nous couchons tard pour une courte nuit.

Décollage de Katmandu

J3 Samedi 10 octobre – Katmandou-Biratnagar-Suketar (2300)-Lali-Karka (2276m)

Je retrouve avec bonheur Pemba (samedi) mon fidèle et efficace sherpa du même voyage de 2006

Réveil à 5h d’une nuit trop courte avec forte envie de rester au lit. Vol d’une heure jusqu’à Biratnagar dans un avion pressurisé puis de Biratnagar à Suketar 1/2h dans un pilatus (avion impressionnant par ses performances) qui ne prends que 5 passagers ce qui l’oblige à faire un navette.

A Suketar c’est un visage connu de sirdar qui m’attend et après un recherche dans nos mémoires respectives nous réalisons que nous avons travaillé ensemble sur le même circuit en 2006. Cela me soulage, après l’expériences de l’Ama Dablam, de savoir que j’ai un sirdar sur lequel je peux m’appuyer.

Apres le lunch nous rejoignons par un chemin qui franchit une crête et qui entrecoupé d’une nouvelle piste qui le défigure rejoint Lali-Karka où nous trouvons la pelle qui l’a taillée.

  • M : 309m 250m/h
  • D : 461m 430m/h
  • Durée : 2h51

Après la constatation de grosses différences d’altitudes j’ai décidé de noter les altitudes de la carte.

A propos de l'auteur

Guide de haute montagne, Vingt-cinq années d'itinérance dans les Alpes, l'Amérique du Sud et l'Himalaya en alpinisme, trekking, expéditions et l'émotion provoquée par  la fréquentation de paysages hors du commun ont trouvé un débouché tout naturel à une passion tenace...



http://www.guidexpe.com/

trois × cinq =