Trekking au Sikkim

Destination : Inde » Asie | Montagne : Himalaya | Activité : Randonnée  | 


Situé entre le Népal et Bután, le Sikkim est un complexe enchevêtré de vallées profondes dominées par le Kangchenjunga, troisième sommet le plus haut du monde avec ses 8586 mètres. Incorporé à la fédération indienne en 1975, cet ancien royaume de l’Himalaya offre des possibilités infinies pour les amoureux de la montagne.
Posté le :


Carnet : Trekking au Sikkim

Au Népal et au Ladakh, l’affluence d’excursionnistes et d’alpinistes étrangers a considérablement augmenté ces dernières années. Du coup, il y a de plus en plus de parcours de trekking ouverts. Celui de Yuksom-Dzongri-Goecha La reste l’un des plus populaires et des plus jolis. Il permet de jouir de vues spectaculaires sur la face sud du Kangchenjunga (8 596 mètres).

L’adhésion du Sikkim à l’Inde n’a jamais été reconnue par la Chine, ce qui explique la forte présence militaire dans la zone. Avec ce prétexte, les autorités indiennes exigent aux visiteurs étrangers de s’aventurer en groupes de minimum deux personnes et d’être accompagnés par un guide local d’une agence officielle de la région. Cela est également valable pour nous, de telle manière que notre aventure commence vraiment dans la capitale, à Gangtok. Là-bas, nous engageons le guide et les porteurs. Il convient de comparer attentivement les prix et le professionnalisme de différentes agences avant de se décider.

Les routes étroites de Sikkim serpentent les versants des vallées. Durant la mousson, les éboulements sont relativement courants et les glissières de sécurité brillent de leur absence. La vue atteint rarement le fond de la vallée. Le trajet de Gangtok à Yuksom est fort en émotion. Il faut cinq heures en véhicule tout terrain pour arriver au départ du parcours.

© Barrabes Ski Montaña S.L.U.

Le premier jour en chemin nous mène de Yuksom -première capitale de Sikkim- (1 800 m) aux cabanes de Bakhim (2 700 m). En tout : 20 kilomètres et six heures de parcours en remontant la vallée de la rivière Prekchu par une forêt dense subtropicale dans laquelle abondent de nombreuses espèces d’oiseaux et d’orchidées et où il n’est pas rare de voir des singes sur la cime des arbres. Notre guide affirme avoir également croisé des léopards et des ours d’Himalaya. En revanche, il est plus difficile d’apercevoir le timide panda rose qui habite ces bois.

Le chemin est clairement tracé et malgré la montée globale, on perd de l’altitude à plusieurs reprises. On traverse trois ponts suspendus. Juste avant le dernier, qui est aussi le plus long, une cabane et une source à Sachen forment le site habituel où s’arrêter pour manger. Après le pont, vient la dernière longueur, la plus escarpée de la journée, qui se termine à Bakhim. Il est possible de passer la nuit dans ce village ou de continuer encore 45 minutes en montée par un bois d’énormes cèdres jusqu’au petit village de Tshoka.

onze − 9 =